Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

«Tout le monde doit trouver son petit leader en lui» - Danault

Avec l'absence de Pacioretty, Weber et Price, les joueurs doivent se lever

par Joanie Godin @CanadiensMTL

BOSTON - Les Canadiens seront privés de leur capitaine pour les quatre à six prochaines semaines, ce qui signifie que Max Pacioretty pourrait rater le reste de la saison en raison d'une blessure à un genou, survenue vendredi.

La liste des blessés s'allonge donc une fois de plus, alors qu'on y trouvait déjà les Carey Price, Shea Weber, Victor Mete et Ales Hemsky.

«C'est difficile de voir des gars comme ça tomber au combat en raison de blessures. Les trois (Pacioretty, Price et Weber) sont un gros morceau de l'équipe. Mais on a un jeune groupe et plusieurs joueurs se lèvent. Ça donne la chance à plusieurs de se montrer. C'est une belle occasion. En même temps, on a quand même un bon vestiaire avec beaucoup de joueurs de caractère. On se tient ensemble en ce moment», a indiqué Alex Galchenyuk, qui a réussi un tour du chapeau vendredi.

Des joueurs comme ça ne sont évidemment pas faciles à remplacer. Mais comme le croit aussi Phillip Danault, c'est aux autres de se lever et de faire preuve de leadership.

«Il nous manque notre capitaine, et Patch et Weber sont des grosses pertes. Il faut que tout le monde se lève et soit capable d'aller chercher le petit leader en lui, que tout le monde joue ensemble. Ça donne aussi la chance aux jeunes de montrer ce qu'ils ont dans le ventre», a indiqué le Québécois.

L'arrivée de plusieurs jeunes, comme Noah Juulsen, Nikita Sherbak, Rinat Valiev et Charlie Lindren, apporte aussi un vent de fraîcheur au groupe.

«Ça amène de l'énergie fraîche. Tu es jeune, tu veux grinder et faire ta place dans l'équipe. Tout le monde devrait être comme ça d'ailleurs. C'est comme ça qu'on devrait bâtir notre identité. Les jeunes qui arrivent créent plus de compétition et on se pousse tous, alors c'est bon», a dit Danault, qui, à 25 ans, se trouve même un peu «vieux».

Galchenyuk aussi fait maintenant partie de ses «jeunes vieux» à 24 ans et il veut lui aussi prêcher par l'exemple.

«Ça fait maintenant quelques années que je suis avec cette équipe. Je suis encore très jeune, mais il y a beaucoup de joueurs plus jeunes que moi en ce moment. Il faut montrer l'exemple. Je ne serai pas un des joueurs les plus vocaux dans le vestiaire, mais je serai là, à jouer mon jeu, à prêcher par l'exemple et à avoir de bonnes habitudes. Ç'a été une année difficile, mais on doit aller vers l'avant», a dit le numéro 27.

«On sait très bien qu'on ne sera pas en séries cette année, mais on se l'est dit il y a 10 ou 15 matchs qu'il faut construire pour l'année prochaine. Que la culture et le système de jeu s'établissent dans l'équipe. On ne peut pas se pogner le derrière sur la glace, il faut continuer à jouer pour l'année prochaine», a renchéri Danault, ajoutant que les joueurs n'hésitaient pas à se «donner l'heure juste» afin de ne pas répéter les erreurs. 

La porte est donc ouverte pour ceux qui veulent saisir leur chance de se faire valoir et de démontrer qu'ils ont l'étoffe et le calibre de la LNH.

«Pour les gars qui arrivent dans la formation, c'est une opportunité de faire leurs preuves. C'est ce qu'on essaie de faire ici. Depuis qu'on a décidé que cette année n'était pas la nôtre, on a essayé de réinitialiser notre concentration et l'utiliser pour bâtir et grandir. Ce niveau de compétition a vraiment aidé notre jeu», a affirmé Brendan Gallagher, qui a été l'unique buteur des siens lors du match à Boston, samedi.

En voir plus