Sign in with your NHL account:
  • Submit
  • Or
  • Sign in with Google
 
SHARE

Joe Colborne et Mark Giordano procurent un gain de 4-3 aux Flames en fusillade

Monday, 12.23.2013 / 11:46 PM / Nouvelles

The Canadian Press

Share with your Friends


Joe Colborne et Mark Giordano procurent un gain de 4-3 aux Flames en fusillade

CALGARY - Joe Colborne a marqué le seul but de la fusillade et les Flames de Calgary ont complété leur improbable remontée en disposant des Blues de St. Louis 4-3, lundi soir.

En tirs de barrage, Colborne a tiré en premier et déjoué Jaroslav Halak d'une feinte savante pour son troisième but en quatre opportunités cette saison.

Reto Berra a confirmé la victoire des Albertains en se dressant devant T.J. Oshie, Derek Roy et Magnus Paajarvi.

Mark Giordano a provoqué la prolongation en faisant vibrer les cordages alors qu'il restait seulement cinq secondes à jouer au match.

Patrick Berglund a écopé d'une pénalité pour avoir accroché, ce qui a procuré un avantage numérique pendant 1:37 aux Flames en fin de troisième tiers. L'entraîneur-chef Bob Hartley a ajouté du tonus à son attaque en retirant Berra à la faveur d'un sixième patineur, entraînant un six-contre-quatre.

La stratégie a fonctionné, car les Flames ont appliqué beaucoup de pression. À un certain moment, après une belle séquence au cours de laquelle la rondelle a circulé allègrement, la recrue Sean Monahan — seul devant une cage béante — a été incapable de s'en emparer pour marquer le but égalisateur.

Giordano, le capitaine des Flames, a finalement touché la cible en décochant un puissant lancer frappé qui a trompé la vigilance de Halak, soulevant d'un seul coup les 19 289 spectateurs présents au Scotiabank Saddledome.

Hudler et Mike Cammalleri ont aussi contribué un filet chacun pour les Flames (14-17-6), qui ont entrepris une séquence de cinq matchs à domicile. Les Flames ont mis un terme à leur série de trois parties sans victoire.

Quote of the Day

I remember the first time at Wrigley Field all of us had the long johns, the turtlenecks and the extra equipment because we were afraid of being cold. Halfway through the first period everybody's ripping everything off and we just ended up wearing what we would normally wear for a game at the United Center.

— Chicago Blackhawks forward Patrick Sharp on the 2009 Bridgestone NHL Winter Classic