SHARE
Partagez avec vos amis


    Aperçu : les Rangers retournent en finale de l’Association de l’Est pour y affronter le Lightning

    LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Aperçu : les Rangers retournent en finale de l’Association de l’Est pour y affronter le Lightning
    Les Rangers de New York se retrouvent en finale de l’Association de l’Est pour la troisième fois au cours des quatre dernières saisons, et ils auront la chance de devenir la première équipe depuis les Penguins de Pittsburgh en 2008 et 2009 à remporter le trophée Prince-de-Galles deux années de suite.

    Les Rangers de New York se retrouvent en finale de l’Association de l’Est pour la troisième fois au cours des quatre dernières saisons, et ils auront la chance de devenir la première équipe depuis les Penguins de Pittsburgh en 2008 et 2009 à remporter le trophée Prince-de-Galles deux années de suite.

    Les Rangers, qui n’ont jamais mis la main sur le trophée Prince-de-Galles lors de deux années consécutives, ont pu atteindre à nouveau la finale d’association en l’emportant 2-1 en prolongation du match no 7 de leur série de deuxième ronde contre les Capitals de Washington mercredi.

    Comme ils l’ont fait la saison dernière, les Rangers ont surmonté un déficit de 3-1 dans leur série pour se qualifier pour la finale d’association. Ils sont devenus la première équipe de l’histoire de la LNH à remporter une série quatre de sept après avoir tiré de l’arrière 3-1 dans deux saisons consécutives.

    Le Lightning de Tampa Bay a atteint la finale de l’Association de l’Est pour la première fois depuis 2011, alors qu’il avait baissé pavillon en sept parties contre les Bruins de Boston, qui ont éventuellement soulevé la Coupe Stanley. Le Lightning n’a pas participé à la Finale de la Coupe Stanley depuis 2004, alors qu’ils avaient remporté le précieux trophée avec Martin St-Louis comme meilleur pointeur et Dan Boyle comme défenseur numéro un.

    St. Louis et Boyle se trouvent dans le clan adverse dans cette série et agissent à titre de vétérans pour les Rangers. Le Lightning compte aussi dans ses rangs des visages qui seront familiers pour les joueurs des Rangers et leurs partisans.

    L’ancien capitaine des Rangers Ryan Callahan, le centre Brian Boyle et le défenseur Anton Stralman portaient tous l’uniforme des Rangers aussi récemment que la saison dernière.

    Callahan a été échangé au Lightning dans le cadre de la transaction qui a amené St-Louis à New York le 5 mars 2014. Boyle et Stralman se sont entendus avec le Lightning en tant que joueurs autonomes au cours de l’été après avoir aidé les Rangers à participer à la Finale de la Coupe Stanley la saison dernière.

    Les Rangers ont eu besoin de 12 matchs pour atteindre la finale d’association. Ils ont éliminé les Penguins en cinq matchs et ont étiré la série à la limite contre les Capitals. Chacun de ces 12 matchs a été décidé par un seul but, dont huit par le pointage de 2-1 et quatre en prolongation. Les Rangers montrent une fiche de 6-2 dans les matchs de 2-1 et de 4-0 en prolongation (toutes les rencontres qui se sont rendues en prolongation se sont terminées 2-1).

    Le gardien Henrik Lundqvist affiche une moyenne de buts alloués de 1,60 et un pourcentage d’arrêts de ,944.

    Le Lightning a disputé 13 parties avant de se retrouver en finale d’association. Ils ont effacé un retard de 3-2 dans leur série de première ronde contre les Red Wings de Detroit pour s’imposer en sept matchs, puis ils ont pris les devants 3-0 dans leur série de deuxième tour contre les Canadiens de Montréal avant de mettre fin à la série dans le match no 6.

    Le trio de Tampa Bay composé de Tyler Johnson, Nikita Kucherov et Ondrej Palat a amassé un total combiné de 31 points, soit 17 buts et 14 passes.

    Tampa Bay et New York ne se sont pas affrontés depuis cinq mois et demi. Ils ont croisé le fer trois fois entre le 17 novembre et le 1er décembre, et le Lightning est sorti victorieux de ces trois duels par un pointage combiné de 15-8.

