Welcome |Account|Sign Out 
NEW! SIGN IN WITH YOUR SOCIAL PROFILE
OR
Username or EmailPassword
 
2014 NHL Draft
SHARE

Alfredsson dit que les négociations avec les Sénateurs allaient nulle part

Thursday, 08.15.2013 / 6:46 PM / Nouvelles

The Canadian Press

Share with your Friends


Alfredsson dit que les négociations avec les Sénateurs allaient nulle part

OTTAWA - Les partisans qui souhaitaient obtenir des explications entourant le départ de Daniel Alfredsson des Sénateurs d'Ottawa et son embauche par les Red Wings de Detroit n'auront peut-être jamais droit à toute la vérité, mais il semble que l'argent ait joué un rôle majeur dans la décision.

Alfredsson a rencontré les journalistes à Ottawa, jeudi, et il a admis que les négociations — ou le peu de négociations — ont eu un impact dans sa décision d'accepter une offre des Red Wings en tant que joueur autonome le 5 juillet au lieu de rester avec la seule équipe pour laquelle il avait joué jusqu'ici dans la LNH.

L'ancien capitaine des Sénateurs, maintenant âgé de 40 ans, a expliqué que son contrat précédent avait été structuré avec comme idée qu'il allait prendre sa retraite avant la dernière année de l'entente, pour laquelle il devait toucher un salaire d'un million $ US.

«Quand j'ai négocié mon dernier contrat pour quatre saisons et qui se terminait après (la saison 2012-13), on m'a demandé d'aider l'équipe à gérer le plafond salarial en ajoutant une année de plus, ce que j'ai accepté. Les deux parties s'attendaient à ce que je ne joue pas en 2012-13», a expliqué Alfredsson lors d'une conférence de presse au Centre de santé mentale Royal Ottawa.

«Cependant, après la saison 2012, j'ai dit aux Sénateurs que je voulais disputer une saison de plus. J'ai aussi demandé si c'était possible d'obtenir une prolongation de contrat pour la saison qui s'en vient avec un salaire équitable afin de balancer les deux années. Ils ont accepté.

«Malheureusement, les négociations sont allées nulle part, mais j'ai disputé la saison comme je l'avais promis et je crois que la dernière saison, selon moi, a été très spéciale.»

À la fin de la campagne, Alfredsson a dit au directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, qu'il voulait prendre quelques semaines afin de réfléchir sur son avenir. Quelques jours avant le repêchage de la LNH, l'agent d'Alfredsson, J.P. Barry, a informé Murray qu'Alfredsson était intéressé à disputer une saison de plus.

«Vers la fin du mois de juin, j'ai décidé que je voulais jouer une autre saison, a expliqué Alfredsson. J'ai dit à la direction que j'étais intéressé à revenir et je leur ai rappelé notre entente de l'année précédente. Malheureusement, les négociations sont encore une fois rapidement tombées au point mort.»

En l'espace de quelques jours, un certain nombre d'équipes ont contacté Alfredsson, qui croyait que les Red Wings représentaient la meilleure option. Il a des amis au sein de l'équipe et ils étaient à la recherche d'un attaquant droitier.

«J'étais enchanté de voir leur enthousiasme et comment je cadrais dans les plans de l'équipe, a-t-il dit. Ç'a ouvert mes yeux vers une option que je n'aurais jamais crue possible — disputer une autre saison, ou peut-être même deux, avec une autre grande équipe.»

Au cours de sa carrière de 17 saisons avec les Sénateurs, Alfredsson est devenu le visage de l'équipe et un des préférés des partisans. La nouvelle de son embauche par les Red Wings a déçu les partisans, mais, toujours humble, Alfredsson a admis qu'il n'a peut-être jamais été conscient de l'importance de l'amour des partisans envers lui.

«Je ne suis pas certain de comprendre à quel point les gens sont attachés à moi, a-t-il noté. Je comprends que j'ai eu un gros impact dans cette communauté et j'en suis très fier, mais quand j'ai pris cette décision, c'était un défi pour moi en tant que joueur de hockey et aussi une nouvelle aventure avec ma famille. Ce n'est pas facile, mais j'ai hâte d'amorcer ce nouveau chapitre et j'espère avoir beaucoup de plaisir.»

Quote of the Day

We want to make sure that whoever makes our team really makes our team by earning it and not putting them in situations where they get preference because of their status as a first-round pick or whatever it might be. That's not going to happen. Everybody has to earn their way on our team.

— Columbus Blue Jackets general manager Jarmo Kekalainen on the team's prospects at development camp