Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Bien en selle

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL –  Devant rencontrer la presse plus tôt qu’il l’aurait souhaité pour effectuer le bilan de la saison de son équipe, Bob Gainey est loin de lancer la serviette et ceux qui le pensaient sont loin de le connaître.


Tandis que les critiques sont rapides à pointer du doigt la formation amochée par les blessures pour la fin de saison hâtive de l’équipe des séries, le directeur général/ entraîneur-chef du Tricolore a préféré porter son attention sur le positif.

« Nous avons eu une excellente saison dans certains aspects », a indiqué Gainey. « Par exemple, nous avons eu quelques joueurs qui se sont amenés en renfort et qui ont acquis de l’expérience en fin de saison. Nos attentes étaient telles qu’il était difficile de les atteindre et nous avons créé ces attentes avec notre performance de l’an dernier et le jeu des joueurs comme Andrei Kostitsyn et Tomas Plekanec. Vous pouvez regarder du côté d’Andrei Markov, il a connu une saison exceptionnelle. Avant d’être blessé il y a quelques semaines, il était le meneur dans de nombreuses catégories chez les défenseurs. »

Après avoir terminé au premier rang de la Conférence de l’Est en 2007-2008, la barre avait été placée très haute pour les Montréalais, mais le scénario a été modifié en cours de route.

« Avec le recul, lorsque nous avons fait la transaction pour acquérir Robert Lang en septembre et quand je regardais notre équipe sur papier, où nous avions ajouté Alex Tanguay et Lang pour améliorer notre attaque, je crois que nous avions remplacé l’offensive perdue avec le départ de Mark Streit. Nous avions prévu qu’un certain nombre de joueurs allaient progresser et, au cours de la première moitié de la saison, c’est ce qui est arrivé. Nous avions un bon dossier, mais c’est au cours de la deuxième moitié que les problèmes sont arrivés où ceux-ci se sont accumulés à un rythme que l’équipe qui était là sur papier en septembre n’était plus l’équipe qui devait se battre pour une place en séries. »

Au terme de l’élimination du Tricolore en quatre matchs aux mains des Bruins, la question dans bien des chaumières du Québec était à propos de la présence dans le filet de Carey Price pour chacun des matchs. La question étant même discutée entre un journaliste et sa pauvre conjointe qui ne se doutait sûrement pas être un sujet de discussion devant la quarantaine de journalistes présents au Complexe sportif Bell.

« Je crois que Carey Price est un pur sang », a répondu Gainey. « Votre femme ne le reconnaît peut-être pas, mais, moi, par exemple, je ne digère pas tellement bien le pain, alors nous avons tous notre domaine d’expertise. Nous avons utilisé Carey Price en fin de saison l’an passé pour qu’il acquière de l’expérience. Nous l’avons mis dans un rôle de gardien numéro un pour accélérer le nombre de parties qu’il pouvait disputer et du même coup accélérer le nombre de bonnes performances qu’il pouvait livrer. À 21 ans, je crois qu’il fait vraiment bien. De plus, il est un bon gardien. Si je devais jouer contre lui, je me dirais « Wow, c’est un bon gardien. » C’est la raison pour laquelle je l’ai mis dans les buts. Pouvez-vous en glisser un mot à votre femme? »

La saison morte sera loin d’être « morte » pour le directeur général/ entraîneur-chef des Canadiens qui avait notamment 10 agents libres sans compensation dans son alignement à la fin de la saison et avec lesquels il pourrait négocier de nouvelles ententes.

« Je n’ai pas encore commencé à travailler au niveau de la gestion de l’équipe », a admis Gainey. « Habituellement, le calendrier commence à se dévoiler vers la mi-mai lorsque plus d’équipes sont éliminées. D’ici là, nous allons développer le plan quant aux agents libres sans compensation, les joueurs que nous devons remettre sous contrat, les rencontres en vue du repêchage. Suivant ces dates critiques qui sont en place, cela devrait nous mener au repêchage. »

S’il ne sait pas encore s’il effectuera un retour derrière le banc en 2009-2010, Gainey reconnaît toutefois qu’il aime toujours autant porter son chapeau de directeur-gérant et qu’il n’a pas l’intention de l’abandonner de sitôt.

« Je suis assis ici avec l’idée que j’ai encore du travail à faire », a conclu Gainey.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À lire également:
Je reviendrai à Montréal...
Weber et Stewart cédés à Hamilton 
En voir plus