Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Au bon endroit, au bon moment

par Staff Writer / Montréal Canadiens

SUNRISE – Noah Juulsen était loin d’être un inconnu aux yeux des dirigeants des Canadiens avant sa sélection vendredi soir.

Si plusieurs personnes s’attendaient à ce qu’un attaquant soit sélectionné par le Tricolore en première ronde lors du repêchage 2015 de la LNH, l’état-major de l’équipe sentait plutôt un besoin de se renforcir à la ligne bleue puisque la majorité des meilleurs espoirs de la formation sont soit à Montréal, où ils cognent à la porte de la Ligue nationale. C’est pour cette raison que lorsque Marc Bergevin et Trevor Timmins ont pris la parole au micro du BB&T Center, ils n’ont pas hésité à prendre le joueur qu’ils souhaitaient tant à leur rang, Noah Juulsen.

« Depuis mon arrivée à Montréal, on a repêché en première ronde des attaquants comme [Alex] Galchenyuk, [Michael] McCarron et [Nikita] Scherbak. On sentait un besoin dans l’organisation d’amener de la profondeur en défensive. Dans notre division, c’est important d’avoir des défenseurs avec son style. On était fiers qu’il soit disponible au 26e rang », a admis le directeur général montréalais au sujet de la sélection du défenseur originaire d’Abbotsford, en Colombie-Britannique. « Il est un bon patineur, avec du caractère et qui compétitionne, ce genre de joueur là trouve toujours une façon d’avoir du succès. Il fait penser à des gars comme Kevin Bieksa ou Jeff Petry. Après qu’on l’ait repêché, il y a des personnes qui sont venus me dire que c’était une très bonne sélection. »

Le nom de Juusen était peut-être méconnu du côté des partisans, mais il était loin de l’être au sein du personnel en charge du recrutement des Canadiens. Alors que les recruteurs s’occupant de couvrir l’Ouest du continent avaient déjà une bonne idée de quel genre de joueur était l’arrière de 6-pieds-2 et 174 livres, Bergevin et Timmins ont pu compter sur l’évaluation d’autres visages connus qui sont revenu avec des rapports très favorables à l’endroit de Juulsen, alors qu’ils visitaient un de ses coéquipiers à Everett.

« Martin Lapointe et Rob Ramage, qui s’occupent de développer nos jeunes, l’ont vu jouer à Everett parce qu’ils allaient voir Scherbak. Ce n’est pas leur tâche première de faire du recrutement, mais ils ont donné une bonne opinion », a confié Bergevin, au sujet du coéquipier de Juulsen avec les Silvertips, qui avait été le choix de première ronde des Canadiens en 2014. « [Leur entraîneur] Kevin Constantine est un ancien entraîneur de la LNH, qui a un bon style défensif. Je lui ai parlé ce matin et je lui ai posé des questions sur Juulsen. La meilleure chose que je peux dire c’est qu’un de nos dépisteurs qui l’a vu souvent m’a dit qu’il allait bien dormir ce soir, sachant qu’il est confiant qu’on a repêché un joueur qui sera dans la LNH à court terme. »

Le principal intéressé est d’accord que le fait d’avoir joué aux côtés de Scherbak n’a pas nui à la visibilité du côté du Tricolore et qu’il serait heureux un jour d’enfiler en même temps que son bon ami, le chandail bleu-blanc-rouge. Toutefois, Juulsen croit que le fait qu’il a pris les bouchées doubles au cours de la dernière campagne et qu’il a démontré qu’il était un défenseur plus complet a grandement aidé à sa sélection en première ronde, lui qui n’était pas classé aussi haut il y a quelques mois.

En vrac: Juulsen

« C’est toute une sensation. Nous étions de bons amis cette année, ce serait amusant qu’on puisse se retrouver éventuellement dans le futur à Montréal. C’est certain que le fait qu’ils soient venus souvent voir Scherbs a aidé, mais je crois que j’ai travaillé très fort au cours de l’année et ça m’a bien préparé », a souligné Juusen, qui est passé d’une récolte de 10 points en 2013-2014 à 52 cette saison, en plus d’afficher un différentiel de plus-22 en 68 rencontres dans la WHL. « J’ai eu beaucoup plus d’opportunités sur la glace cette saison et ça m’a beaucoup aidé. J’étais un défenseur défensif à mon arrivée à 16 ans, mais cette année j’ai eu plus de liberté. Mon jeu défensif est probablement ma force, mais je crois que si je continue à travailler sur mon jeu offensif, il s’améliorera. »

Malgré le fait qu’il ait rencontré les dirigeants des Canadiens plus tôt dans la journée, le défenseur de 18 ans ne s’attendait aucunement à être sélectionné par le Tricolore. Fervent partisan des Canucks de Vancouver dans sa jeunesse, admettant même avoir un style ressemblant à celui de Kevin Bieksa, Juulsen croit qu’il n’aura aucune difficulté à s’adapter à un aussi gros marché de hockey comme Montréal. Bien qu’il ne patrouillera pas la ligne bleue au Centre Bell demain matin, le nouveau-venu dans la famille du Tricolore sait ce qu’il devra faire pour réaliser son rêve, et entend profiter de l’expertise d’un ancien gagnant trophée Norris lorsqu’il sera en ville pour le camp d’entraînement.

« Jouer à Everett a été excellent pour mon développement. Nous avons un excellent entraîneur et un excellent personnel. Ils m’apprennent les rudiments depuis que j’ai 16 ans et ils m’ont beaucoup aidé à m’améliorer », confie celui qui est de descendance danoise, qui comptait sur l’appui de nombreux membres de sa famille vendredi à Sunrise. « À partir de maintenant, j’aurais à augmenter ma charpente et devenir plus gros et plus fort. Ça ne fera que m’aider. De plus, j’ai très hâte d’éventuellement côtoyer un gars comme P.K. Subban. Ce sera incroyable. Je sens que je peux apprendre de lui. »

Comme les partisans des Canadiens, Juulsen a déjà hâte en septembre.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI :
En vrac: Juulsen
Les Canadiens de Montréal dévoilent un nouveau chandail en vue de la saison 2015-2016
Club 1909 : Ajoutez votre nom dans la glace pour la totalité de la saison 2015-2016!
La philosophie ne change pas

En voir plus