Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Bush: Un amour authentique pour le hockey et le Tricolore

La passion que le gardien de but de l'Impact de Montréal Evan Bush ressent pour le sport sur glace est indéniable

par Matt Cudzinowski. Traduit par Visionnaire Communications. @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Le hockey n'était pas sur l'écran radar du gardien Evan Bush avant que celui-ci déménage à Montréal.

Mais peu après avoir rejoint les rangs de l'Impact, au mois de mars 2011, l'athlète originaire de Concord Township, dans l'Ohio, a vite attrapé la fièvre des Canadiens et il a été un fidèle partisan depuis ce temps.

« À mon arrivée, je ne connaissais rien du hockey, je n'avais aucun lien émotif avec qui que ce soit dans ce sport. Cependant, quand tu arrives dans cette ville, il est impossible de ne pas se laisser gagner par l'histoire d'amour que les gens ont avec le hockey », a déclaré Bush, 33 ans, qui vit à Montréal à l'année longue avec son épouse Colleen et leurs trois jeunes enfants - Isabella, six ans, Canaan, quatre ans, et Brooklyn, sept mois. « Je suis en quelque sorte tombé en amour avec le hockey. Quand j'assiste à des matchs ou quand je les regarde à la télé, c'est toujours palpitant. C'est toujours captivant de voir comment s'exprime le tempérament des joueurs en terme de compétitivité. »

Que l'arrivée de Bush ait coïncidé avec le fait que les Canadiens aient affronté leurs grands rivaux, les Bruins de Boston, au premier tour des séries éliminatoires a certes aidé à cet égard.

Même si le club montréalais a été éliminé, la série d'une durée de sept matchs s'est avérée l'initiation parfaite au rapport qu'entretient l'équipe avec les gens de la ville.

« Durant leur parcours, ce printemps-là, ça m'a permis d'apprivoiser la ville et de voir comment celle-ci réagit quand les Canadiens vont bien et suscitent les passions. J'ai trouvé ça vraiment intéressant. Tu peux vraiment sentir l'énergie qui provient de la foule et des partisans », a mentionné Bush, qui a suivi de près quatre autres parcours de l'équipe dans les séries au fil des ans. « La ville elle-même est en feu pendant les séries. C'est plaisant comme sensation. »

Les enfants du vétéran de huit saisons dans la MLS ont eux aussi adopté le sport d'hiver par excellence au Canada.

Bush prévoit inscrire Isabella à des cours de patinage et Canaan au hockey au cours de la prochaine année.

« Mes enfants sont tous nés à Montréal, donc ils sont Canadiens. C'est peut-être dans leur sang d'aimer le hockey. Je commence à le voir. Ils vont à l'école, et le sport numéro un auquel les jeunes s'identifient, c'est le hockey. Ils sont à l'âge où ils jouent pendant la pause du dîner ou dans les rues du quartier. Ils voient d'autres enfants jouer et ils s'y intéressent, a indiqué Bush. Ce sera intéressant et instructif, pour nous les parents, quand ils vont jouer. Je pense que le hockey va venir un peu plus naturellement à Canaan - quand on lui donne un bâton de golf, ces temps-ci, il le tient comme un bâton de hockey. »

Quand Bush a l'occasion de regarder jouer la troupe de Claude Julien au Centre Bell, il a tendance à suivre avec plus d'attention les faits et gestes de Carey Price.

Ce qui ne devrait pas surprendre, évidemment, puisqu'ils occupent des postes similaires.

« Mes moments préférés quand je vais aux matchs, c'est quand je peux m'asseoir un peu plus près de la patinoire et voir les yeux de Carey, à quel point il est concentré. Rien ne l'empêche de suivre la rondelle, a noté Bush. C'est là quelque chose que j'ai essayé d'intégrer à ma façon de jouer avec le temps. C'est encourageant de voir un athlète de ce niveau, qui a connu autant de succès, être en mesure de rester concentré jour après jour dans un sport aussi éprouvant. »

Bush n'aime pas seulement la façon de jouer de Price. Il apprécie au plus haut point à quel point il reste calme et imperturbable sur la glace et en dehors.

« Si tu es capable d'avoir ce genre d'attitude au plus haut niveau quand tu joues, ça montre à quel point tu es concentré et que tu t'es bien préparé, affirme Bush. Je crois que c'est valable aussi en dehors de la patinoire. Son calme et sa capacité à ne pas se laisser distraire l'aident certainement. Je crois que ça explique en partie pourquoi il a obtenu autant desuccès sur la glace. »

Bush est par ailleurs fier d'avoir certaines choses en commun avec le gardien partant des Canadiens, et qui n'ont aucun lien avec la technique sur la glace.

Tout d'abord, ils adorent tous deux la musique country.

Deuxièmement, ils préfèrent les choses simples de la vie.

« Comme Carey, je ne viens pas d'une zone urbaine. J'ai grandi dans un milieu très modeste. Nous sommes tous deux des gens simples. Nous pouvons être heureux rien qu'à s'asseoir autour d'un feu de camp avec des amis que nous connaissons depuis 20 ans, ou nous pouvons encore sortir et passer une belle soirée au Ritz-Carlton, a dit Bush. La simplicité, voilà ce qui nous rend tous deux le plus à l'aise, d'après ce que je ressens de mon côté et ce que je l'ai entendu exprimer. J'ai beaucoup de respect pour ça. »

Et enfin, ils sont tous les deux plus affamés que jamais de continuer à bâtir sur leurs succès respectifs et d'ajouter un peu de quincaillerie à leur collection.

« Je n'aurais jamais cru atteindre des plateaux de ce genre au niveau professionnel, alors j'en suis très fier », a conclu Bush qui, comme Price, détient les records de son équipe pour les matchs disputés, les minutes disputées, les tirs contre et les arrêts. « Je suis aussi impatient de continuer et d'ajouter des trophées à ces plateaux. Les plateaux, c'est bien, mais des trophées qui viendraient accompagner ces plateaux, ce serait encore mieux. »

En voir plus