Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Lindgren : Profiter de l'expérience

Le gardien de 24 ans savoure pleinement son expérience avec l'équipe des États-Unis au Championnat du monde de hockey

par Matt Cudzinowski. Traduit par Cynthia Paquin-Lepage. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Bien que Charlie Lindgren n'ait pas gardé les buts au Championnat mondial 2018 de l'IIHF, il profite de chaque seconde de son séjour à l'étranger.

C'était assurément le cas vendredi dernier, lorsque le gardien de 24 ans a enfilé son uniforme pour son seul et unique match. Il a pu voir, à partir du banc des Américains, son compatriote Scott Darling mener l'équipe de Jeff Blashill à une victoire de 13 à 1 contre la Corée du Sud en ronde préliminaire. 

Quelque chose a capté l'attention de Lindgren lorsqu'on lui a remis son uniforme, avant même de sauter sur la glace.

« Je me souviens, ce n'est pas quelque chose que tu vois à l'extérieur du chandail, mais à l'intérieur du collet. On peut y lire Land of the Free. Home of the Brave. Porter ce chandail était vraiment spécial, a indiqué Lindgren, qui est présentement à Copenhague en prévision de la demi-finale de samedi contre la Suède. 

«C'est intimidant. Juste de voir les lettres U S A en avant. C'est le rêve ultime.»

Tweet from @usahockey: The 2018 U.S. Men's National Team. ����#2018MWC pic.twitter.com/XAr0niYOfP

Affronter les meilleurs joueurs de son pays lors des entraînements quotidiens a également été un des points culminants de l'expérience du natif de Lakeville au Minnesota.

«C'est hallucinant. Des gars comme Patrick Kane et Johnny Gaudreau, deux joueurs élites de la LNH aujourd'hui. C'est amusant et certainement un défi, mais je me sens tout de même à ma place. Je sens que je performe très bien lors de nos entraînements et chaque fois que je suis sur la glace à leurs côtés, a raconté Lindgren, un des trois gardiens de but avec Darling et Keith Kinkaid du New Jersey. 

«Je sais que je dois donner le meilleur de moi-même pour effectuer des arrêts lorsqu'ils foncent vers moi.»

Selon Lindgren, les entraîneurs ont remarqué son attitude lorsqu'il est entre les poteaux lors des sessions sur la glace.

«Ils apprécient comment je me comporte et aiment comment je travaille fort. Je crois en moi et je crois que j'aurai éventuellement du temps de glace, a affirmé l'ancien de St. Cloud State University. 

«Ça me donne envie d'en avoir plus, c'est certain. Je veux pouvoir être le gars devant le filet, celui qui est capable de se battre pour la médaille d'or.»

Bien évidemment, Lindgren s'amuse également en dehors de la patinoire avec ses coéquipiers lors de ses temps libres.

«Une journée, pratiquement toute l'équipe est allée à un étang géant, un genre de petit lac situé à 15-20 minutes de Herning. On a essayé de pêcher un peu. On avait entendu dire que c'était bien, a mentionné Lindgren. 

«Évidemment, on est là, 16 perches à l'eau, mais aucun d'entre nous ne réussit à attraper un poisson. C'était tordant.»

Lindgren ne se concentre pas sur le plein air en ce moment puisqu'un match important contre Jacob de la Rose et la Suède est à l'horizon.

C'est donc la routine habituelle alors que les Américains tenteront de détrôner les champions en titre.

«Notre but est de ramener l'or à la maison. C'est ce sur quoi on se concentre. On doit affronter la Suède, une équipe de haut calibre, de laquelle nous avons entendu beaucoup de bien. Si on veut accéder au match de la médaille d'or, on va devoir jouer notre meilleur hockey», a-t-il conclu.

En voir plus