Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Calepin de Floride

par Staff Writer / Montréal Canadiens

SUNRISE --  Dans le calepin aujourd’hui : une défensive en apprentissage, le retour d’un guerrier et Price fait le point.



UN GUERRIER DE RETOUR : Après avoir raté les 12 derniers matchs en raison d’une blessure au bas du corps subie de 5 mars contre les Jets, Brendan Gallagher sera de retour au jeu samedi soir contre les Panthers, espérant être en mesure de disputer les quatre rencontres encore au calendrier de l’équipe. Il s’agira seulement d’un 50e match cette saison pour le fougueux attaquant qui avait également raté une bonne partie de la saison après s’être cassé deux doigts en bloquant un tir.

«J’ai l’impression que j’ai été un peu trop blessé cette saison, alors c’est bon d’être finalement de retour. Il y a encore quatre matchs au calendrier, donc encore pas mal de temps pour jouer du bon hockey et aider cette équipe », lance Gallagher qui n’avait raté qu’un seul match au cours des deux saisons précédentes. «Les gars se présentent et travaillent fort. C’était bon de voir ça, mais maintenant je suis heureux de pouvoir mettre l’épaule à la roue et travailler pour que les résultats continuent dans la même veine. »

Pour son retour au jeu, Gallagher retrouvera les deux compagnons de trio avec lesquels il avait été jumelé tout juste avant de blesser, soit Alex Galchenyuk et Max Pacioretty.

«Ça va être bon de les retrouver. À notre premier match ensemble, je me suis blessé. On pourra peut-être rester un peu plus longtemps ensemble cette fois-ci », blague Gallagher. «Ils jouent du bon hockey dernièrement. Je vais essayer de ne pas briser cette chimie. Nous irons sur la glace pour avoir du plaisir et travailler aussi fort que possible. »

LE RETOUR DU COWBOY: Carey Price se rapproche rapidement du retour au jeu tant attendu. Avec quatre matchs à faire au calendrier, le cerbère de 28 ans aimerait bien enfiler les jambières pour autre chose qu’un simple entraînement. Mais il sait d’abord et avant tout que la patience est de mise dans ce genre de situation.

«Ce serait vraiment bien. J’ai travaillé tout ce temps pour revenir au jeu et ça a toujours été mon but. Si ça arrive, c’est génial, mais sinon je serai prêt pour septembre », confesse Price qui a participé aux deux plus récents entraînements de l’équipe. «J’ai encore quelques symptômes, mais je me sens bien. J’essaie pour l’instant de retrouver la cadence de jeu d’un match. Je n’ai pas affronté beaucoup de tirs au cours des derniers mois. »

De son propre aveu, la saison 2015-2016 a été la plus difficile mentalement pour Carey Price, le plus récent récipiendaire des trophées Jennings, Ted-Lindsay, Vézina et Hart.

«Je me sens plus fatigué maintenant que quand je joue au hockey », admet le numéro 31. «Seulement regarder les matchs, honnêtement, je ne sais pas comment les gens font. C’est dur d’être assis, de regarder et de ne pas être en mesure de contribuer. C’est ça qui est le plus difficile dans toute cette histoire. »

S’il a encore quelques symptômes relatifs à sa blessure, Price admet qu’il ne ressent plus aucune douleur.

«Il s’agit plus de problématiques d’amplitude. Pour être gardien, tu dois avoir une amplitude maximale. Je travaille encore pour retrouver les quelques degrés qui manquent », admet Price qui n’a jamais cessé de travailler avec Stéphane Waite au cours des derniers mois. «Je me sens près, mais ce n’est pas encore tout à fait parfait. Ça fait partie du processus de guérison. »

UNE JEUNE DÉFENSIVE : Avec la blessure subie par Nathan Beaulieu lors de la rencontre de jeudi soir et le fait que P.K. Subban ne sera toujours pas disponible pour un retour au jeu samedi, c’est une défensive encore plus inexpérimentée qui affrontera les Panthers. Brett Lernout se joindra au groupe, lui qui disputera un premier match dans la LNH. À l’exception d’Andrei Markov et d’Alexei Emelin, le reste de la brigade défensive compte un total de 69 matchs d’expérience sur le circuit Bettman, dont 54 pour Pateryn seulement.

«C’est assez exceptionnel de voir ce qui se passe avec nos défenseurs. C’est notre situation, c’est notre réalité », avoue Michel Therrien lorsqu’on lui fait remarquer cet état de fait. «Il ne faut pas s’empêcher d’essayer de gagner des matchs pour autant, comme on l’a fait jeudi. On va avoir besoin de l’aide de tout le monde. »

Parmi les défenseurs qui impressionnent, on compte notamment Joel Hanley, qui compte cinq mentions d’aide à ses six premiers matchs dans la LNH.

«Il est calme et c’est important pour un défenseur. Au lieu de seulement pelleter la rondelle sur la bande, il fait des jeux et ça rend la tâche des ailiers plus simple », explique le capitaine Max Pacioretty. «Parfois quand un défenseur s’amène avec l’équipe, il a peur de faire un mauvais jeu et se débarrasse de la rondelle ou l’envoie valser dans les airs. Pas lui. Il est vraiment calme. »

Pour Hanley, qui fait partie des 17 joueurs rappelés des IceCaps cette saison, l’expérience des derniers jours est inestimable.

«Je suis de plus en plus confortable à chaque match. Je garde mon jeu simple autant que possible », admet Hanley qui s’est joint aux Canadiens à titre de joueur autonome en juillet 2015. «C’est bon d’accumuler des points, mais j’essaie surtout d’être bon en défensive et d’apprendre ce qu’est la LNH. J’apprends quelque chose de nouveau chaque jour. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
Plus blanc que blanc
Le début du parcours

En voir plus