Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Bienvenue à bord, Nate!

Le nouveau venu Nate Thompson est ravi de rejoindre le Tricolore et a hâte de mettre ses habiletés à profit avec sa nouvelle formation

par Matt Cudzinowski. Traduit par Pierre Antoine Mercier @CanadiensMTL / canadiens.com

BROSSARD - Certaines opportunités dans la vie sont trop belles pour être laissées pour compte.

Ce fut le cas pour Nate Thompson lorsque le directeur général des Kings de Los Angeles l'a approché pour lui demander s'il voulait lever sa clause de non-échange pour se joindre aux Canadiens.

Le joueur de 34 ans originaire d'Anchorage, en Alaska a saisi l'opportunité de rejoindre une franchise des six équipes originales qui continue de faire beaucoup de bruit dans la Conférence de l'Est.

« Ils ont une bonne saison cette année. Ils ont beaucoup de bons gars », a déclaré Thompson, qui a été acquis lundi des Kings avec un choix de cinquième tour en 2019 en échange d'un choix de quatrième tour plus tard cette année. « Ils jouent extrêmement vite. J'ai remarqué ça quand nous avons joué contre eux plus tôt cette saison. »

Il s'agissait du 11 octobre dernier au Centre Bell, alors que les Kings ont infligé une défaite par la marque de 3-0 aux Canadiens lors de leur match d'ouverture à domicile.

Maintenant, Thompson sera de l'autre côté et il est ravi de rejoindre le groupe.

« Je suis dans la Ligue depuis quelque temps déjà, mais je me sens un peu comme un jeune homme aujourd'hui », a déclaré Thompson, qui totalise 672 matchs d'expérience dans la LNH avec les Bruins, les Islanders, le Lighting, les Ducks, les Sénateurs et les Kings. « Ça m'a donné la chair de poule quand j'ai réalisé que j'allais jouer pour eux. »

Le vétéran de 12 saisons dans la LNH désire contribuer au succès des Canadiens de toutes les manières possibles.

« Mon jeu est assez simple. Je suis l'un de ces gars qui s'occupent de ses affaires sans faire trop de bruit. J'essaie d'apporter de l'énergie à l'équipe. Je pense que je patine plutôt bien. Je peux aider avec les mises en jeu et les pénalités, et je peux marquer un but ici et là », a expliqué Thompson, qui affiche un taux d'efficacité de 52,6% sur les mises en jeu au fil des ans. « Pour moi, il s'agit de bien s'intégrer à l'équipe. Ils ont un bon mélange de jeunes et de vétérans qui ont fait un excellent travail cette année, alors je vais juste essayer de venir et de faire ce que je peux pour aider. »

Bien que Thompson ne connaisse pas nécessairement beaucoup de ses nouveaux coéquipiers, il y a tout de même des visages familiers dans le vestiaire.

Il a représenté l'équipe des États-Unis avec Jeff Petry au Championnat du monde de hockey en 2012 et en 2013, et a également joué avec le nouveau venu Christian Folin à Los Angeles la saison dernière.

Un tout nouvel environnement

Si Thompson était content de se déplacer lundi vers le nord de la frontière, son épouse, Sydney, l'était également.

Le couple s'est marié l'été dernier à Beverly Hills.

« Elle a été géniale. L'année dernière, nous avons déménagé d'Ottawa à Los Angeles, alors elle était un peu comme: « Très bien, on y va! » Elle était excitée », a révélé Thompson. « Elle avait toujours l'habitude de plaisanter en disant qu'elle voulait regarder notre équipe à Montréal et je peux lui dire désormais « Eh bien, maintenant, tu as de très bonnes chances. » Plus important encore, elle m'a extrêmement soutenu et elle est heureuse pour moi. »

Parlant d'assister à un match à Montréal, Thompson se rappelle avoir entendu ses parents, Robert et Cathy, raconter une expérience mémorable qui s'était déroulée il y a de nombreuses années à l'ancien domicile des Canadiens.

« Quand j'étais beaucoup plus jeune, mon père était en voyage d'affaires avec ma mère et ils sont allés à Montréal. Ils se sont rendus à un match à l'ancien Forum. Je me souviens qu'ils en parlaient, à quel point c'était incroyable d'assister à un match là-bas. Je m'en souviens toujours », a mentionné Thompson. « Avoir la chance de jouer à Montréal, je me suis toujours dit: « Wow, ce serait génial de jouer pour les Canadiens. »

En ce qui concerne la rigueur des hivers québécois, Thompson se dit prêt.

« Je suppose que je suis aussi prêt que possible », a conclu Thompson en riant. « J'ai été extrêmement chanceux de jouer dans des climats chauds pendant la majeure partie de ma carrière, mais pour avoir une chance de jouer pour les Canadiens, le froid n'est pas une grosse affaire. C'est juste de la neige et tout va bien aller. »

En voir plus