Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Calepin d’après-match – 15 février

par Staff Writer / Montréal Canadiens

GLENDALE -Dans le calepin, Max Pacioretty est loin de dire « mononcle », P.K. Subban parle d’introspection et Lars Eller d’assumer ses responsabilités.



LOIN DU 82e MATCH:
Même si les Canadiens ont encaissé un deuxième revers de suite et n’ont pu grimper au classement, les joueurs de l’équipe sont loin d’avoir mis une croix sur la saison, en commençant par le capitaine, Max Pacioretty. Une saison comporte 82 matchs, pas 57.

« La saison n’est pas terminée. Il reste encore 25 matchs à faire et nous devons rebondir de ceci », d’affirmer Pacioretty, qui a terminé sa soirée de travail avec un tir au but. « Nous devons bien jouer au Colorado, rester unis et nous assurer que nous faisons les bonnes choses en tant qu’équipe. »

Demain est un autre jour et la formation montréalaise compte bien retrousser ses manches pour prendre de front l’Avalanche de Patrick Roy.

« Nous devons nous présenter à l’aréna tous les jours et faire notre travail », de poursuivre Pacioretty, qui n’a passé que 15 minutes et 38 secondes sur la glace, son deuxième plus bas total de la saison. « Ce soir, nous n’avons pas fait notre travail. Demain, nous devons nous présenter à l’aréna et nous rendre meilleurs les uns les autres. Nous devons être certains que nous serons prêts pour le Colorado. »

MIROIR, MIROIR:
Si les Canadiens ont été dans le coup en début de partie, les choses se sont compliquées par la suite alors que les Coyotes ont pris les devants 5 à 2 après 40 minutes de jeu pour finalement l’emporter 6 à 2. Une chose doit être faite pour retrouver le chemin de la victoire.

« La première chose que tu dois faire est que tout le monde doit se regarder dans le miroir et se demander s’ils jouent leur meilleur hockey présentement », de clamer P.K. Subban, qui a été utilisé pendant plus de 20 minutes pour la 56e fois en 57 matchs cette saison. « C’est ce dont nous avons besoin de tout le monde. Tout le monde doit être à son meilleur. Tu ne dois pas t’apitoyer sur ton sort ou celui d’un autre; tu dois jouer ton meilleur hockey et trouver une façon d’être à ton meilleur. Si quelqu’un dans cette chambre peut se regarder dans le miroir et dire qu’il joue son meilleur hockey, nous sommes dans le trouble. Nous avons besoin de plus de gars qui élèvent leur jeu d’un cran. »

PRENDRE LE BLÂME: La parité dans la LNH étant ce qu’elle est, aucune équipe ne doit être prise à la légère. Les Canadiens, qui affrontaient une équipe qui n’avait remporté qu’un seul de ses sept derniers matchs, n’ont pu profiter de cette opportunité pour renverser la vapeur après le revers de 6 à 4 vendredi à Buffalo.

« Je crois que nous devons prendre nos responsabilités ce soir », d’admettre Lars Eller, au terme de la rencontre. « Nous devons nous regarder. Ce n’est pas le plan de match ou quelque chose d’autre. Le personnel d’entraîneurs nous prépare bien. Nous n’étions pas là dans les quarante dernières minutes de jeu et nous avons payé pour nos erreurs. Ce n’est pas important qui tu affrontes – toutes les équipes sont bonnes maintenant. S’il te manque cinq ou dix pour cent, tu vas mal paraître. Nous avons mal paru ce soir. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 15 février 2016
Faits saillants - Canadiens @ Coyotes
À surveiller cette semaine
En repérage

Un souhait non réalisé

En voir plus