    « Il s’agit d’une équipe qui nous a donné de la difficulté cette saison, a reconnu Lundqvist, mais s’il y a bien une chose que j’ai apprise, c’est que tout est différent en séries. »

    Au cours des deux premières rondes, l’entraîneur du Lightning Jon Cooper a réduit le nombre d’attaquants qu’il emploie, et il a connu beaucoup de succès avec 11 attaquants en uniforme.

    Le trio des « Triplés » composé de Johnson, Kucherov et Palat continue à être l’un des plus productifs de la ligue. Les huit buts de Johnson représentent un sommet au cours des présentes séries éliminatoires de la Coupe Stanley, et Kucherov a touché la cible à six reprises dans la série contre les Canadiens.

    Malgré tout ce qui a été dit à propos de l’incapacité de Steven Stamkos à marquer en séries, ce dernier a tout de même amassé au moins un point dans ses cinq derniers matchs, et il totalise trois buts et sept passes en séries éliminatoires. Il a aussi été muté à l’aile afin de laisser Valtteri Filppula évoluer au centre, ce qui donne au premier trio plus de créativité quand vient le temps de distribuer la rondelle. Alex Killorn connaît discrètement de bonnes séries (trois buts, six passes) sur le premier trio.

    La santé de Callahan va dicter la composition de certains trios. Callahan va à l’occasion évoluer aux côtés de Stamkos, mais il peut aussi être placé sur le troisième trio afin d’être jumelé à des attaquants à vocation plus défensive comme Boyle et Cedric Paquette.

    L’entraîneur Alain Vigneault n’a pas eu peur de modifier ses trios lorsqu’il sent que les choses ne se déroulent pas comme elles le devraient. Un exemple parfait de cela est survenu dans le match no 7 contre les Capitals, alors que Vigneault a pratiquement cloué St-Louis au banc en troisième période, lui qui éprouvait des difficultés, et il a placé J.T. Miller sur le premier trio avec Derick Brassard et Rick Nash. Miller a insufflé de la vie à cette unité, et les trois joueurs ont commencé à créer des chances de marquer.

    De la même manière, en l’absence de Mats Zuccarello pendant la totalité de la deuxième ronde, Vigneault a écouté son intuition et a placé Jesper Fast sur le trio complété par Derek Stepan et Chris Kreider. Fast a joué du hockey axé sur les détails dont ce trio avait de besoin, ce qui a permis à cette unité de marquer des buts importants, comme lorsque Fast a rapidement remis à Keith Yandle sur une mise en jeu remportée par Stepan, ce qui a mené au but gagnant de ce dernier en prolongation du match no 7.

    Fast a amassé un but et trois passes contre Washington. Kreider a été l’attaquant le plus efficace des Rangers en deuxième ronde. Il a marqué quatre buts, dont deux en première période du sixième match, de même que le but égalisateur avec 1:41 à faire au temps réglementaire dans le match no 5. Stepan a apporté une importante contribution dans toutes les facettes du jeu et occupe le premier rang de l’équipe à égalité avec Brassard avec une récolte de huit points.

    Nash n’a pas trouvé le fond du filet aussi souvent qu’il l’aurait souhaité, mais il a obtenu de belles chances de marquer, dont une sur une échappée en infériorité numérique au premier vingt du match ultime contre Washington. Il a inscrit deux filets et a décoché 45 tirs, un sommet chez les Rangers, dont six au cours du septième match.

    Le troisième trio de Dominic Moore, Kevin Hayes et Carl Hagelin a peut-être été le meilleur de New York dans le match ultime. Ces trois joueurs ont fourni aux Rangers une combinaison de vitesse, de puissance et d’échec avant soutenu.

    Tampa Bay a entrepris les séries éliminatoires avec trois de leurs six premiers défenseurs aux prises avec des blessures, mais à l’aube de la finale de l’Association de l’Est, la ligne bleue du Lightning est à nouveau en pleine santé.

