Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Froese, le choix logique

Byron Froese a été nommé capitaine du Rocket au terme d'un vote des joueurs

par Vincent Régis @CanadiensMTL / canadiens.com

LAVAL - Pour ses coéquipiers du Rocket de Laval, il ne faisait aucun doute que Byron Froese méritait d'arborer le «C» sur son chandail.

Celui qui a signé une entente de deux ans avec les Canadiens à l'été est devenu le premier capitaine de l'histoire du Rocket de Laval vendredi dernier, à la suite d'un vote auprès des joueurs.

Tweet from @RocketLaval: Votre capitaine, Byron FroeseYour captain, @ByFroese #GoRocket pic.twitter.com/xTAXiarY5I

«Byron, je ne le connais pas depuis très longtemps, mais c'est un leader qui est vraiment sorti du lot. Pas nécessairement par ce qu'il dit dans le vestiaire, mais par ce qu'il donne sur la glace, par les gestes qu'il pose et comment il se prépare pour chaque match, mentionne Jérémy Grégoire, qui est en à sa troisième année chez les professionnels.

«Quand tu regardes son parcours, tu vois qu'il a eu des hauts et des bas. Il s'est promené dans la ECHL, la Ligue américaine, un peu dans la Ligue nationale, il a fait le tour pas mal. Il a vécu plus d'expériences que la plupart des joueurs ici. C'est un gars avec qui tu peux facilement parler.»

Choix de quatrième tour des Blackhawks de Chicago en 2009, Froese a disputé son premier match dans la LNH six ans plus tard, en 2015, dans l'uniforme des Maple Leafs de Toronto, après des séjours avec cinq formations différentes dans la AHL (trois équipes) et la ECHL (deux équipes).

«C'est un modèle pour moi qui suis encore en début de carrière. Comme l'a été Gabriel Dumont à ma première année et Max Friberg ensuite. Ils ont tous été de bons mentors, ajoute le Sherbrookois, qui prend également exemple sur les autres vétérans de l'équipe.

«On a plusieurs leaders, des gars comme Chris Terry, Matt Taormina - les deux adjoints au capitaine Froese - et Nick Deslauriers, des gars qui ont de l'expérience, qui ont joué beaucoup de matchs. Ils veulent nous aider à progresser.»

Peter Holland, quant à lui, connaissait déjà Froese avant de se joindre lui aussi au Rocket l'été dernier. Les deux se sont côtoyés pendant une bonne partie de la saison 2015-2016 dans le vestiaire des Maple Leafs.

Froese avait disputé 56 rencontres avec les Torontois cette année-là, contre 65 pour Holland.

«Il a toujours été un gars drôle, toujours souriant. Certains gars ici l'appellent même " Papa"! affirme Holland.

«Il se présente au travail tous les jours, il travaille fort, il travaille bien. Il est un exemple pour nous tous et c'est ce qui l'aide à accéder au prochain niveau.»

Il ne lui a d'ailleurs fallu qu'un mois pour accéder à ce «prochain niveau». Moins d'une semaine après avoir été nommé capitaine par ses pairs, Froese a reçu une autre marque d'appréciation, cette fois-ci de la haute direction, qui l'a rappelé dans le grand club mardi soir.

Froese a ainsi pris part à son premier match dans l'uniforme tricolore jeudi face au Wild du Minnesota.

«C'est l'un de nos meilleurs joueurs depuis le début de la saison. Il est très constant. Son nom n'apparaît peut-être pas toujours sur la feuille de pointage, mais on le remarque toujours dans d'autres aspects du jeu, comme en désavantage numérique ou sur les mises en jeu. Je crois que ça l'aide beaucoup», poursuit Holland à propos de son coéquipier, qui a amassé 11 points (3B-8A) en 13 matchs avec le Rocket depuis le début de la saison.

«C'est pleinement mérité, ajoute Grégoire. J'étais au match justement hier [mardi, au terme duquel le Tricolore a annoncé son rappel]. Quand j'ai vu ça, je l'ai texté immédiatement pour le féliciter. C'est tout un honneur pour lui et je pense qu'il va faire du bon boulot.»

En voir plus