Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

CH à coeur: André Ducharme

par Staff Writer / Montréal Canadiens

Membre du groupe RBO qui a fait presque autant de dommage à la télévision québécoise dans les années 1980 que les Canadiens sur la glace quelques années auparavant, André Ducharme est encore bien présent dans le paysage médiatique québécois aujourd’hui, lui qui anime entre autres la populaire émission Un souper presque parfait. Nous nous sommes entretenus avec l’humoriste pour en apprendre un peu plus sur sa passion du hockey et des Canadiens.

Depuis quand es-tu partisan des Canadiens?

ANDRÉ DUCHARME: J’ai bientôt 55 ans, donc je me souviens pas mal des équipes de la fin des années 1960 et du début des années 1970, mais la grosse dynastie de la fin des années 1970 avec Guy Lafleur, Steve Shutt et tous les autres, les Canadiens gagnaient tellement dans ce temps-là que je regardais quasiment moins le hockey à cause de ça. C’était tellement certain qu’ils allaient gagner, la question était plus « Ça va être quoi le pointage final ? ». J’étais ado à ce moment, donc j’avais bien des intérêts autres que le hockey.

Ça me choque, avec le recul, d’avoir raté ces années-là. Je regardais les séries et c’était à peu près ça. Je l’écoute beaucoup plus maintenant et ça m’enrage un peu de penser à ça !

Quel est ton meilleur souvenir associé aux Canadiens?

AD : La coupe Stanley de 1986, c’est probablement celle que j’ai vécue de plus proche. En 1986, nous étions en tournée de spectacles avec RBO et on passait beaucoup de temps à regarder le hockey dans des chambres d’hôtel. Je me souviens de la partie finale de la coupe Stanley, on était en spectacle à Shawinigan. Quand on n’était pas sur la scène, il y avait une télévision en arrière et on regardait le match. Même que Yves Pelletier a raté son signal à un moment donné et il n’était pas entré sur scène au moment de son sketch parce qu’il était trop obsédé par le hockey.

Quand les Canadiens ont gagné la coupe, on était rentré en hâte à Montréal et avec un de mes amis, je suis allé voir ce qui se passait en ville. On est tombé en pleine émeute, la fameuse émeute de 86. Nous, on allait là pour avoir du fun, mais la première affaire qu’on a su, c’est qu’on avait la police qui nous chargeait, c’était complètement fou. J’ai vécu ça, j’étais là. Je n’ai pas fait de mauvais coup, j’étais observateur, mais j’ai vraiment vu du monde fracasser des vitrines, voler du matériel, la police qui rentre dans le tas et des voitures à l’envers en feu.

Est-ce que tu suis encore beaucoup le hockey aujourd’hui?

AD : Oui, j’aime beaucoup ça, je regarde les matchs quand je peux. Je vais voir du hockey quand je voyage à l’extérieur. J’ai vu les Kings à Los Angeles, les Panthers en Floride, le Lightning à Tampa Bay. J’aime bien voir comment le hockey se vit dans d’autres villes, c’est très différent. En Floride, il y a un côté un peu surréaliste à voir du hockey alors qu’il fait 30 degrés Celsius dehors, qu’il y a des palmiers et que les gens sont en shorts.

As-tu ou avais-tu un joueur préféré?

AD : En 1986, c’était pas mal Mats Naslund. Je m’identifie aux joueurs plus petits. Quand les gens chialent qu’il y a trop de petits joueurs, ça m’enrage. Aujourd’hui, je dirais Brendan Gallagher. Moi, je jouerais comme lui, donc c’est sûr que ça vient me chercher.

Quel est l’endroit le plus inusité où tu as écouté un match de hockey?

De gauche à droite: Guy A. Lepage, Yves Pelletier, André Ducharme et Bruno Landry, du groupe Rock et Belles Oreilles

AD : En tournée, c’est quelque chose. Le plus inusité, c’est dans une loge pendant un spectacle. Tu as quasiment hâte de sortir de la scène pour aller voir le match. On était en tournée pendant toutes les séries de 1986 et puisque beaucoup de matchs s’étaient terminé en prolongation, ça finissait très tard. Souvent, on finissait le spectacle et la partie n’était pas finie. Ces séries-là, on était vraiment collés dessus. Pendant l’entracte, on regardait le match, on n’arrêtait pas d’écouter le hockey. On faisait des spectacles, mais le hockey était quasiment plus important. C’était une nécessité quand on allait jouer quelque part, ça nous prenait une télévision et le hockey.

Est-ce qu’il y a une certaine fébrilité dans les salles de spectacle lorsqu’il y a un match important au même moment?

AD : Oui et ce qui arrive souvent dans un spectacle d’humour, quand il y a un match important en séries, tu donnes le résultat. Quand il y a un but, tu le dis au monde, même si tu es en personnage, c’est le personnage qui va le dire.

As-tu rencontré des joueurs au fil de ta carrière?

AD : Guy Lafleur est probablement celui qui m’a le plus impressionné, il est venu quelques fois à Tout le monde en parle. J’ai rencontré Jean Béliveau. J’habitais à deux maisons de M. Béliveau pendant deux ans à Longueuil. Je ne lui ai jamais adressé la parole, parce que j’étais trop impressionné. Je passais devant chez lui avec mon petit dans le carrosse et je lui disais « Bonjour » quand il ramassait ses feuilles, il me rendait la pareille et ce n’est jamais allé plus loin. J’ai jasé un peu plus avec Guy Lafleur.

C’est très drôle parce que lorsqu’on rencontre des joueurs de hockey, surtout des joueurs plus âgés, on se rend compte que certains étaient des fans de RBO. On est mutuellement impressionnés et on ne se dit rien parce qu’on est trop gênés. C’est très comique.

On m’avait raconté, et j’ose croire que c’est vrai, que des joueurs qui jouaient dans d’autres villes et qui ne pouvaient pas écouter l’émission se faisaient venir les cassettes VHS des émissions.

Quel joueur serait le meilleur candidat pour Un souper presque parfait?

AD : Je ne connais pas leurs talents culinaires, mais j’aimerais bien voir – pour rester dans l’esprit de la Tite-chambre de François Pérusse – Vincent Damphousse avec un barbecue. Je serais bien curieux de voir ça.

Propos recueillis par Vincent Régis.

VOIR AUSSI
CH à coeur - Martin Petit
CH à cœur - David Lemieux 
CH à cœur - Patrick Côté

CH à coeur - Jennifer Finnigan
CH à coeur - Kevin Durand 
CH à cœur - William deVry 
CH à cœur - Sami Zayn

CH à cœur - Charles Lafortune  
CH à cœur - Jean-Marc Généreux 
CH à coeur - David McMillan
CH à coeur - Denis Coderre  
CH à coeur - Jean-Michel Anctil
CH à coeur - Rachid Badouri  
CH à coeur - Patrice Bernier

En voir plus