Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Une défaite qui n'aurait pas dû en être une

Malgré 56 tirs au but, les Canadiens s'inclinent 5 à 4 en prolongation devant les Islanders

par Joanie Godin @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Les Canadiens ont décoché 56 tirs au but. Ils ont comblé deux retards de deux buts pour créer l'égalité. Mais ce n'est toutefois qu'avec un seul point qu'ils ont quitté le Centre Bell, lundi, après une défaite de 5 à 4 en prolongation face aux Islanders de New York.

«C'est crève-cœur. Quand tu joues contre une équipe que tu pourchasses, tu as besoin d'une victoire en temps réglementaire. Alors quand tu vas en prolongation, ça fait mal de perdre ce point supplémentaire, c'est certain, a admis Paul Byron, qui a tout de même souligné du positif dans cette rencontre.

«Quand tu as 56 tirs au but, plusieurs chances de qualité, ça te donne plusieurs choses sur lesquelles bâtir. Il y a tout de même eu quelques erreurs qui nous ont coûté le match, alors il faut trouver un moyen de peaufiner notre jeu et s'assurer de ne pas refaire ces erreurs et donner des buts faciles comme ça», a ajouté Byron, qui a joué au centre pour la première fois en quelques années, en l'absence de Phillip Danault et d'Andrew Shaw.

Video: Résumé MTL: le CH s'incline en prolongation

En général, la performance de la troupe de Claude Julien a tout de même de quoi l'inspirer pour ses prochains matchs, qui seront tout aussi cruciaux, cette semaine.

«Ces points supplémentaires ont évidemment une très grande valeur pour nous et ce serait bien de les avoir. Mais on joue du très bon hockey, alors il faut rester positifs», a indiqué Price.

Les Islanders ont rapidement pris les devants 2 à 0 dans ce duel, mais les Canadiens n'ont jamais baissé les bras face à une des meilleures attaques de la ligue.

«Ce n'était définitivement pas le départ qu'on voulait, mais on a été très résilients ce soir et on a fini par jouer un très bon match», a ajouté le gardien.

L'entraîneur-chef aurait évidemment aimé un meilleur sort, mais il est tout de même satisfait de la tenue de son équipe lors des derniers matchs.

«Pour moi, c'était évident qu'on était la meilleure équipe. Ce sont les chances de marquer qu'ils ont eues, des bons lancers sur le peu qu'on leur a donnés. Mais on a montré du caractère en revenant de l'arrière à plusieurs reprises. C'est vraiment décevant. On a assez bien joué, on aurait dû sortir d'ici avec deux points. Mais l'équipe dernièrement joue du bon hockey. On vient de ramasser six points sur une possibilité de huit et si on peut continuer à ramasser des points comme ça, on a une chance quand même de se remettre dans la course. C'est d'essayer de rester positifs, même si c'est une défaite frustrante», a dit le pilote.

Parmi les points positifs, il y a les performances de Nicolas Deslauriers, qui a même été utilisé avec Jonathan Drouin et Alex Galchenyuk par moments.

«Depuis qu'il est arrivé ici, il joue du bon hockey. Il a beaucoup d'énergie, c'est un gars qui veut s'améliorer chaque jour, c'est facile de travailler avec lui, il nous demande de lui montrer des choses après les matchs. C'est plaisant d'avoir des joueurs comme ça et de les voir être récompensés pour leur travail, leur dévouement et leur volonté. Quand il joue de cette façon, il mérite d'avoir du temps de glace. Il a donné beaucoup d'énergie à ce trio quand je lui en ai donné l'occasion», a souligné Julien.

De son côté, le Québécois reconnaît qu'il vit les meilleurs moments de sa carrière.

«Avec la maturité que j'ai prise, les défis que j'ai eus dans ma carrière, je suis dans mon prime time. Je me sens bien, j'ai confiance en mon jeu, même s'il y a toujours des choses à améliorer», a admis l'attaquant, qui a inscrit son sixième but de la saison, égalant ainsi un sommet personnel dans la LNH.

Les Canadiens poursuivront leur marathon de cinq matchs en huit jours avec des arrêts à Boston mercredi et à Washington vendredi, avant de revenir pour un autre affrontement contre les Bruins, samedi à Montréal.

En voir plus