SHARE
Partagez avec vos amis


    Bouchard: Le remarquable quatuor défensif des Blackhawks de Chicago

    Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Bouchard: Le remarquable quatuor défensif des Blackhawks de Chicago
    Bouchard: Le remarquable quatuor défensif des Blackhawks de Chicago

    Les quatre premiers défenseurs des Blackhawks de Chicago accomplissent depuis le début des séries éliminatoires un exploit digne de mention. Accaparant chacun plus de 25 minutes de jeu par match, ils ont su défier ce que le gros bon sens nous dicte pourtant : à force de jouer autant, ils vont finir par se fatiguer. Or, il n’en est rien.

    C’est encore plus évident lors de ces séries, alors qu’on les utilise continuellement, leurs entraîneurs ayant rompu avec le traditionnel déploiement en trois paires de défenseurs. Kyle Cumiskey joue avec Brent Seabrook et Johnny Oduya, David Rundblad joue avec Duncan Keith et le quatuor de tête passe le reste de son temps à changer de partenaire.

    La clé du succès, pour ce groupe de joueurs, repose sur un fait que j’ai souvent évoqué depuis quelques années lorsque je discute des Blackhawks : ces joueurs possèdent des talents remarquablement complémentaires.

    Duncan Keith et Brent Seabrook

    Leader incontesté de la brigade défensive, Duncan Keith est, semble-t-il, impossible à fatiguer. Lorsqu’on utilise l’outil de comparaison statistique développé par Emmanuel Perry pour voir où se situent, statistiquement, les performances de Keith lors de la dernière saison, un élément saute aux yeux : à l’âge de 31 ans, Keith a quatre ans de plus que la moyenne des joueurs à afficher un rendement comparable au sien. En effet, et c’est vrai non seulement pour Keith, mais aussi pour Seabrook ou encore ses rivaux du Lightning de Tampa Bay, Anton Stralman et Victor Hedman, il est clair que c’est autour de l’âge de 27 ans que les défenseurs à caractère offensif connaissent leurs meilleures performances. La durabilité de Keith est donc significative à plus d’un niveau.

    Keith est, en fait, le défenseur dominant, alors que Seabrook apparaît plutôt comme son second lorsqu’on regarde de plus près comment ces joueurs se démarquent de leurs coéquipiers ainsi que du reste de la LNH. Un autre outil de comparaison développé par Perry, les scores « Gordon Bombay », permettent ainsi de comparer les performances de ces deux défenseurs par rapport au reste de la LNH. Le graphique ci-dessous en donne une première représentation où la ligne pointillée grise représente la moyenne de la ligue. Il est clair que Keith, ici, est le joueur dominant.

    Pris individuellement, en utilisant cette fois-ci les graphiques « HERO » développés par Domenic Galamini, on constate que Seabrook et Keith se démarquent principalement sur le plan offensif. Keith comme Seabrook produisent de manière exceptionnelle en offensive à 5-contre-5, tant sur le plan du volume de tirs obtenus que sur la quantité de points accumulés. Tout ça, bien sûr, en gobant une tonne de temps de glace.

    Et un élément supplémentaire apparaît sur l’axe défensif de ces tableaux (« supressing shots and unblocked shots ») : si Keith fait somme toute bonne figure, Seabrook semble quant à lui carrément exécrable. Si d’aventure on l’échange cet été, le club qui se procurera ses services pourrait donc avoir une fort mauvaise surprise si on s’attend à voir Seabrook, à 29 ans, devenir un pilier défensif. En fait, son profil rappelle plutôt celui d’un joueur comme Keith Yandle.


    -----------------------------------------------------------------------------------

    Niklas Hjalmarsson et Johnny Oduya

    Si Keith et Seabrook sont les fers de lance de l’attaque, Oduya et Hjalmarsson forment quant à eux le rempart défensif. Encore ici, on retrouve un joueur dominant : Hjalmarsson est celui qui se distingue le plus nettement alors qu’Oduya, rendu à 33 ans, semble quant à lui traîner un peu plus de la patte. Le graphique « Bombay » nous montre plus précisément des joueurs au mieux ordinaires sur le plan offensif, Hjalmarsson se détachant tout de même sur la part de chances de marquer obtenues (l’indice « Rel SCF% » dans le graphique).

    Les graphiques « HERO » sont tout simplement fascinants, Oduya et Hjalmarsson présentant des profils inverses à ceux de Seabrook et Keith! Ce sont en effet deux défenseurs qui ne produisent absolument rien sur le plan offensif (les calculs de Galamini les classent comme des sixièmes défenseurs!), mais ils sont tout simplement dominants défensivement, affichant des taux de suppression de tirs vers le filet digne des meilleurs défenseurs de la LNH.


    ----------------------------------------------------------------------------

    Une partie de ce contraste s’explique probablement par les méthodes de calculs de Galamini. Comme les légendes des graphiques l’indiquent, il tente de sortir de ses calculs l’influence des mises en jeu en retranchant les événements survenus dans les 10 secondes suivant celles-ci. Or, la chose a été démontrée ailleurs, la zone d’influence d’une mise en jeu varie plutôt entre 15 et 25 secondes. Et on sait qu’Oduya et Hjalmarsson tendent à prendre, relativement parlant, plus de mises en jeu en zone défensive alors que Seabrook et Keith en prennent plus en zone offensive. Mais les différences ne sont pas gigantesques et on peut donc en déduire que, si le portrait est peut-être légèrement exagéré par les méthodes utilisées ci-dessus, il reste fiable dans l'ensemble.

    Les Blackhawks font donc leur chemin grâce à deux défenseurs dominants, mais aussi à des compétences complémentaires, Keith et Hjalmarsson, appuyés par deux joueurs (Seabrook et Oduya) qui viennent au besoin compenser les faiblesses ou accentuer l’impact du joueur dominant. En cessant de travailler avec des paires défensives stables, on semble donc avoir simplement poussé cette logique un peu plus loin.

    Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez le lire sur son blogue En attendant les Nordiques et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.

    2016 NHL Winter Classic Gigapixel photo

    La LNH sur Facebook