Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Réservoir à sec

Le CH aura quelques jours pour trouver des solutions

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

BOSTON - Ce n'était certainement pas de cette façon que les Canadiens espéraient partir en vacances. La bonne nouvelle, c'est que justement, c'est le temps des vacances et qu'ils pourront enfin recharger les batteries et… trouver des solutions pour mettre fin à leurs insuccès.

La troupe de Michel Therrien a subi un deuxième revers en autant de soirs, dimanche, en s'inclinant 4 à 0 face aux Bruins de Boston.
 
Tout comme la veille contre les Blues de St. Louis, le Tricolore n'a pas mal paru, surtout en première période, mais il n'a pas montré ses plus beaux atouts non plus. Et à force d'écoper de punitions, on finit par en payer le prix. C'est ce qui est arrivé au TD Garden, là où le CH n'avait pourtant pas perdu depuis plus de cinq ans.
 
«On a eu une bonne première période, on a perdu le momentum avec les unités spéciales en deuxième et on s'est mis dans un trou duquel on n'a jamais été en mesure de se sortir. On se doit d'être disciplinés», a mentionné l'entraîneur-chef en faisant allusion aux quatre jeux de puissances offerts aux Bruins au deuxième tiers. Ces derniers en ont profité pour marquer une fois.
 
Au cours de cette période, les Canadiens ont pour leur part bénéficié de trois supériorités numériques, mais au lieu d'en profiter, ils ont accordé un but, celui de Zdeno Chara, qui faisait 2 à 0.
 
Il y a une expression populaire au hockey que l'on entend souvent, soit «la rondelle ne roulait pas pour nous». Même si elle n'explique pas cette sixième défaite en sept matchs, cette locution s'applique pour quelques jeux. Mauvais bonds, poteaux, malchances, le CH en a eu son lot dernièrement.
 
Le capitaine Max Pacioretty croit que tout le monde doit en faire plus.

Video: Pacioretty sur l'importance de se regrouper
 
«Tout le monde doit améliorer son jeu, c'est aussi simple que ça. Ce soir (dimanche), il y a eu quelques malchances et le match nous a glissé des mains. Tout le monde doit en faire plus et jouer avec confiance», a souligné l'Américain.
 
Pas question toutefois de blâmer l'horaire très serré avec lequel ils doivent composer depuis le début de la saison.
 
«Les gens parlent du calendrier ou de la fatigue, mais on doit tous vivre avec les mêmes choses. On doit se regarder dans le miroir, se retrousser les manches et s'en faire avec nos propres matchs seulement», a poursuivi Pacioretty, qui a décoché cinq des 25 tirs des siens.
 
Retour malheureux
 
Un autre qui aurait souhaité un meilleur sort est Brendan Gallagher, qui fêtait son retour au jeu et son 300e match dans la LNH.
 
L'attaquant ne cherchait pas d'excuses lui non plus, mais plutôt des solutions.
 
«On doit retourner à ce qui faisait de nous une équipe à succès. On est une très bonne équipe quand tout le monde met l'épaule à la roue et que les quatre trios fonctionnent. Mais pour le moment, on dirait qu'on reste là à regarder un peu, espérant que quelqu'un d'autre fera la différence, a souligné le numéro 11, qui a passé 11 min 6 s sur la glace, distribuant quatre mises en échec et lançant deux fois au filet.
 
«Il faut à nouveau avoir cet état d'esprit, alors qu'on se disait qu'on pouvait tous faire la différence. On a assez de bons joueurs ici pour faire ça et j'ai toujours confiance en ce groupe», a poursuivi Gallagher, qui était de retour après avoir raté 17 rencontres en raison d'une fracture à la main gauche.

Video: Gallagher sur son retour au jeu


L'équipe profitera maintenant de son congé (bye) et ne sera de retour au boulot que vendredi après-midi. Le prochain match des Montréalais est prévu samedi, contre les Jets de Winnipeg, à 14h au Centre Bell.
 
«On doit repartir à zéro et utiliser ce congé pour se reposer. Je suis certain que les gars sont très épuisés, car l'horaire n'a pas été facile pour nous. On doit se regrouper, se concentrer à nouveau et revenir affamés et prêts à trouver des solutions», a ajouté Gallagher.

Quant à Alexander Radulov, il aurait préféré ne pas avoir congé tout de suite après une défaite.
 
«Si on avait gagné aujourd'hui, j'aurais dit que je veux une pause, mais après avoir perdu, tu ne veux pas de congé. Tu veux retourner sur la glace et commencer tout de suite le prochain match», a dit le Russe.

Comme l'a dit Pacioretty, cette mauvaise séquence est maintenant chose du passé et l'important sera de savoir remettre les compteurs à zéro au retour du congé, mais surtout, d'avoir fait le plein d'énergie en vue du dernier droit de la saison.

En voir plus