Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Bienvenue à bord, Antoine!

Antoine Waked a réalisé un rêve d'enfant en signant un contrat avec les Canadiens le 28 avril

par Matt Cudzinowski. Traduit par Joanie Godin. @canadiensmtl / canadiens.com

MONTRÉAL - Leadership. C'est la qualité qui rend Antoine Waked le plus fier.

Au cours du récent parcours des Huskies de Rouyn-Noranda en séries de la LHJMQ, l'ailier droit de 20 ans, qui n'a jamais été repêché, a vaillamment démontré qu'il possédait ce précieux trait de caractère après avoir été victime d'une fracture de la main gauche en première période du match no 1 contre les Mooseheads de Halifax.

«Après avoir bloqué le tir en désavantage numérique, je suis retourné au banc et je savais que quelque chose clochait. Mais je voulais finir le match, alors j'ai essayé de jouer avec une main. Je ne pouvais pas aider mon équipe, par contre. C'était vraiment difficile pour moi de jouer comme ça, a admis Waked, qui a conclu une carrière de quatre ans avec les Huskies avant de signer une entente de trois ans à titre de joueur autonome avec les Canadiens le 28 avril.

«On a décidé que c'était mieux pour moi d'avoir un plâtre pendant quatre semaines, parce que j'allais pouvoir revenir pour les demi-finales.»

Sans Walked, sur la liste des blessés, la troupe de Gilles Bouchard a éliminé les Mooseheads en six matchs, avant de se retrouver elle-même le dos au mur au deuxième tour contre les Saguenéens de Chicoutimi, qui menaient la série 3 à 2. C'est à ce moment que le natif de Saint-Bruno-de-Montarville s'est levé, voulant donner à ses coéquipiers ce petit «boost» dont ils avaient tant besoin, alors que leur saison risquait de s'achever, devant leurs partisans.

«J'ai demandé à mon entraîneur si je pouvais être derrière le banc. Je pense que les gars auraient pu bénéficier de quelques-uns de mes conseils et de mon expérience en séries dans cette ligue, a dit l'adjoint au capitaine des Huskies, équipe championne de la coupe du Président en 2015-2016.

«Je crois que les gars étaient peut-être un peu trop nerveux. Je voulais être là pour les calmer, pour m'assurer que tout le monde était sur la même longueur d'onde et que tous avaient une bonne attitude. C'était pas mal ça mon rôle», a-t-il ajouté.

Les Huskies ont écrasé les Saguenéens par la marque de 9 à 2 dans le match no 6 pour pousser la série à la limite. Ils ont malheureusement perdu le match décisif 4 à 3 en prolongation, devant des milliers de partisans pourtant plein d'espoir au IAMGOLD Arena. Se faire éliminer à domicile a rendu la pilule encore plus difficile à avaler.

Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu pour les champions en titre de la LHJMQ au printemps, mais la saison de Waked a toutefois été absolument remarquable. Il a mené les Huskies avec 39 buts et a ajouté 41 mentions d'aide pour terminer à égalité au sommet des pointeurs de l'équipe, avec 80 points. C'est une «légère» hausse de 42 points par rapport à 2015-2016.

«Je savais que c'était une de mes dernières chances d'impressionner tout le monde en tant que joueur autonome de 20 ans. J'ai travaillé très fort l'été dernier pour m'assurer de connaître la meilleure année de ma vie. Quand notre équipe est allée à la Coupe Memorial l'an passé à Red Deer, j'ai beaucoup appris de joueurs comme [l'attaquant des Sharks de San Jose] Timo Meier et [l'attaquant de l'Avalanche du Colorado] A.J. Greer. Ils m'ont montré comment jouer de la bonne façon. Cette année, j'ai essayé de faire la même chose qu'eux», a mentionné Waked.

Le jeune Québécois s'est fait inviter au camp des recrues des Jets de Winnipeg en septembre et cette expérience l'a aussi idée à commencer sa dernière saison dans la LHJMQ du bon pied.

«Ç'a été énorme. Je ne savais pas à quoi m'attendre quand je suis arrivé ici, mais j'ai vu ce que je devais améliorer pour m'assurer de pouvoir un jour jouer chez les professionnels, a mentionné Waked, qui a pris part à la Classique des jeunes étoiles 2016 à Penticton, en Colombie-Britannique, en compagnie des jeunes espoirs des Canucks de Vancouver, des Flames de Calgary et des Oilers d'Edmonton.

«Quand je suis revenu du camp, je savais que je n'étais pas très loin d'aller chez les pros. J'ai pratiqué beaucoup de choses qui manquaient à mon jeu pour que je puisse signer un contrat avec les Canadiens», a-t-il poursuivi.
Ces efforts ont évidemment payé et ultimement, ils l'ont mené à vivre un moment qu'il n'oubliera jamais, signant un contrat avec l'équipe de son patelin.

«C'est carrément un rêve qui se réalise. J'ai travaillé toute ma vie pour ça. C'est difficile de dire à quel point je suis reconnaissant envers tout le monde qui m'a aidé tout au long de mon parcours. J'ai vraiment hâte que ça commence», a dit Waked, quelques jours après avoir apposé sa signature sur un contrat au Complexe Sportif Bell de Brossard.

Tweet from @CanadiensMTL: F��licitations @AWaked23! Bienvenue dans la famille!++++Congrats, Antoine! Welcome to the family! pic.twitter.com/ZXdRmx3Gw4

Sa main n'est pas encore tout à fait guérie, mais Waked s'attend à recevoir le feu vert des médecins d'ici deux semaines pour qu'il puisse entamer son entraînement estival. Il aura alors six semaines pour se préparer pour sa première chance d'impressionner la direction du Tricolore, au début du mois de juillet à Brossard.

«Je serai au camp de développement. C'est la prochaine étape pour moi. C'est une belle chance, a dit Waked, qui passera l'été à s'entraîner aux installations des Canadiens avec le spécialiste du maniement de rondelle François Borduas.

«Je veux travailler sur mon entraînement cet été. C'est la priorité. Travailler fort chaque jour, puis arriver au camp et donner tout ce que j'ai. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Il y a eu de belles histoires à Rouyn-Noranda au cours des dernières années, des gars qui ont surpris tout le monde en se taillant une place dans des équipes [de la LNH]. Je pense que je peux apprendre d'eux et peut-être même faire la même chose», a conclu la nouvelle acquisition du Tricolore.

En voir plus