Skip to main content
The Official Site of the Canadiens de Montréal

24 heures chrono

par Staff Writer / Montréal Canadiens
MONTRÉAL – Les rivalités dans la LNH se forgent souvent lors de séries aller-retour. Affronter la même formation deux fois en deux jours, tantôt à l’étranger, tantôt à la maison, il n’y a rien de mieux pour consolider une hostilité, souvent déjà existante.


Les deux dernières confrontations avant la pause olympique ne feront certainement pas exception à cette règle, d’autrement plus que l’adversaire est de taille. Le Tricolore fait face aux Flyers, qui n’accusent qu’un seul point de retard au classement, ayant toutefois trois matchs en main. Toutefois, si l’on se fie à l’histoire récente, les Canadiens devraient être en bonne position, eux qui qui n’ont disputé que deux séries du genre contre les Flyers, dont en 2008. Carey Price, qui sera d'office ce soir, avait alors signé les deux victoires et obtenant un blanchissage dans la première rencontre au passage.

Alors que Philadelphie représente pour les Canadiens un rival de toujours de nombreux joueurs expliquent à quel point la tension peut-être élevée dans ce genre de série.

Mathieu Darche a l’habitude de ce genre de confrontation. Ayant passé de nombreuses saisons dans la Ligue américaine, il en a vu des séries aller-retour, ce qui est monnaie courante dans cette ligue.

 «Il y a généralement de l’animosité qui est transportée d’une rencontre à l’autre, mais dans ce cas-ci, je crois que l’importance des ces deux matchs est beaucoup trop grande pour qu’il y ait une escalade», explique Darche en affirmant avoir déjà connu une situation encore plus difficile. «J’ai déjà vu pire. Dans la Ligue américaine, j’ai déjà participé à une série de trois matchs en trois jours contre la même équipe, ce qui était quand même un peu ridicule.»

«Le fait que l’on joue contre la même équipe deux fois rendra certainement les matchs plus intenses », explique pour sa part Tom Pyatt, qui a obtenu son premier point dans la LNH lors de la rencontre de mercredi contre les Caps, au Centre Bell. «Jouer le deuxième match à domicile est certainement un avantage. Ça serait vraiment une bonne chose de pouvoir gagner un match à Philadelphie et de revenir avec deux points en banque devant nos partisans. »

Une chose est certaine, l’entraîneur Jacques Martin, tout comme sa formation, est pleinement conscient de l’importance de ces rencontres. «C’est important de réaliser la situation actuelle. On n’est vraiment pas sorti du bois si on regarde le classement en ce moment ».

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

Voir aussi
Face à face: Canadiens-Flyers
Le Tricolore obtient Dominic Moore
P.K. Subban rappelé des Bulldogs 
Un vrai guerrier 
Prendre sa place 
En voir plus