Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

Apprentissage continu

par Staff Writer / Montréal Canadiens

BROSSARD – Il n’est pas toujours facile de grandir devant des millions d’amateurs de hockey dans un marché comme Montréal. Parlez-en à Alex Galchenyuk.

Le troisième choix au total du repêchage de 2012 a connu une dure soirée vendredi lors de la première rencontre de la série Canadiens-Lightning, se faisant prendre en défaut trois fois plutôt qu'une par les officiels dans la défaite de 2 à 1 des Canadiens en deuxième prolongation.

Lors de son point de presse samedi après-midi, Michel Therrien a longuement défendu son attaquant étoile, rappelant à quel point ce dernier était jeune.

« Il ne faut pas oublier qu’avec les jeunes joueurs, il y a un processus », a indiqué l’entraîneur-chef des Canadiens suite à l’entraînement optionnel de son équipe. « On veut tous que les choses aillent très vite, qu’ils atteignent des niveaux le plus vite possible. Il ne faut pas oublier qu’il est un jeune joueur. Il vient juste d’avoir 21 ans. Il a un an de différence avec Jonathan Drouin à Tampa et on est tous conscients que Drouin va être un très bon joueur de hockey », a-t-il offert en comparaison, Drouin n’ayant pris part qu'à une seule rencontre du Lightning jusqu’ici en séries, regardant les autres, dont celle de vendredi soir, depuis les hauteurs de la galerie de presse.

En comparaison, Alex Galchenyuk, âgé d’un an de plus de Drouin, a pris part à 17 matchs à séries. Malgré le très long parcours des Canadiens lors des séries 2014, Chucky n’avait pris part qu’à six rencontres des séries éliminatoires l’année dernière, tenu à l’écart en raison d’une blessure au bas du corps.

« L’expérience qu’a un jeune comme Alex en ayant la chance de jouer dans les séries éliminatoires, c’est des gros matchs », a affirmé Michel Therrien, qui ne compte pas retirer Galchenyuk de son alignement. « Tu apprends beaucoup de ça. Éventuellement, tu sais que ça va l’aider. C’est un match qui n’a pas été facile pour lui, que ce soit pour la possession de rondelle ou pour ses punitions, mais on veut qu’il continue à se développer. Il faut que tu fasses des erreurs pour devenir meilleur. On ne veut pas que ça arrive, mais c’est la réalité avec les jeunes joueurs.»

De l’expérience, il en prend. Galchenyuk affirme que chaque rencontre en séries est différente, et ce, peu importe le nombre de matchs auxquels un joueur peut avoir pris part au printemps.

« J’essaie d’utiliser l’expérience des deux dernières années pour être positif et plus patient », a laissé savoir le principal intéressé. « Quand les choses ne vont pas, tu sais que tu ne peux pas te frustrer trop rapidement. Il faut rester patient et positif. Tu dois continuer à faire ce que tu fais, travailler fort et, éventuellement, les choses vont se placer. »

Si quelqu’un en sait quelque chose, c’est bien Tomas Plekanec. Avec le grand club depuis qu’il est âgé de 21 ans, soit l’âge d’Alex Galchenyuk, le joueur de centre tchèque comprend bien la pression qui pèse sur les épaules du jeune homme. Son principal conseil? Se tenir loin des télévisions et des journaux.

« Ne regarde pas la télé. Ne lis pas le journal. N’écoute personne », a-t-il offert en souriant. « Reste aussi positif que possible, et ça, il l’est. »

Celui qui porte un « A » sur son chandail semble confiant que son jeune coéquipier retrouvera sa touche magique dans très peu de temps.

« Nous sommes des personnes différentes. J’étais différent. J’étais très dur sur ma personne. Il l’est aussi, mais il ne le démontre pas autant. Je crois que c’est seulement quelque chose dans sa tête. Ça va cliquer et il va retrouver son jeu habituel et nous aider à remporter des matchs. »

Tout comme Plekanec, le pilote du Tricolore a mentionné quelques exemples de joueurs qui ont progressé au fil des dernières années, vivant tout comme Galchenyuk la pression qui s'ajoute lorsqu'on enfile un chandail des Canadiens de Montréal. Il cite notamment P.K. Subban (11 buts et 24 mentions d’aide en 50 matchs en séries), Max Pacioretty (8 buts et 6 mentions d’aide en 27 matchs) et Brendan Gallagher (7 buts, 8 mentions d’aide en 29 rencontres).

« On regarde nos jeunes vétérans, où ils sont rendus vis-à-vis d’où ils étaient il y a trois ans, et il y a une grosse, grosse différence. On pourrait nommer un paquet de jeunes vétérans qui ont progressé pour amener leur jeu où on veut les amener. Dans le cas d’Alex, il est très, très jeune. Il ne faut jamais oublier ça. »

Le principal intéressé se veut positif et compte renverser la vapeur le plus rapidement possible.

« Je sais que je dois aider l’équipe à gagner autant que possible, mais parfois, les rebonds ne vont simplement pas dans ta direction », a expliqué Galchenyuk, faisant référence à la rencontre de dimanche, durant laquelle il a passé 3:47 sur le quatrième trio montréalais en compagnie de Torrey Mitchell et Devante Smith-Pelly. « C’est un sport d’équipe. On se bat tous. Ce sont des matchs très serrés. Nous devons amener notre jeu à un autre niveau. C’est ce que j’essaie de faire. Quand les rebonds ne te sourient pas pour quelques matchs, tu sais qu’ils viendront éventuellement à force de travailler. C’est là où mon esprit se trouve présentement. »

Et de l'effort, il en met. Entraînement optionnel ou pas, samedi ou pas, 22°C ou pas, le jeune attaquant est le joueur qui est resté le plus longtemps sur la glace samedi après-midi. Et il espère certainement se racheter en transposant la chaleur de samedi après-midi sur la glace du Centre Bell dimanche soir.

« Tu ne peux pas simplement t’asseoir et attendre les rebonds », a-t-il convenu. « Il faut que tu travailles très fort, que ce soit un entraînement ou un match, que tu exécutes le plan de match et que tu joues bien selon le système. Tu dois donner ce que tu as de mieux sur la glace, donc bouger tes jambes et être agressif devant le filet. »

Élise Robillard écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire - Entraînement du 2 mai
Le jeu des chiffres - Match #1 - 1 mai 2015
Serré jusqu’à la toute fin

Superstitions des séries – Ronde 2

Une autre saison

En voir plus