Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Derrière les lignes ennemies : Martin Gélinas sur Paul Byron

L'entraîneur adjoint des Flames nous parle de son ancien élève

par Pierre-Antoine Mercier @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - De passage au Centre Bell en prévision du match de mardi soir face aux Canadiens, l'entraîneur adjoint des Flames de Calgary Martin Gélinas a bien voulu nous parler de son ancien joueur, Paul Byron.

Gélinas, qui a disputé en tant que joueur pas moins de 1273 matchs en carrière dans la LNH, est le seul entraîneur encore avec les Flames à avoir été derrière le banc lors du passage de Byron à Calgary. L'entraîneur n'avait que de bons mots à l'endroit de l'attaquant des Canadiens. 

« Il était super. C'est un joueur que dans les pratiques, tu lui disais quelque chose et il le faisait tout de suite. Ce qu'on aimait de Paul, c'était qu'on pouvait le mettre dans toutes les situations », a expliqué l'homme originaire de Shawinigan. « C'est un gars qu'on pouvait mettre autant sur l'avantage numérique que sur le désavantage numérique. C'est un joueur polyvalent et quand on l'a perdu au ballottage, ça l'a fait un gros trou dans notre équipe. »

Video: Le programme d'entraînement de Paul Byron

Saisir sa chance

Après avoir disputé 130 matchs avec les Flames, récoltant 46 points, dont 16 buts, Byron a été réclamé le 6 octobre 2015 par les Canadiens. 

En 232 rencontres avec Montréal depuis 2015, l'ancien des Olympiques de Gatineau montre un dossier de 57 buts et 46 mentions d'aide pour un total de 103 points.

Video: PIT@MTL: Byron déjoue DeSmith en tirs de barrage

Ce changement d'air a grandement contribué au succès de Byron, ce qui lui a permis d'apposer sa griffe sur une prolongation de contrat de quatre ans d'une valeur de 13,6 millions $ le 23 septembre dernier en plus d'être nommé à titre d'assistant-capitaine du Tricolore.

« C'est une belle récompense qui est amplement méritée pour lui. À chaque camp, il a fallu qu'il se prouve et qu'il montre à l'équipe qu'il pouvait faire partie des 12 attaquants », a souligné Gélinas. « Maintenant, tout le monde sait que c'est un joueur du calibre de la Ligue nationale qui est capable de bien contribuer et je suis certain qu'il va continuer à faire son bout de chemin pendant longtemps. »

Un départ émotionnel

Bob Hartley était à l'époque l'entraîneur-chef des Flames lorsque Byron a été réclamé par les Canadiens. Gélinas se souvient de la réaction de son collègue lorsqu'il avait appris que l'attaquant de 5''9 avait été réclamé.

« Bob Hartley a toujours été un entraîneur solide qui ne montre pas beaucoup d'émotions. Je me rappelle quand Paul est parti de Calgary, Bob est devenu très émotionnel », a raconté Gélinas. « Il savait qu'on venait de perdre un très bon joueur. Ça démontre à quel point il aimait Paul Byron. »

Preuve comme quoi, Byron est maintenant un joueur respecté partout à travers la Ligue nationale de hockey (LNH). 
 

En voir plus