Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Avec le temps

par Staff Writer / Montréal Canadiens

MONTRÉAL – À 32 ans, Tom Gilbert continue d’affûter ses outils afin d’être un meilleur défenseur.

Depuis qu’il a été nommé sur l’équipe d’étoiles des recrues de la LNH lors de sa première saison sur le circuit Bettman, avec les Oilers, le défenseur originaire de Bloomington au Minnesota s’est forgé une réputation de bon défenseur pour transporter la rondelle, couplé d’une capacité hors pair à faire une bonne première passe.

En effet, lorsque Gilbert a disputé des saisons complètes de 82 matchs, il a toujours enregistré 30 points ou plus, incluant un sommet de 45 points, dont 40 mentions d’aide en 2008-2009.

Mais lorsque le défenseur de 6-pieds-2, faisant osciller la balance à 204 livres, s’est joint aux Canadiens en tant qu’agent libre le 1er juillet 2014, après une récolte de 28 points avec les Panthers la saison précédente, il se retrouvait avec une formation déjà bien connue pour avoir de la production offensive en défensive.

Avec P.K. Subban et Andrei Markov combinant leurs efforts pour une récolte de plus de 100 points à la ligne bleue, Gilbert a trouvé sa niche à Montréal en faisant la différence en défensive. Étant parfois victime des humeurs des partisans à ses débuts avec l’équipe, il a rapidement gagné le respect de tous en peaufinant son jeu défensif et en bloquant sa part de tirs.

N’ayant pas réussi à bloquer plus de 100 tirs depuis qu’il avait mené les Oilers dans cette catégorie en 2010-2011 (172 tirs bloqués), l’ancien choix de quatrième tout de l’Avalanche en 2002 a décidé que de sacrifier son corps pour ses nouveaux coéquipiers était la meilleure façon de se faire des amis.

Et le moment ne pouvait être mieux choisi.

Dans une saison où les Canadiens ont alloué en moyenne plus de 30 tirs par soir, Gilbert a mis son grain de sel, empêchant 164 tirs de se rendre jusqu’à la cage de sa formation, bon pour le deuxième rang chez le Tricolore, derrière seulement Andrei Markov et ses 173 tirs bloqués.

Pour mettre tout ça en perspective, un petit calcul s’impose. Considérant le fait que Carey Price a affiché un incroyable pourcentage d’arrêt de 0,933, les 164 tirs bloqués par Gilbert représentent 11 buts que Price n’a pas accordés. Une statistique assez considérable dans une saison où les Canadiens ont remporté 20 matchs par un seul but.

Gilbert est même allé jusqu’à bloquer un tir avec son visage le 21 mars, alors que Carey Price était en quête d’un jeu blanc contre les Sharks.

Ratant les quatre matchs suivants en raison d’une blessure au haut du corps, l’ancien de l’Université de Wisconsin reviendra au jeu le 2 avril, avant de participer à 12 matchs des séries éliminatoires, triplant ainsi son expérience en séries. De retour avec quelques points de suture et une visière vitrée complète, Gilbert a continué son travail, menant les Canadiens avec 33 tirs bloqués contre Ottawa et Tampa Bay.

Steven Nechay écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
Les Canadiens rachètent le contrat de P.-A. Parenteau 
De la variété au menu 
Au bon endroit, au bon moment 
Les Canadiens de Montréal dévoilent un nouveau chandail en vue de la saison 2015-2016 
Le calendrier de la saison 2015-2016 dévoilé 

En voir plus