SHARE
Partagez avec vos amis


    Les Blackhawks savent qu'ils n'ont pas suffisamment mis Ben Bishop au défi

    Par Brian Hedger - Correspondant LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Les Blackhawks savent qu'ils n'ont pas suffisamment mis Ben Bishop au défi
    Les Blackhawks de Chicago ont dirigé 38 lancers vers le filet du gardien blessé du Lightning de Tampa Bay Ben Bishop lors du match no 3 de la Finale de la Coupe Stanley, mais ils savent que ce n'était pas suffisant.

    CHICAGO – Les Blackhawks de Chicago ont dirigé 38 lancers vers le filet du gardien blessé du Lightning de Tampa Bay Ben Bishop lors du match no 3 de la Finale de la Coupe Stanley, mais ils savent que ce n'était pas suffisant.

    Malgré une mobilité limitée en raison d'une blessure dont la nature n’a pas été divulguée, Bishop a stoppé 36 rondelles et n'a pas eu à faire face à trop de séquences de tirs en rafale. Il a réalisé beaucoup d'arrêts sur des premiers lancers et a aussi reçu l'aide de la forteresse défensive du Lightning, qui a dégagé la rondelle hors de danger pendant toute la rencontre.

    Les Blackhawks, qui tirent de l'arrière 2-1 dans la série quatre de sept, devront rendre cette tâche plus difficile lors du match no 4 au United Center mercredi (20 h HE; TVA Sports, CBC, NBCSN).

    « Je n'y faisais pas vraiment attention », a indiqué le défenseur des Blackhawks Brent Seabrook à propos de la blessure de Bishop. « Je ne sais pas si c’est parce que je ne l'ai pas vu, mais je crois qu'on veut continuer de faire ce qu'on fait habituellement. S'installer devant le filet. Y diriger des rondelles. Tenter d'obtenir de bonnes chances et l'obliger à bouger un peu. Il s'agit essentiellement de diriger des rondelles et des joueurs vers le filet afin de le forcer à travailler. »

    C'est une chose qu'ils n'ont pas suffisamment faite lors du match no 3, même au cours d’une première période dominante.

    Bishop a concédé plusieurs retours de lancers pendant cette période, mais les Blackhawks n'ont pu créer plus qu'une poignée d’occasions de marquer sur leurs deuxièmes chances. À deux reprises, ils n’ont pas pu profiter de retours alors que Bishop se trouvait hors position et que le filet était complètement vide.

    Marian Hossa se trouvait devant une cage béante après avoir saisi le retour d'un tir de Johnny Oduya, mais le défenseur du Lightning Braydon Coburn l'a fait trébucher à 8:11. Moins d'une minute plus tard, l'attaquant recrue Teuvo Teravainen s'est emparé du retour de lancer du défenseur Duncan Keith, mais il a dirigé son tir vers Bishop au lieu du grand espace laissé béant par le gardien quand il a glissé vers sa gauche pour effectuer le premier arrêt.

    Outre cela, il n'y avait pas beaucoup de deuxièmes chances autour du filet du Lightning.

    « Nous en avons discuté », a dit le centre des Blackhawks Brad Richards, qui a marqué un but en avantage numérique en première période. « Nous tentons [de faire des ravages]. Ils réussissent à garder le jeu à l’extérieur de la zone dangereuse. Nous continuerons de tenter de mitrailler son filet et de le faire bouger. »

    Leur incapacité de le faire suffisamment lors du match no 3 a fait mal aux Blackhawks, qui ont perdu deux rencontres de suite pour une première fois lors de ces séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2015.

    Seabrook n'a peut-être pas vu Bishop éprouver des difficultés à se relever après ses arrêts, mais beaucoup de ses coéquipiers l'ont vu. Ils savent qu'ils avaient le gardien dans les câbles, du moins physiquement, mais ils n'ont pu le mettre K.-O.

    « Bien sûr qu’on l’a constaté », a affirmé le capitaine des Blackhawks Jonathan Toews, qui n'a récolté qu'une aide au cours des trois premiers matchs de la ronde finale. « [Bishop] bataillait, tout comme tous les autres joueurs dans cette série. Cela ne signifie pas qu'il cessera de travailler ou de s'assurer qu'il fait l'arrêt. Il a effectué quelques gros arrêts. Il y a eu quelques filets ouverts tôt dans la rencontre face auxquels nos tirs ont dévié ou rebondi hors cible, mais c'est la vie. »

    L'entraîneur du Lightning Jon Cooper a déclaré mardi qu'il n'avait pas encore discuté avec Bishop et qu'il ignorait comment son gardien se sentait. Il y a une chance que les Blackhawks aient une autre occasion de le mettre plus souvent au défi mercredi.

    Ils croient qu'ils peuvent résoudre l'énigme Bishop, comme ils l’avaient fait pour une longue liste de gardiens au cours de leurs précédentes séries.

    « Nous avons affronté de très bons gardiens lors de séries importantes par le passé, a souligné Toews. Nous passons par-dessus tout ça et continuons de travailler. Nous avons cette patience. Nous trouvons toujours le moyen d'ouvrir la machine. »

    Cette fois-ci, la clé sera de créer plus d'action devant le filet de Tampa Bay et de forcer Bishop à faire plus de mouvements soudains et latéraux.

    « Nous tentons de marquer des buts de la façon possible, a dit Richards. Peu importe si le gardien est blessé, nous devons créer de la circulation, nous devons le faire bouger. C’est un gros gardien et il faut le faire bouger. En première [période du match no 3], nous avons fait du bon travail et habituellement, nous nous en sortons avec plus de buts. »