Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Au travail chez lui

Charlie Lindgren a hâte de voir ce que lui offrira la saison 2017-2018

par Matt Cudzinowski, traduit par Hugo Fontaine @canadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - De retour chez lui au Minnesota, Charlie Lindgren ne lésine pas au travail, à huit semaines du camp d'entraînement.

Cinq fois par semaine, le gardien de 23 ans effectue le court trajet qui sépare la résidence familiale à Minneapolis, du Velocity Training Center à Edina, où se trouvent son préparateur physique de longue date Kevin Ziegler et d'autres joueurs de la LNH.
 
«Ça fait six ans que je travaille en compagnie de Kevin et je m'entraîne avec mon meilleur ami, Brady Skjei. Derek Stepan, Ryan McDonagh et Tyler Pitlick font aussi partie du groupe. On a un bon noyau ici, avec de bons joueurs », raconte Lindgren, qui a signé le 6 juillet un contrat d'une saison, à deux volets, avec les Canadiens, à la suite d'une excellente saison 2016-2017 passée majoritairement à St. John's.


 
Deux semaines avant cela, le natif de Lakeville avait recommencé à patiner en compagnie de partenaires de Hat Trick Sports, une ligue de 3-contre-3 installée au St. Louis Park.
 
«Je suis là deux jours par semaine avec mon entraîneur des gardiens, Dave Rogalski. Je patine à son aréna depuis au moins trois ou quatre ans. Les gars effectuent des lancers de qualité sur moi. Ç'a été très bénéfique parce que pas mal chaque tir est de qualité supérieure, mentionne-t-il. C'est une glace de dimension parfaite et ça m'aide beaucoup.»
 
Lindgren poussera bientôt sa préparation estivale à un autre niveau alors qu'il évoluera pour l'équipe Velocity dans la ligue Da Beauty, une ligue à 4-contre-4 de six équipes formées de très bons joueurs de la LNH et de joueurs amateurs élites de la région.
 
«Pour un gardien, ça va être assez difficile. En même temps, c'est amusant et plein de gens viennent nous voir jouer, explique Lindgren, qui fera partie d'une équipe en compagnie notamment de son frère Ryan, de Drew Stafford, Matt Hendricks et Justin Fontaine. Les meilleurs du Minnesota sont tous là.»
 
Lindgren voit cette compétition à 4-contre-4 comme la manière parfaite d'amorcer le processus de remise en forme pour la LNH. Après une très bonne saison recrue au niveau professionnel, Lindgren a très hâte de reprendre sa place entre les deux poteaux.
 
«J'ai eu tellement de plaisir la saison dernière et j'ai très hâte à l'an prochain», affirme celui qui a présenté un dossier de 24-18-6, une moyenne de buts alloués de 2,56 et un pourcentage d'efficacité de 0,914 avec les IceCaps.
 
«Mon but la saison prochaine sera le même, faire de mon mieux tout en laissant une bonne impression aux dirigeants et aux joueurs. C'est tout ce que je peux faire.»

Video: MTL@FLA : Lindgren fait l'arrêt et couvre le retour
 
C'est exactement ce qu'a fait l'ancien cerbère de l'Université St. Cloud State lors de son rappel en fin de saison, lorsqu'il a remporté des victoires aux dépens des Panthers de la Floride et des Red Wings de Détroit, au début avril. Ce court passage avec le grand club n'a fait qu'augmenter la motivation de Lindgren avant le début de la saison morte.
 
«Lorsque tu passes du temps [à Montréal], tu veux tout faire pour y retourner et y rester pour de bon, confirme Lindgren, qui est toujours invaincu en trois départs dans la LNH. J'ai toujours dit que mon but est d'évoluer dans la LNH, mais ce n'est pas tout à fait mon rêve. Mon but est d'avoir une carrière à temps plein dans la LNH. Il faut travailler tous les jours et s'améliorer pour le réaliser. Je sais exactement ce que je veux et je ferai tout en mon pouvoir pour y arriver.» 
 
Contrairement à l'an dernier lorsqu'il était établi à Terre-Neuve, il sera au Québec à temps plein l'an prochain, que ce soit avec les Canadiens ou le Rocket. Rappelons que le club-école du Tricolore dans la Ligue américaine s'installera à Laval cet automne.

Video: MTL@DET : Lindgren stoppe Helm sur réception
 
«C'est bien. J'étais à St. John's l'an dernier et c'était un bel endroit pour jouer. Maintenant on sera plus proches. On sait tous que le hockey est une religion ici. J'ai très hâte », soutient celui qui a gardé contact cet été avec plusieurs de ses coéquipiers chez les IceCaps, dont Tom Parisi, Daniel Audette et Nikita Scherbak.
 
« Je crois que je devrais améliorer mon français. Ça nécessitera peut-être une certaine adaptation. Je suis certain que ce sera très bien. Je crois qu'on a tous hâte de démontrer notre savoir-faire. C'est une occasion de mettre Laval sur la carte dès la première saison», a-t-il conclu.

En voir plus