    Le premier duo composé de Stralman et Victor Hedman a été à la hauteur des attentes placées en eux par le Lightning. Sans surprise, les deux Suédois ont affiché une chimie naturelle, et la fiabilité de Stralman en zone défensive a permis à Hedman d’obtenir davantage le feu vert pour se porter à l’attaque. Les deux joueurs ont effectué 30 présences contre Montréal dans le match no 6, et Stralman a été utilisé pendant 23:41 en plus d’obtenir une mention d’aide sur le but de Palat en avantage numérique en fin de deuxième période.

    Braydon Coburn et Jason Garrison donnent au Lightning une présence physique dans leur brigade défensive. Coburn, qui a été acquis des Flyers de Philadelphie avant la date limite des transactions de la LNH, a aussi montré qu’il pouvait jouer les héros alors qu’il a inscrit le but gagnant dans le septième match contre les Red Wings de Detroit dans le match ultime de la première ronde.

    Andrej Sustr et Matthew Carle forment la troisième paire, et lorsque Cooper décide d’y aller avec sept défenseurs, il ajoute Nikita Nesterov à sa formation.

    Fiable et prête à créer des chances de marquer en attaque sont les meilleurs qualificatifs pour décrire la brigade défensive des Rangers.

    Ryan McDonagh s’améliore à mesure que les séries progressent, ce qui est impressionnant compte tenu du fait qu’il les a amorcées avec un niveau de jeu très élevé. Les deux buts de McDonagh en séries ont été des buts gagnants, dont celui qu’il a marqué en prolongation dans le cinquième match contre les Capitals. Il a passé 29:02 sur la glace dans la septième partie et a obtenu une passe sur le but de Hayes.

    Le partenaire de McDonagh, Dan Girardi, a été très fiable dans son rôle défensif, lui qui a bloqué plusieurs tirs, en plus de prendre des risques calculés afin de se porter à l’attaque. Il a été particulièrement efficace contre Alex Ovechkin en tant que défenseur du côté droit, donc opposé à la vedette russe. Il a été le meneur parmi les défenseurs des Rangers avec 48 lancers bloqués.

    Marc n’a pas eu le luxe d’amorcer beaucoup de ses présences en zone offensive, alors ses statistiques de possession de rondelle sont les plus faibles de l’équipe (pourcentage de tentatives de tirs de 44,12 pour cent), mais sa longue portée et son jeu physique ont rapporté des dividendes, surtout en infériorité numérique.

    Keith Yandle et Kevin Klein ont connu de bons et de mauvais moments, mais la capacité de Yandle de produire à l’attaque est importante, et le jeu physique de Klein a été précieux dans la série contre Washington. Yandle a préparé le but égalisateur de Kreider dans le match no 5 et le but gagnant en surtemps de Stepan dans la septième rencontre.

    Le statut de Boyle est important. Il a quitté le match no 7 à mi-chemin en troisième période après avoir été frappé durement par Brooks Orpik. Matt Hunwick, qui a disputé les cinq parties de la première ronde en remplacement de Klein, blessé, devrait prendre la relève si Boyle ne peut être en uniforme.

    Ben Bishop a été excellent pendant la majeure partie des séries éliminatoires, comme en témoignent sa moyenne de buts alloués de 1,81 et un pourcentage d’arrêts de ,931. Il a connu certaines de ses meilleures performances lorsqu’il en avait le plus besoin, avec en tête de liste son blanchissage de 31 arrêts contre les Red Wings dans le match no 7 de la première ronde.

    En deuxième ronde, Bishop a affronté davantage de tirs et de chances de marquer que son vis-à-vis, le gardien des Canadiens Carey Price, au cours de cinq des six matchs, mais à l’exception d’un mauvais match dans la quatrième rencontre, il a très bien fait devant le filet et a permis au Lightning de voler les matchs no 1 et 3.

