Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Bataille inspirante

Les Canadiens battent les Flyers 5 à 4 samedi soir au Centre Bell

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

MONTRÉAL - Les Canadiens n'ont pas eu à chercher bien loin pour de l'inspiration samedi soir. Avant le match, c'est le petit Simon Gauvin, qui combat un cancer, qui a annoncé la formation partante aux joueurs dans le vestiaire - un honneur habituellement réservé à l'entraîneur-chef.

Puis, six autres membres de Leucan - Laurent, Alex, Charles, Benjamin, Matis et Kaleb - ont accompagné Brendan Gallagher, Tomas Plekanec, Max Pacioretty, Alexei Emelin, Shea Weber et Carey Price sur la glace pour les hymnes nationaux.

«Ça remet les choses en perspective, particulièrement après ce qui est arrivé hier soir (vendredi soir). On a perdu 10 à 0 et bien que ce soit mauvais, ces enfants-là font face à un défi beaucoup plus grand. De les voir avec le sourire aux lèvres nous a donné un petit boost», a confié Gallagher, qui a demandé à son petit compagnon de saluer la foule à quelques reprises.

«Si quelqu'un vous dit qu'il n'a pas eu de frissons avant le match, il ment. C'est malheureux qu'ils aient à passer à travers ça, et ç'a mis une petite étincelle de plus en nous ce soir (samedi)», a renchéri Greg Pateryn, après la victoire de 5 à 4 face aux Flyers de Philadelphie au Centre Bell.

Et on les croit, car l'émotion était à son comble dans l'amphithéâtre en début de rencontre et Andrei Markov a surfé sur cette vague pour ouvrir la marque dès la 66e seconde de jeu. Son tir frappé de la ligne bleue a dévié sur un défenseur des Flyers pour déjouer Michal Neuvirth.

Phillip Danault se souviendra sûrement longtemps de cette rencontre. Nommé la première étoile du match pour la première fois dans l'uniforme des Canadiens, le jeune Québécois a dédié cette rencontre à Daniel Fréchette, qui était entraîneur des gardiens de buts lors de son passage avec les Tigres de Victoriaville.

«Il est décédé du cancer il y a quelques mois. C'était vraiment une bonne personne. J'ai joué pour lui ce soir», a-t-il confié, la voix quelque peu nouée par l'émotion.

Video: Phillip Danault sur la performance de son trio

Le Tricolore jouait un deuxième match en deux soirs - et tentait surtout d'effacer rapidement de sa mémoire la défaite de 10 à 0 subie la veille à Columbus - et la présence des enfants leur a donné des ailes.

«C'est triste, mais en même temps, ils sont tellement courageux. C'est une inspiration pour tout le monde. C'est certain que ça nous a donné des jambes en première période. C'était plus difficile en raison du match de la veille, mais on a su trouver l'énergie grâce à eux», a poursuivi Danault, qui a inscrit son troisième but de la saison lorsque Torrey Mitchell l'a repéré devant le filet après avoir empêché Neuvirth de dégager.

Plekanec débloque

Les cinq buts des Canadiens ont été réussis par cinq joueurs différents. Du lot, trois enfilaient l'aiguille pour la première fois de la campagne, soit Markov, Pateryn et Plekanec.

La satisfaction était immense pour le Tchèque et on pouvait voir avec la réaction de ses coéquipiers qu'ils étaient eux aussi très heureux de le voir être enfin récompensé pour ses efforts.

«On était tous très contents pour lui. Ça lui a enlevé un piano des épaules!» a blagué Danault.

Plekanec, qui a lui aussi été touché par les cérémonies d'avant-match surtout puisqu'il a perdu son père d'un cancer, a marqué ce qui s'est avéré être le but gagnant en infériorité numérique.

«C'était un gros but, sans aucun doute. Ça nous a permis de respirer un peu et ç'a fait la différence à la fin», a dit le principal intéressé.

Video: Plekanec creuse l'écart en désavantage numérique

Une 250e émotive

C'est donc un match un peu bizarre - le momentum a changé de côté à plusieurs reprises et le CH a inscrit deux buts alors que la cage de Neuvirth était presque béante - que les Montréalais ont trouvé le moyen de gagner. Et c'était là, la chose la plus importante pour l'entraîneur-chef Michel Therrien.

Comme ses joueurs, celui qui a signé sa 250e victoire derrière le banc des Canadiens samedi soir a été remué par la présence de Simon, qui lui a momentanément volé son boulot.

«C'était très émotionnel de voir le petit Simon donner la formation de départ dans le vestiaire. C'est un battant ce petit gars, c'est un gagnant. Je suis convaincu qu'il va se battre et qu'il va gagner et c'est aussi un peu le message que j'ai donné aux joueurs», a-t-il conclu.

Si Therrien a admis que Simon «était venu le chercher», on peut dire sans se tromper que les jeunes battants ont touché les quelque 21 000 personnes présentes au Centre Bell, autant dans les estrades que sur la glace. Et qu'une partie de la 10e victoire de la saison de leurs préférés leur revient.

Video: Le point de presse d'après-match de Michel Therrien

Les Canadiens joueront leur prochain match mardi, alors que les Bruins de Boston seront en ville.

En voir plus