Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

BOS@MTL: À propos de mardi soir...

Les erreurs défensives se sont à nouveau avérées coûteuses, et la séquence des Canadiens sans victoire se prolonge à cinq matchs consécutifs

par Matt Cudzinowski. Traduit par Pierre-Antoine Mercier @CanadiensMTL / canadiens.com

MONTRÉAL - Voici quelques faits notables de la défaite par la marque de 8-1 mardi soir contre les Bruins de Boston au Centre Bell.

« On doit être plus alerte et précis »

Après une défaite décevante contre les Rangers de New York au cours du week-end dernier, les choses n'étaient pas censées se dérouler ainsi face à Boston.

Les Canadiens ont accordé sept buts sans réplique à leurs rivaux de la division Atlantique, mardi soir, en route vers une cinquième défaite consécutive.

En ce qui concerne les raisons pour lesquelles la troupe de Claude Julien n'a pas obtenu la performance escomptée dont il avait désespérément besoin, les erreurs défensives se sont une fois de plus avérées un facteur important.

« Je crois que le problème pour nous présentement n'est pas le nombre d'erreurs, mais plutôt le type d'erreurs. Je crois qu'on commet des erreurs qui permettent aux équipes adverses d'obtenir d'excellentes chances de marquer », a expliqué l'adjoint au capitaine Brendan Gallagher. « On laisse notre gardien à lui seul présentement. On se doit d'être plus alerte, précis et d'arrêter de commettre ce genre d'erreurs. »

Video: Gallagher à propos de se regrouper en tant qu'équipe

C'est particulièrement vrai lorsque vous affrontez une équipe comme les Bruins qui peuvent vous faire payer vos erreurs, même en l'absence du vétéran Patrice Bergeron.

Le tireur d'élite David Pastrnak a réussi un tour du chapeau en l'absence de Bergeron, et les Bruins ont complètement dominé le Tricolore.

Tout comme Gallagher, le capitaine Shea Weber a évoqué les principaux problèmes en défensive qui continuent de nuire au groupe.

« On n'a pas concédé beaucoup de chances, mais par contre, chaque chance qu'ils ont obtenue était de catégorie A+ », a dit Weber, qui a inscrit le seul but des Canadiens face au gardien des Bruins Jaroslav Halak. « Ça ne peut pas se produire. On se rend le travail beaucoup plus difficile, surtout pour nos gardiens de but. Ce n'est pas juste pour eux. On les abandonne sur une île et ce n'est pas quelque chose qu'on veut faire. »

Video: Shea Weber au sujet de la défaite

Carey Price a été retiré du match en faveur de Keith Kinkaid en deuxième période après avoir concédé cinq buts sur 11 tirs. Pour sa part, Kinkaid a alloué trois buts sur 13 lancers.

L'entraîneur prend la parole

Julien a notamment souligné un but des Bruins, qui a vraiment fait pencher la balance en leur faveur.

Il s'agit du deuxième but du match de Pastrnak qui est survenu après seulement huit secondes de jeu en deuxième période pour augmenter l'avance de Boston à 4-1.

« J'ai senti qu'on a baissé les bras après ce but. On n'a pas été assez fort mentalement pour être capable de rebondir », a déclaré Julien. « Je crois qu'à ce point, on doit parler de confiance. On a cessé d'y croire à partir de ce moment. »

Tout comme ses joueurs, Julien croit que les Canadiens ont commis beaucoup trop d'erreurs défensives et les Bruins ont capitalisé sur leurs opportunités.

Les choses doivent changer si le Tricolore souhaite mettre fin à cette vilaine séquence.

« Ce n'est pas facile à expliquer, je vais le dire honnêtement. J'ai trouvé qu'on est bien sorti, mais les deux punitions ont été très coûteuses. En première période, on leur a concédé trois chances de marquer, et ils en ont profité à chaque occasion », a expliqué Julien. « On s'est effondré à partir de la deuxième période. On n'a pas été assez fort mentalement pour être capable de rebondir. »

Sa dernière affirmation illustre très bien les problèmes des Canadiens au cours des derniers matchs.

« On vient de perdre cinq matchs consécutifs. On a amassé seulement deux points sur une possibilité de dix. J'ai trouvé qu'on a connu un bon départ lors des 20 premiers matchs de la saison. Maintenant, on est rendu à un point qu'on se doit de ne pas paniquer, mais c'est important d'arranger ce qui ne fonctionne pas », a indiqué Julien. « Je dirais que présentement les erreurs sont extrêmement coûteuses. Après 14 tirs, on avait déjà accordé six buts. On doit vraiment améliorer cet aspect de notre jeu si l'on souhaite se remettre en marche. »

L'importance de se soutenir

Comment les Canadiens envisagent-ils de résoudre leurs problèmes en défense? Il s'agit définitivement d'un travail d'équipe.

Gallagher a bien résumé les solutions possibles avant le match de jeudi soir contre les Devils du New Jersey au Centre Bell.

« On doit tirer des leçons de cette séquence. Tu dois saisir chaque opportunité que tu as pour t'améliorer. Ce n'est pas toujours amusant. Ce n'est pas toujours agréable. Mais pour nous en ce moment, on peut simplement tenter de trouver une manière de s'en sortir en tant qu'équipe. C'est de cette façon qu'on va s'en sortir, en travaillant fort. Ce n'est pas plaisant, mais c'est quelque chose qui peut rapporter gros si on parvient à le faire. Si ce n'est pas le cas, le niveau de frustration continue d'augmenter », a expliqué Gallagher. « On a deux choix maintenant. On peut continuer à se battre en équipe, ou on peut choisir de se cacher. En tant que groupe, on choisit de se battre pour trouver une solution. »

Cette résolution de ramener l'équipe sur le droit chemin se fait vraiment sentir dans le vestiaire.

« On doit simplifier les choses pour qu'on trouve une façon de s'en sortir ensemble. Si on ne croit pas en nous-mêmes, les choses ne vont pas s'arranger », a insisté le défenseur Jeff Petry, l'un des quatre joueurs des Canadiens à avoir enregistré un différentiel de - 4 contre Boston. « On doit se soutenir pour s'en sortir. »

Video: Jeff Petry sur les erreurs contre Boston

Weber abordait également dans la même direction.

« Chaque équipe traverse une séquence plus difficile au cours de la saison, et on se doit de trouver un moyen pour freiner cette mauvaise séquence. Il y a beaucoup de parité dans la Ligue. Il n'y a pas de match facile, et lorsque les temps sont plus difficiles, ça te permet d'en apprendre beaucoup sur tes coéquipiers », a dit Weber. « Ce sont dans ces moments qu'on doit se soutenir et trouver une manière de revenir sur le droit chemin. »

En voir plus