Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir: match #3

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MARQUER DES BUTS: Après avoir remporté la première ronde des séries en marquant seulement 12 buts en six matchs, les Canadiens ont eu encore plus de difficultés à trouver le fond du filet lors des deux premiers matchs face au Lightning. Marquant en moyenne 1,88 but par match depuis le début du tournoi printanier, le Tricolore représente l’équipe toujours en vie qui marque le moins de buts dans la Ligue, après avoir inscrit en moyenne trois buts par match la saison dernière en séries. Des quatre équipes qui ont participé à la finale de conférence en 2014, seulement les Rangers avaient marqué en moyenne moins de trois buts par rencontre (2,56), tandis que les Kings de Los Angeles (3,38) et les Blackhawks de Chicago (3,05) avaient terminé respectivement au premier et troisième rang. Les Canadiens tenteront d’atteindre le chiffre magique des trois buts pour la troisième fois des séries seulement mercredi.

VITE COMME L’ÉCLAIR : Pour créer de l’attaque, vous devez être en possession de la rondelle, et ça commence avec une victoire au cercle des mises en jeu. Dominant dans cette facette depuis le début des séries éliminatoires, Lars Eller pointe au troisième rang de la LNH à ce chapitre avec un taux d’efficacité de 61,7%, lui qui a remporté 71 de ses 115 mises au jeu en huit rencontres. Le Danois est encore meilleur dans cet aspect du jeu sur la route, alors que son taux de succès passe à 67,7% sur les patinoires adverses.

SAVOIR REBONDIR : La victoire au match 3 pour empêcher le Lightning de prendre une avance de 3-0 est d’une importance évidemment capitale. En fouillant un peu plus loin, on constate que les Canadiens ont su rebondir après avoir subi deux défaites consécutives cette saison, ce qui est arrivé cinq fois en 2014-2015. Dans les cinq matchs qui ont suivi une séquence de deux défaites, les Canadiens ont perdu en une seule occasion plus d’une rencontre, limitant les dommages à trois défaites ou moins dans une série de sept matchs – une statistique plutôt pertinente dans le cadre d’une série quatre de sept.

EFFORT SUPPLÉMENTAIRE : Après avoir terminé la saison régulière avec la meilleure moyenne du circuit pour le nombre de buts accordés par match (2,24), le groupe de défenseurs des Canadiens a trouvé une nouvelle façon de contribuer ce printemps : ils ont inscrit 26% du total des buts des Montréalais jusqu’à présent. Les arrières des Canadiens, qui ont d’ailleurs tous récolté au moins un point depuis le début des séries et qui comptent dans leurs rangs le meilleur pointeur du club en P.K. Subban, ont ainsi vu leur contribution augmenter de 9%, alors qu’elle était de 17% en saison régulière.

DÉFI ACCEPTÉ : Il ne fait aucun doute que surmonter un déficit de 0-2 pour se retrouver à nouveau cette année en finale de conférence sera une tâche difficile – mais heureusement, les Canadiens n’ont jamais renoncé à ce genre de défi. Le Tricolore a prouvé à cinq reprises que rien n’est impossible en comblant un retard de deux matchs pour remporter une série, dont la dernière fois en 2004 contre les Bruins de Boston. Les Canadiens montrent un taux de succès de près de 20% (19,2%) dans leur histoire lorsqu’ils perdent les deux premiers matchs d’une série – plus de 5% au-dessus de la moyenne de la LNH (13,7%).



VOIR AUSSI
:
Price parmi les finalistes pour le trophée Ted Lindsay
Rien n’est encore terminé

Calepin des séries – 4 mai

En voir plus