Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Des premières qui arrivent à point

Charlie Lindgren a signé le premier jeu blanc de sa carrière dans la LNH

par Joanie Godin @canadiensmtl / canadiens.com

CHICAGO - Le défi était de taille pour les Canadiens : un deuxième match en deux soirs, cette fois face aux Blackhawks, une redoutable équipe offensive et surtout, dans l'intimidant United Center, surnommé «Madhouse on Madison».

Mais les Canadiens l'ont relevé haut la main. Et ils ont eu un coup de main du jeune gardien Charlie Lindgren, qui a profité de son passage dans la Ville des vents pour signer le premier jeu blanc de sa carrière, en aidant les siens à vaincre les Hawks 2 à 0, dimanche soir.

«Ç'a été une très grosse victoire et tout ça a parti de Lindy. Il a été phénoménal et ç'a eu un effet sur toute l'équipe. Je peux penser à cet arrêt en première période, de la jambière quand la rondelle arrivait de l'arrière du filet, et deux ou trois autres en deuxième. Quand il fait des arrêts comme ça, quand tu vois ça, ça aide à mettre le pied sur l'accélérateur, a souligné Max Pacioretty.

«On a été en mesure de marquer le premier but sur un beau jeu et on a commencé à montrer les dents un peu plus. On a probablement eu un bond chanceux sur le deuxième but, mais ensuite, on a joué du hockey très solide sur la route. On a envoyé des rondelles profondément dans leur territoire, on leur a fait la vie dure quand on les voyait se frustrer, puisqu'on leur prenait du temps et de l'espace. Ç'a été une belle victoire d'équipe», a poursuivi le capitaine.

Jonathan Drouin, auteur du premier but de la rencontre en début de troisième période, a été impressionné par le jeune gardien de 23 ans, qui avait été rappelé en renfort vendredi.

«Il a été impressionnant, surtout pour son premier match de la saison. Ce n'est pas n'importe quelle équipe offensive de l'autre côté, c'est une équipe qui a du talent, qui sait comment envoyer la rondelle dans le filet. Pour qu'il y ait zéro but de l'autre côté, il faut qu'il ait fait de très gros arrêts», a dit celui qui connaît bien l'attaque des Hawks, puisqu'il était avec le Lightning de Tampa Bay lorsque celui-ci les a affrontés lors de la finale de la Coupe Stanley en 2015 - les Blackhawks l'avaient emporté en six matchs.

Remporter un match à Chicago n'est pas facile. La preuve? C'était le premier gain du Tricolore à cet endroit depuis… le 27 février 2002. Pour vous donner une idée, Jeff Hackett était dans les buts et Stéphane Quintal avait inscrit le but gagnant en prolongation.

«C'est incroyable. On entend parler du United Center, de l'atmosphère et de la foule. Je n'ai certainement pas été déçu. À partir de l'hymne national jusqu'à la fin du match, ç'a été incroyable. C'était évidemment un endroit plaisant où signer mon premier blanchissage», a admis Lindgren, qui a repoussé un total de 38 tirs pour garder sa fiche parfaite dans la LNH, avec quatre victoires en autant de départs.

Pour terminer la liste des premières, Joe Morrow a inscrit son premier dans l'uniforme des Canadiens et Jonathan Drouin, son premier après une disette de huit matchs. 

C'est donc avec une récolte de quatre points sur une possibilité de six que la troupe de Claude Julien rentre au bercail. Elle y sera pour un bout, puisque les six prochains matchs auront lieu à domicile.

«Gagner à l'étranger, ça aide pour la confiance. Ça aide la chimie de savoir ce qu'on peut faire quand on travaille tous fort et qu'on fait notre travail. C'est bien de gagner ce soir, mais les derniers matchs qu'on a gagnés, on l'a fait pour une raison, parce qu'on jouait d'une certaine manière et il faut maintenir le cap», a conclu Pacioretty.

En voir plus