    « Plus la série est longue, et plus Ben semble s’améliorer », a noté Cooper après la victoire du Lightning dans la sixième partie contre les Canadiens mardi. « Je regarde la manière dont nous avons joué dans le septième match contre Detroit. Nous avons gagné, mais Detroit avait contrôlé la majeure partie de cette rencontre, et Ben avait été fantastique et nous avons pu prendre les devants. Ensuite, je regarde la partie de [mardi] contre les Canadiens, et il a effectué un arrêt important sur une échappée en troisième période. La façon dont Bishop a joué a permis au reste de l’équipe d’élever son jeu d’un cran. »

    Le gardien auxiliaire Andrei Vasilevskiy a fait une apparition dans le match no 4 de la deuxième ronde après que Bishop eut été retiré de la partie. Il a alors accordé trois buts sur 26 tirs.

    Il est difficile de trouver de nouveaux adjectifs pour décrire le jeu de Lundqvist et son importance pour les Rangers. Il a nettement été leur joueur le plus utile au cours des deux premières rondes. Il est sans aucun doute l’un des principaux candidats au trophée Conn Smythe après deux rondes.

    Les Rangers se nourrissent du calme et de la confiance de Lundqvist sur la glace. Ils montrent un rendement de 89,3 pour cent en infériorité numérique, en grande partie grâce à leur gardien.

    La moyenne de buts alloués de 1,60 et le pourcentage d’arrêts de ,944 de Lundqvist en séries le placent au premier rang parmi les gardiens qui ont franchi la première ronde. Il a très bien fait, malgré le fait qu’il n’avait aucune marge d’erreur. Chacun des 12 matchs des Rangers depuis le début des séries s’est décidé par la marge d’un but. Ils montrent une fiche globale de 8-4, incluant un dossier de 4-0 en prolongation et de 6-2 dans les matchs dont le pointage était de 2-1.

    Il a alloué cinq buts sur 110 tirs au cours des victoires de New York au cours des matchs no 5, 6 et 7 contre Washington. Il a stoppé 35 tirs dans le match ultime et 42 dans la sixième partie. Au cours des deux victoires qui ont permis à New York de passer à la ronde suivante, Lundqvist a cédé deux fois sur 74 lancers, dont une fois sur 38 tirs contre les Penguins.

    Si le pire devait se produire et que pour une raison ou pour une autre Lundqvist devait se blesser ou être dans l’incapacité de jouer, l’auxiliaire de New York, Cam Talbot, a prouvé au cours de la saison régulière qu’il était un adjoint très capable. Talbot a conservé une fiche de 16-4-3 avec une moyenne de buts alloués de 2,16 et un pourcentage d’arrêts de ,929 lorsque Lundqvist a été à l’écart de l’alignement entre le 4 février et les 26 mars. Talbot n’a pas encore joué en séries.

    Ce fut un processus d’apprentissage pour Cooper, mais il mérite du crédit pour avoir apporté des ajustements au cours des deux premières rondes. Il a raccourci son banc et a habillé 11 attaquants et sept défenseurs au cours des quatre derniers matchs contre Detroit au premier tour, et le Lightning a remporté trois de ces matchs.

    Il a pris une décision osée dans le sixième match contre Montréal lorsqu’il a remplacé Callahan par Jonathan Marchessault, un joueur non repêché de 24 ans, plutôt que par l’espoir de premier plan Jonathan Drouin. Marchessault a très bien fait au cours des 11:15 qu’il a passées sur la glace.

    Alors que les séries se poursuivent, Cooper prouve que ses succès dans les rangs mineurs ne sont pas un coup de chance. Alors que le statut de Callahan est incertain en vue du début de la finale d’association, il devra continuer à bien gérer son alignement et à trouver des joueurs qui lui permettront de gagner.

    Vigneault, qui est finaliste au trophée Jack Adams pour la quatrième fois de sa carrière, a conduit les Rangers à la finale de l’Association de l’Est pour la deuxième saison de suite, et il atteint cette étape des séries pour la troisième fois de sa carrière.

    Il montre un dossier de 2-0 en finale d’association, lui qui a participé à la Finale de la Coupe Stanley avec les Canucks de Vancouver en 2011 et avec les Rangers la saison dernière.

