Welcome |Account|Sign Out 
NEW! SIGN IN WITH YOUR SOCIAL PROFILE
OR
Username or EmailPassword
 
SHARE
Round 2
Round 3
Stanley Cup Final

Jarred Tinordi et Nathan Beaulieu se font les dents au camp des recrues

Friday, 09.06.2013 / 3:16 PM / Nouvelles

The Canadian Press

BROSSARD, Qc - Jarred Tinordi fait figure de vétérans parmi la quarantaine de jeunots qui tentent actuellement d'impressionner les dirigeants du Canadien, à Brossard. Le premier choix de l'équipe en 2010 a gagné beaucoup d'assurance depuis la saison dernière. C'est remarquable comment le géant défenseur, âgé de 21 ans, est plus souriant et affable.

«Je suis plus détendu qu'à ma première participation au camp, a mentionné Tinordi, vendredi, à l'issue de la première journée d'entraînement sur glace au camp des recrues. J'ai une approche plus mature, une préparation quelque peu différente cette année.»

Comme lui, Nathan Beaulieu va se faire les dents au camp des espoirs de l'organisation, qui se terminera lundi. Mais c'est au gros camp, à compter de mercredi, que tous deux tenteront de prouver qu'ils ont leur place parmi les grands.

Beaulieu, premier choix de 2011, n'a jamais été du genre à manquer de confiance en lui. Même si le Tricolore affiche complet (ou presque) en défense, avec sept vétérans en santé sous contrat, il croit en ses chances de mériter un poste cette saison. La remise sous contrat de Davis Drewiske et l'engagement de Douglas Murray dernièrement n'ont pas entaché son optimisme.

«Pas du tout, a-t-il répondu. Peu importe qu'on engage six ou sept autres défenseurs, si je prouve que je suis prêt à aider l'équipe, j'ai confiance que l'organisation me fera de la place. Ce n'est pas un problème pour moi.»

Des potes

L'Ontarien Beaulieu, également âgé de 21 ans, se voit plutôt en compétition directe avec «son bon ami» Tinordi, même s'ils préconisent des styles différents. Beaulieu est plus habile à l'attaque et le géant Tinordi (six pieds six pouces) joue de façon plus robuste. Tous deux ont eu des «auditions» de quelques matchs avec le Canadien, la saison dernière.

«Nous sommes des potes à l'extérieur de la glace, mais nous bataillerons tous les deux pour le même poste. Nous le désirons de tout coeur. Ce sera intéressant à voir», a-t-il avancé.

Saluant à son tour l'engagement de Murray, Tinordi a dit avoir saisi le message que le directeur général Marc Bergevin a livré aux espoirs, à leur arrivée.

«Il nous a mis au défi de lui compliquer la tâche, de lui rendre les décisions plus difficiles. C'est mon plan», a-t-il glissé, avec le sourire.

Tinordi a rapidement pris du galon au sein de l'organisation, à sa première saison chez les professionnels en 2012-13. Il a même eu le privilège de prendre part au tournoi de golf annuel de l'équipe, mardi, en compagnie des vétérans.

«J'ai accepté l'invitation de Marc Bergevin. C'est un beau geste de sa part, a-t-il expliqué. Il n'avait pas à faire ça. C'est agréable de constater qu'on a confiance en moi.»

Cela dit, il sait qu'on ne lui fera pas de cadeau au camp, dès la semaine prochaine.

«Je suis encore une recrue, a-t-il relevé. Il n'y a jamais rien d'acquis et le camp s'annonce très compétitif. Sur le plan personnel, je ne m'impose pas de pression additionnelle. L'expérience acquise la saison dernière a été formidable. Je veux montrer que je mérite de faire le saut cette saison.»

Once again, it shows character in this dressing room. Once again, there's no quitting in here. We all wanted this so bad and we worked so hard to get home-ice advantage and we weren't going to let this one slide.

— Colorado Avalanche captain Gabriel Landeskog on his team's OT Game 1 win vs. Minnesota Wild