Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

Andrei répond à l'appel

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL –  La maîtrise de l’anglais d’Andrei Kostitsyn n’est peut-être pas parfaite, mais il a reçu 10 sur 10 le message lancé par son entraîneur-chef.


L’une des révélations de la dernière saison, Kostitsyn présentait une production inusuelle de sept points après ses 20 matchs et avait été pointé du doigt par Guy Carbonneau la veille. Après avoir évolué près d’une centaine de matchs en compagnie d’Alex Kovalev et Tomas Plekanec, Kostitsyn s’est retrouvé aux côtés de son frère Sergei et de Maxim Lapierre pour amorcer la rencontre contre les Sabres. Avec ses deux nouveaux complices, Kostitsyn a terminé la rencontre avec un but et une passe, un différentiel plus/moins de 2 en plus d’être nommé la première étoile de la rencontre.

Il a également  vu de l'action aux côtés de Steve Bégin en fin de rencontre.

« Il a joué son meilleur match de la saison », a lancé humblement Bégin, tout sourire . « Il a donné un deuxième et un troisième effort. On sait ce qu’il est capable de faire. Il est revenu à ses bonnes habitudes et on a vu le résultat. »

Si Bégin, la troisième étoile de la rencontre, n’était peut-être pas le juge le plus partial pour évaluer la performance de son jeune coéquipier, le pilote des Canadiens abondait néanmoins dans le même sens que son fougueux attaquant.

« J’ai trouvé qu’Andrei a joué l’un de ses meilleurs matchs de la saison », a indiqué Carbonneau. « J’ai aimé la façon dont il a réagi. Il s’est impliqué le long des rampes et il a lancé plus souvent au filet. Il a compté une fois, mais il aurait pu en compter beaucoup plus. Et sur le 5 contre 3, on avait besoin d’un gaucher et il a fait le travail à la pointe. »

Évoluant au point d’appui lors d’une double supériorité numérique en milieu de troisième période, l’aîné des frères Kostitsyn a eu la chance de montrer son savoir-faire, dégainant cinq fois en direction de Patrick Lalime. Même si le Tricolore n’est pas parvenu à délier les cordages, le chef d’orchestre du jeu de puissance des Canadiens depuis deux ans, Andrei Markov, a aimé ce qu’il a vu de son jeune coéquipier.

« C’était une bonne expérience », a expliqué Markov. « Andrei a un très bon lancer et il l’a très bien utilisé lors de cette attaque massive. C’est dommage que nous n’ayons pas marqué. »

Ce n’est que partie remise.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À lire également:
De la bouche de l'ennemi - 29 nov. 2008
Le Tricolore résiste et l'emporte
Le jeu des chiffres - 29 nov. 2008
La grille du samedi - 29 nov. 2008 
En voir plus