    Autant les Rangers se nourrissent du calme de Lundqvist sur la glace, leur approche, leur comportement, leur professionnalisme et leur résilience sont des produits de l’approche optimiste de Vigneault, qui refuse toujours de céder à la panique.

    Il aura fallu à Vigneault six rondes des séries pour se hisser au troisième rang de tous les temps parmi les entraîneurs des Rangers au chapitre des victoires (21). Les Rangers affichent un dossier de 3-0 dans les matchs no 7 et de 8-1 dans les rencontres où ils font face à l’élimination sous les ordres de Vigneault. Par deux fois, ils ont remporté une série après avoir effacé un déficit de 3-1.

    Le Lightning a montré un rendement de 7-en-20 (35 pour cent) en avantage numérique en deuxième ronde, et leur efficacité est de 18,0 pour cent pour l’ensemble des séries éliminatoires. Le but de Palat en avantage numérique en fin de deuxième période dans le match no 6 contre Montréal a donné les devants 3-0 au Lightning, et a pour ainsi dire mis fin au match.

    Le jeu de puissance s’est amélioré de manière spectaculaire après avoir affiché un rendement de 2-en-27 au premier tour contre Detroit. Le déploiement a été meilleur et le Lightning dirige davantage de rondelles autour du filet, ce qui leur permet de profiter de déviations et de retours pour obtenir des chances de marquer plutôt que de s’en tenir à des jeux élaborés préparés à l'avance.

    Tampa Bay montre un taux d’efficacité de 86,7 pour cent en infériorité numérique, et si Callahan n’est pas prêt à jouer dans le match no 1, cela pourrait avoir une incidence négative sur cette facette du jeu de Tampa Bay. Le Lightning a cependant neutralisé l’avantage numérique des Canadiens, les limitant à un rendement de 1-en-16 dans la série.

    L’une des principales raisons qui expliquent pourquoi les Rangers se retrouvent en finale d’association est leur impressionnante efficacité à court d’un homme, eux qui ont écoulé avec succès 89,3 pour cent de leurs infériorités numériques. Ils ont affronté des joueurs tels que Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Alex Ovechkin jusqu’ici, et ils n’ont permis qu’un seul but à ces derniers en 26 tentatives sur le jeu de puissance.

    Les Penguins ont affiché un rendement de 2-en-13 en supériorité numérique contre New York, mais ces deux buts ont été réussis par la deuxième vague dans le match no 2. Ovechkin a touché la cible sur le premier tir de Washington en avantage numérique en deuxième ronde, mais les Capitals ont été blanchis en 14 occasions sur le jeu de puissance pendant le reste de la série, étant limités à 21 tirs.

    Le jeu de puissance de New York a parfois semblé dysfonctionnel et a souvent manqué de synchronisme, mais il a tout de même trouvé le moyen de produire d’importants buts, notamment le filet égalisateur de Hayes à 6:22 de la deuxième période du match no 7 contre Washington et le but de Kreider inscrit avec 0,3 seconde à écouler à la première période du match no 6 de la deuxième ronde.

    Les Rangers montrent une efficacité de 6-en-38 en avantage numérique (15,8 pour cent), mais cinq de leurs buts ont été marqués dans des victoires, dont le but gagnant de McDonagh dans le premier match contre les Penguins.

    Ondrej Palat – Bien que Palat ne représente pas une aussi grande menace à l’attaque que ses compagnons de trio sur l’unité des « Triplés », Johnson et Kucherov, il semble être en mesure de créer de bonnes choses chaque fois qu’il se trouve sur la glace. De plus, il est à son mieux dans des situations où le Lightning en a le plus besoin.

    Ondrej Palat
    AILIER GAUCHE - TBL
    BUTS: 3 | PASSES: 5 | POINTS: 8
    TIRS: 14 | DIFFÉRENTIEL: PLUS-3

    Dans la sixième rencontre face à Montréal, il a préparé le but de Kucherov qui plaçait le Lightning en avant 1-0 et il a fait vibrer les cordages sur le jeu de puissance tard au deuxième tiers pour donner les devants par trois buts à son équipe. Dans le match no 4 contre Detroit en première ronde, il a inscrit le but qui a forcé la tenue de la prolongation avant d’obtenir une mention d’aide sur le but gagnant de Johnson.

