Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir: Match 4

par Staff Writer / Montréal Canadiens
Tu ne m’auras pas deux fois : Marc-André Fleury a peut-être réussi à blanchir les Canadiens mardi soir, mais la tâche de le faire deux fois de suite n’est pas mince. La seule formation qui est parvenue à battre le Tricolore deux fois de suite par jeu blanc depuis 1967 est une formation qui était dirigée par le pilote de la dynastie des années 1970 des Canadiens : Scotty Bowman. En 1983, les Sabres de Buffalo, dirigés par Bowman et avec Robert Sauvé dans les buts, avaient remporté les matchs 2 et 3 par blanchissage pour balayer les honneurs de la série trois-de-cinq.


Jamais deux sans trois : Il risque d’exploser tôt ou tard, mais la défensive des Canadiens est parvenue à tenir Sidney Crosby en respect pour un deuxième match de suite mardi soir. Si les Canadiens parviennent à empêcher le candidat au trophée Hart de s’inscrire au pointage pour une troisième rencontre de suite, il s’agirait seulement de la deuxième fois depuis le début de sa jeune carrière que le numéro 87 serait réduit au silence trois fois de suite par la même équipe. Les Rangers édition 2006-2007 sont les seuls, pour le moment, à pouvoir revendiquer d’avoir réalisé le tour de force.

Reprendre l’avantage : En attendant que leur nouvel amphithéâtre ouvre ses portes à temps pour la saison prochaine, les Penguins doivent évoluer au vétuste Mellon Arena et démontrent depuis le début des séries qu’ils sont plus confortables sur la route. En quatre rencontres sur les glaces adverses, la troupe de Dan Bylsma a conservé une fiche parfaite de quatre victoires et aucun revers. Montréal a, pour sa part, un dossier d’une victoire et trois revers devant ses partisans dans les séries en 2010.

Je vais prendre le spécial : Avec sept des 13 buts inscrits jusqu’ici dans la série (excluant les deux buts dans des filets déserts) ayant été inscrits en avantage numérique, dire que l’issue de la confrontation sera décidée par les unités spéciales est un pléonasme. Malgré un pourcentage d’efficacité de 22,2% contre les Penguins avec un homme en plus depuis le début de la série, les Canadiens cèdent néanmoins l’avantage aux champions en titre de la coupe Stanley avec leur taux d’efficacité de 45,4%.

De gros souliers : On peut tenter de combler l’absence du défenseur étoile Andrei Markov, mais on ne peut le remplacer. Et tous les défenseurs des Canadiens doivent mettre davantage l’épaule, dont l’arrière recrue de 20 ans P.K. Subban. Défenseur le plus utilisé par Jacques Martin lors du match numéro 3 avec 22 :09 de temps de glace, Subban a seulement été blanchi pour la deuxième fois de sa carrière, lui qui disputait mardi son septième match dans la LNH, son cinquième depuis son rappel le 26 avril dernier.

canadiens.com

À voir également:
De taille
Les Penguins ont raison des Canadiens 
Jeu des chiffres - 4 mai 
Centrale des séries
En voir plus