Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir: match #2

par Staff Writer / Montréal Canadiens

DONNER LE TON: On ne va pas se le cacher, remporter le premier match d’une série quatre de sept à son importance, mais le perdre n’est pas la fin du monde. Les 44 premières fois où ils se sont retrouvés dans pareil bateau,  les Canadiens ont égalé la série en remportant le deuxième match la moitié du temps, avec une fiche de 22 victoires et 22 revers et sont parvenus à sa sauver avec les honneurs de la série 16 fois, soit 36,3% du temps. Les autres équipes de la LNH ont un taux de réussite de 31%.

LA CRISE DE LA QUARANTAINE : Pour la dixième fois en 2014-2015, dont pour la quatrième fois en sept matchs en séries, la formation de Michel Therrien a mitraillé le gardien adverse de 40 lancers ou plus vendredi au Centre Bell. Toutefois, dépasser ce plateau n’est pas synonyme de victoire alors que le Tricolore affiche désormais un dossier de quatre gains contre six défaites en pareille circonstance. La zone de confort? La trentaine. Les Canadiens ont présenté une fiche de 21-6 lorsqu’ils effectuent entre 30 et 39 tirs, de 26-22 lorsqu’ils dirigent entre 20 et 29 lancers et de 3-5 lorsqu’ils ne parviennent pas à passer le cap de la vingtaine.

FINIR LA SEMAINE EN BEAUTÉ : Si les Canadiens n'ont pas souvent joué le dimanche au cours de la dernière saison régulière, ils en seront toutefois à une troisième sortie lors du jour du seigneur depuis le début des séries. Et bien que ce n'est généralement pas dans leurs habitudes, les joueurs montréalais ont démontré qu'ils étaient très à l'aise le dimanche soir. Avant d'affronter le Lightning ce dimanche, le Tricolore présentait une fiche de 2-0 au printemps 2015, dont un gain de 2 à 0 il y a sept jours à Ottawa pour éliminer les Sénateurs. De plus, Tampa devra se méfier puisque le bleu-blanc-rouge affiche un dossier de 19-11 à Montréal en séries dans son histoire.

BON POUR LA TÉLÉ SEULEMENT : Les séries semblent être le moment où la plupart des joueurs sortent leur jeu physique alors que le nombre de mises en échec distribuées par match monte radicalement en flèche. C’est bon pour soulever les partisans de leurs sièges, c’est bon pour les faits saillants des bulletins de soirée, mais pour l’objectif ultime – remporter le match – on repassera. Lors de la première ronde, l’équipe qui a distribué le plus de mises en échec n’a remporté que la moitié des matchs, dont deux sur six dans la série Montréal-Ottawa. La tendance est encore plus forte en deuxième ronde alors que lors des cinq premiers matchs, seuls les Ducks ont eu le dessus dans la colonne des buts et des mises en échec dans le même match.

ON VEUT VOIR 1-0 AU TABLEAU : Parmi les huit équipes toujours en vie dans la LNH, cinq d’entre elles ont une fiche parfaite lorsqu’elles marquent le premier but du match, dont les Canadiens et le Lightning. Le hic, c’est que la formation montréalaise n’a ouvert le pointage qu’à une seule reprise, soit lors du gain de 2 à 0 lors du match 6 contre Ottawa. Pendant ce temps, la troupe de Jon Cooper a remporté les quatre matchs où elle a pris les devants 1 à 0, dont vendredi au Centre Bell.



VOIR AUSSI
:
Apprentissage continu
Les partisans des Canadiens sont invités à démontrer davantage leur appui envers leur équipe au Centre Bell
Encore vous?!
Cinq raisons pour lesquelles les Canadiens ont accédé à la deuxième ronde

En voir plus