Sign in with your NHL account:
  • Submit
  • Or
  • Sign in with Google
 
SHARE

Balayés par les Bruins, la saison morte s'annonce pénible pour les Penguins

Saturday, 06.08.2013 / 5:06 PM / Nouvelles

The Canadian Press

Share with your Friends


Balayés par les Bruins, la saison morte s'annonce pénible pour les Penguins

PITTSBURGH, États-Unis - Ray Shero avait passé un message clair à la date limite des transactions, alors que le directeur général des Penguins de Pittsburgh avait indiqué à tous que son équipe y allait pour la coupe Stanley cette saison en mettant la main sur les vétérans Jarome Iginla et Brenden Morrow afin d'appuyer ses étoiles Sidney Crosby et Evgeni Malkin.

Les Penguins étaient prêts à tout faire pour gagner une deuxième coupe Stanley après leur succès de 2009, mais leur ballade vers le titre a pris fin en finale de l'Est face aux Bruins de Boston.

Quatre matchs. Quatre défaites. La meilleure offensive de la LNH a inscrit seulement deux petits buts en près de 14 périodes de jeu. Les Penguins n'ont jamais eu l'avance et à la place d'organiser une parade dans le centre-ville de Pittsburgh, ils devront passer l'été à analyser leur échec et chercher des solutions.

«Quand on regarde les attentes que nous avions, l'équipe que nous avions, ça ne fait aucun doute que nous croyons avoir raté une belle occasion», a admis l'entraîneur-chef des Penguins, Dan Bylsma.

Cela signifie qu'il pourrait y avoir des changements autant sur la glace que derrière le banc.

Bylsma a insisté avant le match no 4 qu'il ne croyait pas que son poste était en jeu. Mais le balayage face aux Bruins — le premier dans l'histoire de l'équipe en 34 ans — signifie que Bylsma a gagné seulement trois des sept séries disputées par ses Penguins depuis leur triomphe en finale de la Coupe Stanley, qu'il avait remporté seulement quatre mois après avoir pris la barre de l'équipe.

Les Penguins étaient les favoris face aux Bruins, qui avaient eu besoin d'un miracle pour éliminer les Maple Leafs de Toronto en première ronde.

La défensive des Bruins a toutefois neutralisé Crosby et Malkin, qui ont récolté aucun point au cours de la série. Le gardien Tuukka Rask s'est chargé du reste.

«Nous avons marqué deux buts en quatre matchs. Ce n'est pas suffisant, a noté Malkin. C'est de ma faute si je n'ai pas marqué de but. Ce n'est pas bon de ma part.»

Il n'a pas été le seul à ne pas jouer à la hauteur des attentes. Dès le premier tir de la série — quand Crosby a atteint un poteau — les Penguins n'ont jamais été en mesure de marquer dans les moments importants.

«Quand nous devions réussir un gros jeu dans un moment clé, nous ne l'avons pas fait», a déclaré Crosby.

Les conséquences pourraient être importantes. Malkin et Kristopher Letang, finaliste pour l'obtention du trophée Norris, ont encore une seule saison à écouler à leur contrat tandis que Pascal Dupuis, un joueur de soutien très productif, deviendra joueur autonome sans compensation en juillet.

La situation est encore plus compliquée devant le filet. Marc-André Fleury, un ancien premier choix au repêchage qui avait guidé les Penguins jusqu'en finale de la Coupe Stanley en 2008 et en 2009, a connu des séries éliminatoires difficiles lors d'un deuxième printemps consécutif. Il a perdu son poste de no 1 lors du premier tour face aux Islanders de New York et a été plutôt ordinaire en relève au vétéran Tomas Vokoun lors du deuxième match face aux Bruins. Quand Bylsma a obtenu une occasion de donner un départ à Fleury lors de la troisième rencontre, il a finalement opté pour Vokoun.

Fleury touche un salaire annuel de cinq millions $ US. Vokoun fait trois millions $ de moins par année, mais il aura 37 ans dans trois semaines.

Les Penguins ont accepté d'échanger des espoirs et des choix au repêchage afin de mettre la main sur Iginla, Morrow et le défenseur Douglas Murray pour quelques mois. Les trois obtiendront leur autonomie dans quelques semaines et quitteront vraisemblablement Pittsburgh sans la coupe qu'ils espéraient remporter.

Quote of the Day

It's always a little bit weird, but it moves on. They've got a good team, and they played well tonight. I think that's just part of it.

— Peter Laviolette on facing his former team (Flyers) for the first time since his departure