Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Bon retour Jaro

par Staff Writer / Montréal Canadiens
WASHINGTON – Le Tricolore avait besoin d’une performance à saveur épique pour l’emporter vendredi contre les Capitals. C’est exactement de qu’ils ont fait, à commencer par le gardien Jaroslav Halak.


Après avoir été la victime de six buts lors du match 2 et après s’être vu retiré du match la rencontre suivante, Halak a retrouvé et son filet et sa joie de vivre. Avec une performance de 37 arrêts, dont quelques-uns plutôt spectaculaires en troisième période, le gardien a donné une chance de plus aux partisans montréalais de se faire entendre au Centre Bell, lors du match numéro 6, lundi soir prochain.

« C’est certain que nous sommes vraiment contents d’avoir gagné le match, mais en même temps, nous ne pouvons pas trop nous exciter. Il ne s’agit que d’un match. Nous sommes encore en retard et il faut encore gagner d’autres rencontres», a laissé savoir Halak.

Avec son humilité caractéristique, Halak s’est bien sûr empressé de remercier ses coéquipiers.

« Les gars ont fait un bon travail. Même s’ils ont obtenu 38 tirs, les gars ont bloqué beaucoup de tirs», a ajouté la première étoile de la rencontre.  À chaque fois qu’il y avait un rebond, ils étaient là pour moi. Nous savions tous que ça allait être un gros match pour tout le monde, parce que si on perdait, c’était la fin de la saison. »

Ses coéquipiers ne se sont toutefois pas fait prier pour lancer des fleurs à leur homme masqué, en commençant par la deuxième étoile de la rencontre, Michael Cammalleri.

«Jaro était partout et il a joué son meilleur match des séries. Il a fait la différence ce soir, Parler, ça ne vaut rien » a indiqué Cammalleri, à propos de son gardien. «La meilleure preuve de leadership à ce moment-ci de l’année c’est sur la glace que ça se passe et Jaro l’a démontré ce soir. »

Avec le poids du monde clairement enlevé de sur ses épaules, Halak a senti le besoin d’en dire un peu plus.

«Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent, mais juste pour que vous le sachiez, quand on serre une bouteille d’eau, nos mains tremblent », a mentionné Halak, en référence au fameux épisode de la main tremblante décrit par Ovechkin après le match numéro 2. «Regardez la vidéo de ce soir. Lorsque je serrais ma bouteille d’eau, mes mains tremblaient là aussi. »

Du côté de l’adversaire, sans minimiser la performance de Halak, le pilote des Caps Bruce Boudreau a tenu à mettre un peu de pression sur ses propres joueurs.

«Halak a très bien joué, il n’y a aucune question à se poser à ce sujet, mais nos joueurs qui sont des marqueurs ont eu de belles opportunités et n’ont pas su les utiliser. Pour moi, c’est comme si un gars qui est censé frapper l’adversaire ne le fait pas », a laissé savoir un Bruce Boudreau bouillonnant. « On dirait que c’est impossible que tous les joueurs fassent leur travail en même temps. Nous avions 13 ou 14 joueurs prêts de soir et cinq ou six passagers. Nous sommes embarqués sur la glace, avons joué de façon terrible durant les dix premières minutes et le match était terminé. »

Le match était terminé pour la simple raison que Jaroslav Halak allait être intraitable. Et c’est ce qu’il a fait.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

À voir également:
Jeu des chiffres - 23 avril
Sommaire
Résumé
Rester en vie 
Cinq choses à savoir : Match 5 
En voir plus