Skip to main content
Site officiel des Canadiens de Montréal

À la dure

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – 34 secondes. C'est tout ce que ça a pris aux Canadiens pour apprendre une leçon à la dure.


Toutes les équipes avaient eu la chance d’expérimenter le nouveau format de prolongation. Toutes sauf les Canadiens et les Blue Jackets.

Les deux équipes aux antipodes du classement dans la LNH n’avaient pas encore eu la chance de joueur du hockey à trois contre trois jusqu’ici. C’était avant que les Canadiens ne s’inclinent une première fois en pareille situation. Les  gardiens Craig Anderson et Mike Condon ont livré de belles performances dans un match où la rapidité était à l’honneur pour pousser les Sénateurs et les Canadiens à se livrer à cette nouveauté dans la LNH.

«C’est nouveau pour nous. Le plus souvent on peut se retrouver dans cette situation, le plus on apprend. Ils l’ont pratiqué à quelques occasions », explique Brendan Gallagher au sujet des Sénateurs qui disputaient déjà un cinquième match nécessitant la prolongation en 12 rencontres. «C’est certain qu’on va en parler et qu’on va travailler parce que ces points sont importants, mais d’un autre côté on a pu voir, même dans les matchs préparatoires, que ça se termine généralement rapidement. La possession de rondelle devient tellement importante. »

Même si elle n’a duré que 34 secondes, pour Michel Therrien, la période de prolongation a été bien assez longue pour en tirer des leçons. Bien plus que lors des quatre occasions qui ont eu lieu plus tôt dans la saison, pendant les matchs préparatoires.

«C’est une question de possession de rondelle. Nous l’avons perdue. C’est l’élément clé. C’était notre première expérience en saison régulière. Les camps d’entraînement, c’est bien différent. Je suis certain qu’on va apprendre de ça», explique le pilote du Tricolore qui a été somme toute satisfait de l’effort déployé par ses joueurs mardi soir. «On a joué un bon match. On a essayé d’imposer notre tempo jusqu’à la toute fin. Anderson a été solide comme il l’est d’habitude contre nous. C’était serré, des occasions de marquer des deux côtés. Condon a aussi été très bon.»

La seule rondelle qui a réussi à battre Condon au cours des 60 premières minutes de jeu est venue du bâton de Jean-Gabriel Pageau qui a trouvé le fond du filet sur une échappée en désavantage numérique. Dale Weise a répliqué moins de trois minutes plus tard en avantage numérique pour porter la marque à un partout. Pour Weise il s’agissait déjà d’un septième but cette saison, un chiffre remarquable pour l’ailier manitobain de 27 ans.

«Je n’ai pas à me pincer. J’ai vraiment confiance en moi en ce moment. Je n’ai jamais eu autant de belles occasions que depuis que je suis ici », explique Weise qui, s’il continue au même rythme serait en route vers une incroyable saison de 41 buts. «Je joue avec des joueurs exceptionnels. Davey [David Desharnais] et Flash [Tomas Fleischmann] sont incroyables. Je joue de longues minutes et j’ai du temps en avantage numérique. Je dois trouver des façons de contribuer si je joue autant que ça. »

Disputant 17:51 de temps de jeu, son plus haut total de la saison jusqu’à présent, Weise a eu quelques occasions, obtenant notamment trois tirs au but lors de la rencontre. Le numéro 22 a même eu du temps en avantage numérique, marquant seulement son deuxième but en carrière en pareille circonstance.

«C’était une bonne présence. Les trois, on travaillait fort. Nous n’avions pas eu la chance de jouer beaucoup en avantage numérique ensemble, mais nous avons eu quelques bonnes chances », explique Weise. «J’en ai eu une peut-être 30 secondes avant de marquer. Ça fait du bien de marquer en avantage numérique. »

Ce but aura permis aux Canadiens d’ajouter un point à la récolte déjà impressionnante de 22 points déjà accumulés. Et d’ajouter également le bagage supplémentaire que peut apporter la prolongation.

«C’est rapide. C’est dur parce que ce n’est pas vraiment quelque chose que tu peux pratiquer », renchérit Weise. «Les matchs dans la Ligue l’ont prouvé. Tu perds la rondelle et bang, ils sont partis de l’autre côté. Les gars ont du talent alors ça va se terminer plutôt rapidement. »

N’empêche que le talent par les temps qui courent se trouve principalement chez les Canadiens qui comptent déjà huit joueurs avec au moins dix points jusqu’ici cette saison. La prochaine période de prolongation risque d’être un peu plus longue… ou tout aussi rapide, mais avec un résultat final bien différent.

«C’était la première fois et on a perdu, alors je n’ai pas aimé ça. Mais peu importe comment on regarde ça, c’est intéressant », explique pour sa part Tomas Plekanec. «À quatre contre quatre, c’est plus des jeux, une structure. À trois contre trois, c’est seulement des deux contre un. On se sent comme lorsqu’on joue au hockey en été. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants: Sénateurs @ Canadiens
Échos de vestiaire
Le jeu des chiffres - 3 novembre 2015
Rapport des IceCaps - 3 nov. 2015
Price, deuxième étoile du mois dans la LNH

Tous pour un

En voir plus