Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

DAL@MTL : Retour victorieux

Le Tricolore a retrouvé ses partisans et le chemin de la victoire mardi soir au Centre Bell

par Vincent Régis @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Le Tricolore a fait payer cher aux Stars de Dallas pour leur indiscipline mardi soir au Centre Bell.

Dans un match très physique, ponctuée de plusieurs mises en échec percutantes et de deux bagarres, les Canadiens ont inscrit trois buts en supériorité numérique, en route vers une victoire de 4 à 2, leur première depuis le 2 mars à Brooklyn.

Défait 5 à 2 la veille à Columbus, le Tricolore n'a aucunement eu l'air d'une équipe qui venait de disputer trois matchs en quatre soirs et qui était revenue à peine 18h plus tôt d'un périple de douze jours sur la route.

«C'est important de donner aux joueurs le mérite lorsqu'il leur revient. Ce soir, le groupe m'a vraiment impressionné, a souligné Claude Julien au début de son point de presse après la victoire.

«Le premier match au retour d'un long voyage est toujours difficile, on avait tout un adversaire devant nous ce soir, une équipe qui se bat pour rester en position de faire les séries. On a tout donné, du début à la fin. On a vraiment montré beaucoup de caractère.»

Video: DAL@MTL: Scherbak se moque de la défensive des Stars

«J'ai dit aux joueurs : "Si après ce soir, ça ne fait pas mal, après trois matchs en quatre soirs, c'est parce qu'on n'en a pas donné assez", a poursuivi Julien. Je suis certain qu'il y en a beaucoup qui ont mal présentement, mais le sentiment est toujours bien quand tu gagnes un match.»

Et des ecchymoses, il doit y en avoir des deux côtés.

Au total, 78 mises en échec ont été distribuées - 48 par les Canadiens, 30 par les Stars. Nicolas Deslauriers en a appliqué 11 à lui seul, un sommet cette saison pour le Québécois, en plus de jeter les gants face à Jason Dickinson en troisième période.

Oui, Deslauriers était vraiment dans son élément.

«C'est le genre de match que j'aime. J'aime frapper, a précisé Deslauriers - pour ceux qui n'étaient pas encore au courant. 

«J'avais presque une chance de frapper chaque fois que j'étais sur la glace.»

Video: DAL@MTL: Gallagher frappe en double A.N.

Difficile d'expliquer qu'un match tourne aussi physique entre deux formations qui ne se croisent que deux fois par année et qui n'ont pas vraiment de rivalité entre elles? Pas vraiment, selon Jonathan Drouin.

«Quand il y a des grosses mises en échec comme ça, ça ouvre le jeu physiquement et ça devient un peu le free-for-all, a expliqué celui qui avait pour sa part la difficile tâche de contrer, avec Brendan Gallagher et Paul Byron, le gros trio des Stars, celui composé de Tyler Seguin, Jamie Benn et de l'ancien des Canadiens, Alexander Radulov.

«On savait au début du match qu'on allait jouer contre eux. Il fallait qu'on soit intelligents avec la rondelle, parce que c'est en créant des revirements qu'ils réussissent à marquer des buts.»

Ils s'en sont plutôt bien tiré, provoquant eux-mêmes des revirements et des occasions de marquer tout au long de la rencontre. Drouin s'est aussi distingué au cercle des mises en jeu, alors qu'il a remporté 64% de ses 22 confrontations.

«Ce soir, j'avais du succès contre Seguin. Ça m'a donné confiance et mis en contrôle, a mentionné Drouin, qui a également récolté deux mentions d'aide dans la victoire. 

«Ça fait 2-3 semaines que je me sens beaucoup plus à l'aise pour les mises en jeu. J'ai changé des petites choses et ça va bien, alors on va essayer de continuer dans cette lancée.»

Video: Drouin sur son efficacité au cercle des mises en jeu

Et ses performances ne sont pas passées inaperçues. Drouin a été employé par Julien alors que les Stars évoluaient à 6 contre 3 en fin de match.

«En fin de match, on l'a utilisé parce qu'il était bon au cercle des mises en jeu. Il a travaillé fort dans les deux sens de la patinoire ce soir, c'est encore une autre chose qu'on aime voir. On espère pouvoir bâtir avec une soirée comme celle-là», a conclu l'entraîneur-chef.

En voir plus