SHARE
Partagez avec vos amis


Bouchard : Zdeno Chara peut-il encore suivre la parade?

mercredi 2015-11-04 / 3:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Bouchard : Zdeno Chara peut-il encore suivre la parade?
C’est, en quelque sorte, une saison de transition chez les Bruins de Boston. Des éléments importants de l’équipe gagnante de la Coupe Stanley sont partis au cours des dernières années et on a résolument amorcé un virage important dans la construction de l’alignement cet été lorsqu’on a décidé de ne pas garder Dougie Hamilton, échangé aux Flames de Calgary contre deux choix de première ronde.

C’est, en quelque sorte, une saison de transition chez les Bruins de Boston. Des éléments importants de l’équipe gagnante de la Coupe Stanley sont partis au cours des dernières années et on a résolument amorcé un virage important dans la construction de l’alignement cet été lorsqu’on a décidé de ne pas garder Dougie Hamilton, échangé aux Flames de Calgary contre deux choix de première ronde.

Les Bruins, il faut le dire, tombent de haut. L’équipe de Claude Julien est depuis plusieurs saisons maintenant un modèle de constance et d’excellence.

La marque de commerce des Bruins est, tout au long de cette séquence, une extraordinaire efficacité à forces égales. Selon War-on ice, les Bruins sont, sur une période de six ans, la meilleure équipe de la LNH quant au taux de chances de marquer obtenues par heures jouées et la 13e au nombre de chances accordées. L’un sur l’autre, ces deux taux en font la cinquième attaque la plus efficace et, ajoutés à l’exceptionnelle performance de leurs gardiens, les Bruins sont à la fois deuxièmes pour les buts accordés et ceux obtenus.

Le désavantage numérique, jeté sur les mêmes bases, boucle la chose et seul un avantage numérique moyen au possible ternit le tableau.

Outre sa victoire en 2011, cette formidable équipe aura une autre chance en finale (vaincus par les Blackhawks de Chicago en 2013) et pas même une autre présence en finale d'association. Plus encore, l’édition 2014-15 de l’équipe manque les séries. C’est dire à quel point l’excellence ne garantit pas, de nos jours, les succès à répétition dans le tournoi printanier.

L’édition actuelle des Bruins fait présentement belle figure au classement, mais c’est beaucoup grâce à des pourcentages qui risquent de ne pas les suivre tout au long de la saison.

À forces égales, l’attaque a pris du recul et fournit présentement des performances des plus ordinaires. Le quatrième rang de l’équipe pour le pourcentage de tirs à 5-contre-5 fait un peu illusion et, à 9,6 pour cent, n’est pas totalement hors normes pour une équipe un peu chanceuse au cours d’une saison. Mais le taux d’arrêts s’est, lui, effondré. Les Bruins avaient développé au cours des dernières saisons un système, une méthode qui leur permettait de « sortir » leurs adversaires de l’enclave (Dougie Hamilton y réfère dans cette chronique du journaliste de Sportsnet Eliotte Friedman), un système efficace qui permettait au club de doper le taux d’arrêts de ses gardiens en limitant les mouvements latéraux de rondelle avant les tirs (de Sportsnet, toujours, Chris Boyle a beaucoup écrit sur ce sujet).

On est en droit de se demander si, à force de renouveler le personnel en défensive, alors que Zdeno Chara continue à vieillir, on n’a pas enlevé à Claude Julien les outils nécessaires pour continuer à appliquer son système de jeu. Après tout, un système ne fonctionne que dans la mesure où les joueurs s’y astreignent et qu’ils ont, dans les faits, les aptitudes nécessaires pour y connaître du succès. Dans la chronique citée plus haut, Friedman expose le cas de Luke Schenn, que les Flyers aimeraient échanger. Un défenseur qu’on pense pouvoir être encore efficace, mais dont la lenteur limite la capacité à exceller dans des systèmes plus ouverts.

En fait, le problème est plus profond. Les choses vont bien, présentement, grâce à un avantage numérique qui convertit presque la moitié de ses tirs en buts (!), mais qui demeure parfaitement ordinaire en matière de chances obtenues. Pire encore, la chute de productivité à 5-contre-5 est directement imputable aux performances de Zdeno Chara. Celui-ci peine à surnager en présence des deux premiers centres du club et ne parvient tout simplement pas à tenir la cadence en leur absence.

Dans la LNH, les joueurs vieillissent souvent de manière rapide et disgracieuse. On est en droit de se demander si ce n’est pas ce qui est en train d’arriver à Zdeno Chara. Il a commencé la saison blessé et peut-être que tout ça va rentrer dans l’ordre au fil des matchs. Mais présentement, il ne suit plus. Pour les Bruins, qui ont manifestement parié sur une reconstruction de leur défensive accomplie sous la gouverne d’un capitaine encore capable de mener la charge, c’est une bien mauvaise nouvelle.

Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez consulter ses chroniques sur sa page Facebook et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.