Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Camp des recrues – Jour 2

par Staff Writer / Montréal Canadiens
BROSSARD – Dans le calepin aujourd’hui : les Canadiens entre bonnes mains, Dumont parle de Hamilton et un invité a le CH tatoué.


Entre bonnes mains : Alors que beaucoup de partisans ont été peinés du départ de l’entraîneur adjoint et ancien Canadiens Kirk Muller, Aaron Palushaj confirme que les entraîneurs de Hamilton qui chausseront ses souliers ont vraiment la tête de l’emploi.

«Randy Cunneyworth est un entraîneur qui prend soin de ses joueurs ; il restera après un entraînement pour un bon moment à lancer des rondelles avec nous, à nous aider à travailler sur nos habiletés individuelles. C’est un bon communicateur et je crois qu’il ajoute une belle dimension au personnel d’entraîneurs. Et la connaissance du jeu de Randy Ladouceur est incroyable et il apporte beaucoup, autant sur la défensive que sur l’offensive », a mentionné Palushaj, avant de commenter sur ses propres objectifs pour la saison.

«De voir tous ces gars avec qui je jouais faire le saut dans la LNH, ça donne beaucoup d’espoir et ça démontre que même si tu ne fais pas partie de l’équipe dès la fin du camp, pourvu que tu ailles à Hamilton et que tu joues bien, des choses arrivent et les opportunités de créent d’elles-mêmes.»

Copie conforme
: Sur les 31 joueurs invités au camp des recrues des Canadiens, une dizaine a joué pour les Bulldogs de Hamilton au cours de la saison 2010-2011. C’est notamment le cas de Gabriel Dumont, pour qui le fait d’avoir un nouvel entraîneur dans le club-école n’est pas nécessairement synonyme de changement.

«À Hamilton, on essaie de faire la même chose que ce qui se passe à Montréal. On est dans la même organisation et le but est de ne pas désorienter les gars quand ils montent avec les Canadiens », a expliqué Dumont. «Je pense que la philosophie globale reste la même, même si on change d’entraîneur. Après quelques mois, c’est facile de s’adapter à un nouvel entraîneur.»,

Le CH tatoué : À titre de joueur invité au camp des recrues, Olivier Dame-Malka sait que de se mériter un contrat professionnel peut être toute une commande. Cela fait du joueur le plus tatoué du camp, celui qui a également le plus à prouver.

«Est-ce que c’est difficile? Eh bien, oui et non. Bien que ce soit difficile pour des raisons évidentes, c’est plus facile de te pousser quand tu sais que tu n’as rien à perdre et que tout ce que tu as à faire est de donner tout ce que tu as sur la glace », a confessé le défenseur de 5-pieds-10, qui a réussi à marquer un but dans le premier match simulé du camp, lundi.

«De voir des gars comme Desharnais réussir, c’est encourageant, parce qu’on voit que si on donne tout ce qu’on a, c’est possible pour un joueur dans ma position d’obtenir un contrat.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI:
Camp des recrues – Jour 1 
Jamais oublié
La tournée des grands-ducs
31 joueurs participeront au camp de recrues des Canadiens
David contre…
En voir plus