Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Calepin des séries – 25 avril

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Dans le calepin des séries, on discute d’artillerie lourde, d’un gardien en feu et de contes de fées.

C’EST ASSEZ, CENDRILLON : Malgré l’avance initiale de 3 à 0 dans la série, il ne faudrait pas faire l’erreur d’être surpris du résultat des deux dernières rencontres. Après tout, les hommes de Dave Cameron se sont battus à chaque rencontre de la deuxième moitié de la saison pour défier les pronostics et se tailler une place parmi les 16 équipes qui allaient accéder aux séries éliminatoires. Le gardien Craig Anderson fait tout en son pouvoir pour faire durer le conte de fées d’Ottawa, n’ayant accordé que trois buts sur 123 tirs en trois rencontres, mais les Canadiens sont confiants de pouvoir terminer le travail amorcé.

« Nous les avons battus trois fois, nous sommes capables de les battre encore, » a affirmé Desharnais. « Sans rien enlever à Anderson, nous avons beaucoup plus confiance en notre gardien de but qu’eux. »

Si plusieurs analystes sont d’avis que Carey Price est la pierre angulaire du succès des Canadiens cette saison, et avec raison, l’attaquant Max Pacioretty est croit qu’il est l’heure pour l’offensive montréalaise de remercier le candidat au trophée Vézina avec quelques buts.

« Nous ne nous attardons pas trop à ce qui se dit à l’extérieur. S’il peut s’agir d’inspiration ou de motivation, nous devons l’utiliser à notre avantage », a expliqué le meilleur pointeur du Tricolore en saison régulière. « Évidemment, Carey nous a sauvé la peau à plusieurs reprises cette année, et je crois que c’est à notre tour de lui retourner la faveur. La série repose sur l’offensive. C’est difficile de marquer contre Anderson en ce moment, mais nous sommes arrivés à marquer des buts lors de situations difficiles auparavant. Nous devons trouver la manière de le faire. »

Si l’attaque débloque dimanche, les Canadiens pourront tirer une croix sur l’histoire Cendrillon des Sénateurs d’Ottawa et écrire le prochain chapitre d’une bien plus belle histoire, celle d’une équipe vieille de 105 ans.

« On gagne un match, on gagne la série », de rappeler Pacioretty. « Nous n’avons qu’à nous concentrer sur l’avenir. Nous ne pouvons pas nous attarder au passé. Au final, nous menons cette série 3 à 2, et nous savons que nous devons faire de notre mieux demain. »

L’ARTILLERIE LOURDE : Plusieurs joueurs ont contribué à l’offensive des Canadiens jusqu’ici en séries, mais les meilleures armes du Tricolore se veulent plutôt calmes face aux Sénateurs jusqu’ici. Pour donner raison aux clichés, pour gagner en séries, les meilleurs joueurs se doivent d’être les meilleurs. Lors des cinq matchs de la première ronde, les cinq meilleurs pointeurs de l’équipe en saison régulière ne comptent que neuf points, chose que les gros canons souhaitent changer.

« Les séries, ce n’est pas facile. Il n’y a pas beaucoup de place sur la glace, mais il faut lever notre jeu d’un cran. Il faut aller chercher la prochaine victoire. Ça va partir avec les deux premières lignes », a admis David Desharnais, qui compte deux mentions d’aide depuis le début des éliminatoires, les deux récoltées leur du deuxième match de la série contre les Sénateurs. « Je ne pense pas que nous sommes frustrés. C’est sûr qu’on aurait aimé gagner, mais en même temps, il reste deux matchs. L’équipe qui va remporter le quatrième match et la série va être moins frustrée que l’autre équipe. »

ÉTEINDRE LE FEU : Avant le match numéro un de la série Canadiens-Sénateurs, les discussions tournaient surtout autour du duel de gardiens auxquels les partisans auraient droit, alors que le candidat au trophée Vézina, Carey Price, affronterait le gardien recrue Andrew Hammond, qui allait participer alors à ses premières séries éliminatoires après avoir obtenu une moyenne de buts alloués de 1,79 et un pourcentage d’arrêts de 0,941 en 24 rencontres suivant la pause du Match des étoiles. Finalement, c’est à un autre duel qu’on a droit, Craig Anderson menant tous les gardiens en séries avec un pourcentage d’arrêts exceptionnel de 0,976 en trois rencontres, incluant un effort de 45 arrêts lors du quatrième match. Les Canadiens ont réussi à chasser Hammond du filet des Sénateurs avec deux victoires consécutives au début de la série et tenteront de faire de même avec l’autre gardien des Sénateurs dimanche soir au Centre Canadian Tire.

« Le seul but que nous avons marqué vendredi, je crois que je me tenais un demi pied devant lui. Il ne peut pas arrêter ce qu’il ne voit pas », a souligné Dale Weise, qui a enlevé les yeux d’Anderson pour permettre au tir de Tom Gilbert de percer la muraille. Il s’agissait du seul but des Canadiens vendredi soir. « Les rondelles rebondissent sur nos bâtons devant le filet. Ça viendra. Obtenir 50 tirs et ne marquer qu’un but, ça n’arrive pas très souvent. Je me fous de qui est devant le filet. Nous allons continuer à faire ce que nous faisons. Ça finira bien par rentrer. »

Élise Robillard écrit pour canadiens.com

LIRE AUSSI
Toujours conducteurs
Le jeu des chiffres - Match #5 - 24 avril 2015

Price en lice pour le trophée Vézina

En voir plus