Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Bien en place

par Staff Writer / Montréal Canadiens

NEW YORK – Marc Bergevin n’a pas peur des relations à long terme.

Quelques heures avant que les Canadiens ne sautent sur la glace du Madison Square Garden pour tenter de décrocher la pole position au classement de l’Association de l’Est, le propriétaire, président et chef de la direction des Canadiens Geoff Molson s’est occupé d’un dossier à l’extérieur de la glace, s’assurant de conserver les services du directeur général Marc Bergevin à Montréal jusqu'en 2022.

« Premièrement je voudrais remercier Geoff Molson et toute l’organisation des Canadiens pour leur vote de confiance. Aussi, Monsieur Serge Savard qui a fait partie du processus de mon embauche en 2012 », a lancé d’entrée de jeu Bergevin, qui a rencontré les journalistes quelques heures avant le 23e match des siens cette saison. « J’ai toujours dit que la chose la plus importante c’est que c’est un travail d’équipe. La raison pour laquelle je suis ici aujourd’hui c’est à cause des succès de l’équipe. Ce sont les joueurs qui ont performé et non moi. Je n’ai pas marqué de but pis je n’ai pas arrêté de rondelle depuis mon arrivée à Montréal.

« Je voudrais aussi remercier Michel Therrien, Jean-Jacques Daigneault, Dan Lacroix, Clément Jodoin et Stéphane Waite pour le travail exceptionnel qu’ils font », a-t-il poursuivi au sujet du personnel d’entraîneurs du Tricolore. « Ils me permettent de diriger les Canadiens de Montréal pendant encore plusieurs années j’espère. »

Réussissant haut la main son défi de changer l’identité des Canadiens depuis embauche en mai 2012, Bergevin a pris en charge une équipe qui a terminé au dernier rang du classement dans l’Est quelques semaines plus tôt et l’a transformée en aspirant qui a non seulement accédé aux séries éliminatoires à ses trois premières campagnes comme D.G., mais également en formation qui a terminé dans le Top 5 de la LNH au chapitre des matchs éliminatoires disputés, des victoires en séries et des rondes éliminatoires de jouées au cours de cette période.

Et avant le début de la saison 2015-2016, le Tricolore a également récolté le cinquième plus haut total de victoires en saison régulière depuis son entrée en poste.

« La stabilité est très importante selon moi », a mentionné l’homme de 50 ans, qui avait passé sept saisons au sein de l’équipe de direction des Blackhawks – où il a remporté la coupe Stanley en 2010 – après une carrière de 20 saisons dans la LNH avant d’aboutir à Montréal. « Geoff l’avait mentionné dans son communiqué ce matin. La stabilité envoie le bon message à nos joueurs, à nos jeunes, à nos clubs-école et à nos partisans que ça peut amener de bons résultats éventuellement à Montréal. »

Présentant une formation face aux Rangers qui comptait dix joueurs acquis par Bergevin depuis le début de son règne, son empreinte se retrouve partout sur cette équipe qui se retrouve parmi l’élite de la LNH. Son tout premier joueur repêché à titre de D.G., Alex Galchenyuk, mène tous les joueurs de l’encan 2012 avec 117 points et est seulement un de deux joueurs provenant de cette cuvée qui a plus de 200 matchs derrière la cravate dans la LNH.

Dale Weise, acquis lors d’une transaction en février 2014, est actuellement au deuxième rang des meilleurs buteurs de l’équipe avec neuf – un de moins que son sommet personnel de 10 réussi l’an dernier à sa première saison complète à Montréal. Joueur invité au camp d’entraînement, Tomas Fleischmann est à égalité au sommet chez les Canadiens avec ses trois buts gagnants, en plus d’en avoir marqué sept au total. Mike Condon est devenu le troisième gardien dans l’histoire des Canadiens à remporter au moins ses quatre premiers départs en carrière dans la LNH, présentant un dossier de 6-0-2 à ses huit premières sorties et Jeff Petry est devenu un de meilleurs défenseurs du Tricolore depuis son arrivée en provenance d’Edmonton à la date limite des transactions en mars 2015. Sans compter l’apport des Torrey Mitchell, Brian Flynn, Paul Byron, Tom Gilbert, Alexander Semin et Devante Smith-Pelly, qui ont combiné pour un total de 30 points et un différentiel de plus-23 jusqu’à présent cette saison.

Point de presse de Bergevin

Finaliste au titre de directeur général de l’année à deux reprises, dont à sa première saison en 2013, la transition de Bergevin dans son nouveau rôle s’est effectuée en douceur. Bien qu’il puisse être fier de tout ce qu’il a accompli depuis qu’il s’est joint à l’équipe de sa ville natale en 2012, il préfère plutôt regarder vers ce quoi lui et son équipe sont en train de bâtir à Montréal pour le futur.

« Il n’y a rien dont je suis le plus fier en particulier, mais la journée que je suis arrivé ici, l’équipe avait connu une saison difficile. On sait tous que c’était pour plusieurs raisons, je sais qu’il y avait eu beaucoup de blessés et ça avait joué une grande partie là-dedans, mais avec Michel on a amené de la stabilité », a expliqué Bergevin. « L’équipe a démontré beaucoup de stabilité dans nos victoires. L’apprentissage de nos jeunes pour moi est quelque chose que je suis très fier. »

Depuis qu’il est au sein de l’organisation montréalaise, Bergevin s’est assuré de mettre la main sur des personnes de caractère lorsqu’il a construit son équipe. Et ce n’était pas différent lorsqu’il a bâti son équipe dans les bureaux au cours des trois dernières années.

« Le travail d’équipe pour moi c’est des Rick Dudley, Larry Carrière, Scott Mellanby, Martin Lapointe et Trevor Timmins », a souligné Bergevin au sujet de son vice-président principal aux opérations hockey, de ses deux directeurs généraux adjoints, de son directeur au développement des joueurs et de son vice-président du personnel des joueurs et directeur du recrutement amateur. « Lorsque je suis arrivé ici, Trevor était déjà là. Je ne le connaissais pas mais j’ai rapidement réalisé à quel point il était important aux Canadiens de Montréal et à quel point il travaillait fort. C’est impossible pour un DG d’être partout à la fois et de prendre les meilleures décisions basé sur des informations, sans que tu sois là. Je veux remercier ces personnes-là, mais tandis que je passe 90 % de mon temps avec le grand club, j’ai mes recruteurs qui regardent les autres parties dans la LNH. Des Vaughn Karpan qui prennent des décisions avec moi. Je suis ici aujourd’hui à cause d’eux.

« Je suis seul debout ici », a-t-il conclu. « Mais il devrait y avoir beaucoup d’autres gars à mes côtés ici. »

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

À VOIR AUSSI :
Point de presse de Marc Bergevin
Prolongation de contrat pour le directeur général Marc Bergevin

En voir plus