    Il est un excellent manieur de rondelle, mais il se déplace aussi très bien sans le disque en plus d’être efficace sur toute la surface de jeu.

    « Il ne reçoit probablement pas tout le mérite qui lui revient, mais Ondrej est un coéquipier incroyable, et il possède simplement la faculté de réussir le bon jeu au bon moment, a indiqué Johnson. Il est assurément le joueur qui assure la cohésion du trio. »

    Dominic Moore – Moore a été l’un des meilleurs attaquants des Rangers dans le match ultime contre Washington, et il a été l’un de leurs attaquants les plus constants depuis le début des séries, même si sa production offensive ne le démontre pas.

    Moore n’a récolté qu’une passe en 12 matchs, mais son aptitude à créer du chaos lorsqu’il est le premier joueur à s’amener en échec avant, son rôle important en infériorité numérique (2:05 par match à court d’un homme), sa capacité à remporter les mises en jeu importantes (53,1 pour cent, un sommet chez les Rangers) et à diriger des tirs au filet adverse (18 lancers en deuxième ronde) ont fait de lui l’un des joueurs, et des attaquants, les plus importants de New York.

    Moore a entrepris les séries éliminatoires sur le quatrième trio, et il a formé une unité efficace avec ses ailiers Fast et Tanner Glass. Vigneault l’a ensuite muté sur le troisième trio contre Washington et ce trio a été le plus efficace des Rangers dans le match ultime, au cours duquel Moore, Hagelin et Hayes ont amassé un but et huit tirs, de même que 18 tentatives de tir.

    LE LIGHTNING L’EMPORTERA SI … Stamkos poursuit sur sa lancée et que Callahan peut effectuer un retour tôt dans la série. Les Rangers préconisent un style rapide, ce qui pourrait tourner à l’avantage du Lightning. Il faut s’attendre à ce que les deux équipes patinent énormément et à de bonnes chances de marquer, alors que Stamkos va continuer à s’illustrer à l’aile.

    Callahan a amassé quatre buts et une passe en trois rencontres face aux Rangers en saison régulière. Tout dépendant de son seuil de tolérance à la douleur, il pourrait revenir au jeu aussi tôt que samedi, et une décision sera prise quant à sa participation au premier match de la série juste avant le début de celui-ci. D’une manière ou d’une autre, Callahan souhaite ardemment jouer contre l’équipe dont il a déjà été le capitaine.

    LES RANGERS L’EMPORTERONT SI … La clé pour les Rangers contre le Lightning, à l’exception d’une autre solide performance de Lundqvist, sera de demeurer fidèle à leurs principes défensifs et à leur structure en échec avant, tout en s’emparant de l’espace disponible dans le centre de la glace.

    Même s’ils ont été embouteillés dans leur territoire pendant de longs moments contre les Capitals, les Rangers n’ont jamais dévié du style de jeu qu’ils voulaient préconiser, et ils ont été en mesure de trouver suffisamment d’espace au centre de la glace pour remporter une série serrée et physique.

    Le Lightning ne représente pas le même genre de menace physique que les Capitals, mais cela ne veut pas dire que les Rangers doivent changer leur manière de jouer.

    Comme les Rangers, le Lightning forme une équipe rapide qui serait bien d’accord pour jouer du hockey ouvert. Les Rangers peuvent aussi connaître du succès dans ce genre de partie, mais il vaudrait mieux pour eux d’éviter d’emboîter le pas au Lightning, et de prendre avantage de leur vitesse lorsqu’ils en auront la chance.

    Les Rangers tirent profit de leur vitesse, mais il s’agit de vitesse intelligente, basée sur une prise de risque calculée de la part des défenseurs. S’ils parviennent à le faire avec succès, ils pourront jouer de la manière dont ils le souhaitent, ce qui aurait comme conséquence de ralentir le Lightning.

    2016 NHL Winter Classic Gigapixel photo

    La LNH sur Facebook