Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir: Canadiens-Bruins #2

par Staff Writer / Montréal Canadiens
Le jeune plus vieux que le vieux
On juge souvent l’expérience d’un joueur de hockey à son âge. C’est également le cas pour les gardiens de but. Toutefois, dans le cas des gardiens des Bruins et des Canadiens, la situation est inversée. En séries de fin de saison, chaque match représente beaucoup d’expérience. Bien que Tim Thomas ait 14 ans de plus que Carey Price, il n’a pas joué beaucoup de matchs dans la grande danse du printemps. Dans son cas, il n’a joué que huit matchs en séries éliminatoires, tous contre le Tricolore. Price est dans la même situation, mais il a quatre matchs d’expérience de plus que Thomas, puisque les Canadiens avaient remporté la série à l’époque et s’étaient mesurés aux Flyers. Price a donc un avantage expérience de quatre matchs sur Thomas, en plus d’avoir enregistré deux blanchissages dans la série de l’an dernier contre Boston.


Ne jamais hésiter
Le travail des gardiens de but est d’une importance capitale, mais la meilleure façon d’empêcher que la rondelle ne se rende dans le filet quand on est défenseur, c’est encore de la stopper soi-même. Trois des défenseurs des Canadiens se retrouvent dans le top 20 de la LNH pour le nombre de tirs bloqués, au cours de la dernière campagne. Mike Komisarek, Roman Hamrlik et Josh Gorges se retrouvent respectivement aux 4e, 5e et 16e rangs. Le premier joueur des Bruins sur cette liste se retrouve au 34e rang et il s’agit de Dennis Wideman. En saison régulière, les joueurs des Bruins ont bloqué 1130 tirs, alors que ceux de Montréal ont sacrifié leurs corps à 1404 reprises.

Une nouvelle série
C’est une nouvelle série qui s’amorce. Selon les statistiques et les probabilités, l’équipe qui remporte le premier match a un pourcentage de victoires de 0,494 dans le deuxième match d’une série quatre de sept. Dans toutes les confrontations de séries entre les Canadiens et les Bruins, le Tricolore s’est incliné à 10 reprises au cours du premier match. Toutefois, la statistique est respectée, chaque équipe se séparant cinq victoires dans le deuxième match.

Les hommes zébrés
Le nombre de punitions attribuées aux deux équipes lors d’un match est généralement assez représentatif de l’intensité de la partie. Après avoir connu un premier match à l’image de la série de l’an dernier, avec 54 minutes de pénalité décernées, le nombre de fautes commises est allé en augmentant constamment dans la plupart des cas, hormis pour le match du 22 novembre 2008.Respectivement, sur les feuilles de statistiques des matchs de la saison régulière, 22, 16, 33, 42 et 76 minutes de pénalité ont été inscrites. Au cours du premier match des séries éliminatoires, les arbitres ont gardé le sifflet rangé, décernant seulement 12 minutes de pénalité avant la dernière minute de jeu. Cette dernière a toutefois été très occupée, le match se terminant avec un total de 60 minutes de pénalité.

Une défensive expérimentée

Les défenseurs, autant du côté des Bruins que des Canadiens, ont beaucoup d’expérience. En carrière, en saison régulière, les défenseurs du Tricolore cumulent 214 matchs contre les Bruins, pour un total de 89 points. Dans le cas de l’adversaire, la ligne bleue compte un peu moins de vétérans, comptant 174 matchs contre les Canadiens, pour un total de 52 points. Dans le premier match, Josh Gorges a obtenu une mention d’assistance, alors que le défenseur format géant des Bruins Zdeno Chara a touché le fond du filet une fois.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

À lire également:
Tout sur la série Canadiens-Bruins
Canadiens-Bruins:1946
Canadiens-Bruins:1971
Une question inusitée
Schneids le sait
Négligés, vous dites?  
En voir plus