Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Au pays de la pluie

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL - L’Écosse, pays de la pluie, de Braveheart, de la cornemuse et du hockey. Du hockey?


C’est officiellement aujourd’hui que s’amorce le camp d’entraînement des Bulldogs de Hamilton. En fait, c’est plutôt ce soir, lorsqu’ils mettront les pieds sur le vol qui les amènera directement à Edinburgh.

Au total, 25 joueurs seront du voyage, notamment les 19 qui ont été retranchés du camp d’entraînement des Canadiens lundi soir. S’ajoutera à cette liste Alex Henry, ainsi que cinq joueurs invités provenant des Cyclones de Cincinnati, équipe associée aux Bulldogs dans la ECHL.

Quelques heures avant le grand départ et également avant l’ouverture de son premier camp d’entraînement en tant qu’entraîneur-chef des Bulldogs, Guy Boucher avoue avoir très hâte, en particulier pour ses joueurs.

« La très grande majorité des joueurs n’ont jamais mis les pieds en Europe, » a avoué Boucher. «Je sais qu’ils sont très excités. C’est très positif pour l’équipe. On s’éloigne pour mieux se rapprocher dans le fond. Il n’y aura aucune distraction là-bas et ce sera certainement un groupe uni qui évoluera plus rapidement.»

« Durant le camp d’entraînement des Canadiens, il y avait un niveau de stress assez élevé sur les jeunes », a-t-il poursuivi. « Ils se mettaient beaucoup de pression pour bien réussir. On se levait tôt et travaillait fort toute la journée, sur glace et hors glace. Je pense donc qu’aujourd’hui, ils vont pouvoir décompresser durant le voyage en avion.»

Bien que l’Écosse ne soit pas la destination à laquelle on pense automatiquement lorsqu’il est question de hockey, le directeur général des Bulldogs, Julien BriseBois, assure que le tournoi pour l’obtention de la coupe Gardiner risque d’être compétitif.

«Il y a plusieurs joueurs qui ont déjà joué en Amérique du Nord et le calibre devrait être assez bon. Il ne faut pas oublier qu’on va là pour se préparer pour la saison qui s’en vient. On est là pour jouer des matchs, visionner des vidéos, s’entraîner. »

Le fait de quitter Hamilton pour faire le camp d’entraînement à l’extérieur en est déjà à sa deuxième année. L’année dernière, ils avaient fait le voyage vers St.John's à Terre-Neuve.

« Souvent quand les joueurs se présentent directement à Hamilton, ils cherchent à se trouver un appartement, savoir où sont les restaurants, etc. Ils veulent arranger leur vie personnelle pour se sentir plus à l’aise. En enlevant ces distractions, ça leur permet de se concentrer sur le hockey, d’apprendre à connaître leurs coéquipiers et le personnel d’entraîneur » assure BriseBois.

Du côté des joueurs, même son de cloche. Pour David Desharnais, qui a connu un excellent camp d’entraînement avec les Canadiens, il entrevoit ce voyage dans le Vieux-Continent du bon œil.

« Ça va être vraiment plaisant. Pour la majorité des gars, c’est la deuxième année qu’on se côtoie. J’ai vraiment hâte de découvrir un autre coin de pays », laisse savoir celui qui en sera à son second voyage en terre européenne, mais son premier dans le pays où la pluie est reine.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

Lire aussi
Dix-sept joueurs cédés aux Bulldogs
Deux joueurs cédés aux Bulldogs
Comme dans le temps 
Premier voyage outre-mer


En voir plus