We have updated our Terms of Service and Privacy Policy. By continuing to use the NHL’s online services, you agree to these updated documents and to the arbitration of disputes.
Sign in with your NHL account:
  • Submit
  • Or
  • Sign in with Google
 
SHARE

Canadien: Michael Ryder fait son bonhomme de chemin sans se soucier de rien

Friday, 04.05.2013 / 1:56 PM / Nouvelles

The Canadian Press

Share with your Friends


Canadien: Michael Ryder fait son bonhomme de chemin sans se soucier de rien

MONTRÉAL - Heureusement que Michael Ryder n'est pas du genre à s'en faire avec la vie. Ça lui permet de se concentrer sur ce qu'il fait de mieux: marquer des buts!

L'attaquant terre-neuvien fait passer Marc Bergevin pour un génie. Un directeur général ressent sans doute moins la nécessité d'être actif au cours de la dernière journée des transferts quand il a auparavant réalisé un coup d'éclat semblable.

Dix-sept points (neuf buts, huit passes) en 17 matchs! C'est le total de points que Ryder a amassé depuis que le Canadien l'a acquis des Stars de Dallas, le 26 février.

«Ah bon, je ne le savais pas», répond Ryder, avec son éternel sourire juvénile, au journaliste qui lui fait remarquer la chose.

«Je savais que ça allait bien, ajoute-t-il, avec sa belle insouciance. J'essaie seulement de faire de mon mieux pour aider l'équipe à connaître du succès et à finir première de sa section. Quand je fournis l'effort et que je suis en mouvement sur la glace, des choses positives m'arrivent.»

Dix-sept points, c'est également 13 de plus qu'Erik Cole, le joueur contre lequel il a été échangé. Cole n'a que quatre buts à sa fiche en 16 matchs dans l'uniforme des Stars.

«Je ne regarde pas ce qu'il fait là-bas, et je ne retire aucune satisfaction particulière de faire mieux que lui, souligne-t-il. Je me suis présenté ici animé du désir de ne pas décevoir les dirigeants du Canadien. Je leur suis reconnaissant de la confiance qu'ils m'ont témoignée.»

Que l'entraîneur Michel Therrien l'utilise à l'aile gauche ou à l'aile droite, avec Tomas Plekanec ou Alex Galchenyuk, Ryder ne se pose pas de questions. Son avenir à brève échéance? Bof, c'est le dernier de ses soucis.

«On verra à la fin de la saison», dit le vétéran âgé de 33 ans qui écoule sa dernière année contractuelle, à un salaire de 3,5 millions$ US.

Il n'a pas à s'en faire: avec une récolte de 31 points en 36 matchs jusqu'à maintenant, il n'aura aucun problème à trouver preneur sur le marché des joueurs autonomes sans compensation, à la conclusion de la saison.

C'était la première fois en neuf saisons dans la LNH que Ryder était échangé en cours de saison. Il réalise qu'il ne pouvait pas mieux tomber qu'à Montréal, dans un environnement qui lui est familier.

«J'étais parti depuis quatre ans et demi, mais c'est comme si je n'avais jamais quitté, affirme-t-il. Le Canadien est l'équipe avec laquelle j'ai joué le plus de matchs en carrière, et l'équipe avec laquelle tout a commencé pour moi dans la Ligue nationale.

«C'est vraiment chouette d'être de retour, résume-t-il. Les joueurs ne sont plus les mêmes, sauf quelques exceptions, mais tout le reste, la ville et les partisans, rien n'a changé. Ça m'a facilité grandement les choses. J'ai tôt fait de me sentir à l'aise.»

Quote of the Day

I downplayed the first one because I thought it's just a hockey game. We just want to win the game; it's against our rival and we want the two points. I downplayed it, but now having gone through the first one I look back and say, 'Geez, that was really cool.' I think as I've grown a bit older I've got a lot more appreciation for what we're allowed to do every day.

— Capitals forward Brooks Laich on the 2015 Bridgestone NHL Winter Classic, the second one of his career after 2011 in Pittsburgh