SHARE
Partagez avec vos amis


    P.K. Subban refuse de considérer la saison qui vient de se conclure comme une année de transition

    Par Emna Achour - Correspondante LNH.com

    Partagez avec vos amis


    P.K. Subban refuse de considérer la saison qui vient de se conclure comme une année de transition
    Malgré le peu de temps de réflexion qu’il a eu entre l’élimination de son équipe et sa rencontre avec les médias mardi soir, Michel Therrien a tout de même dressé un premier bilan positif pour ses Canadiens de Montréal version 2014-15.

    TAMPA – Malgré le peu de temps de réflexion qu’il a eu entre l’élimination de son équipe et sa rencontre avec les médias mardi soir, Michel Therrien a tout de même dressé un premier bilan positif pour ses Canadiens de Montréal version 2014-15.

    « Je pense qu’on a progressé en tant qu’équipe honnêtement », a mentionné l’entraîneur des Canadiens de Montréal quelques instants après que le Lightning de Tampa Bay l’eut envoyé en vacances grâce à une victoire de 4-1 lors du match no 6 de leur série de deuxième ronde dans l’Association de l’Est. « On a donné des rôles différents à beaucoup de joueurs, on s’est rajeunis, et comme entraîneur je crois qu’on a beaucoup progressé cette saison. »

    Que Therrien qualifie les performances du Tricolore cette année comme une « progression » par rapport à l’an dernier, alors que Montréal avait atteint la finale de l’Est, concorde parfaitement avec la mentalité de la haute direction de l’équipe, qui a sans cesse fait référence à la présente saison comme à une année de transition.

    Mais une année de transition ou de progression laisse entendre que les attentes ne sont pas aussi élevées que pour une équipe qui vise la conquête de la Coupe Stanley, et donne l’impression que les échecs ne sont pas aussi alarmants, puisqu’on suppose que le « plan » prévoit de toute façon que les années à venir soient plus reluisantes que la dernière.

    Sauf que le défenseur P.K. Subban ne croit pas vraiment en ce concept.

    « Je dois être honnête avec vous; j’aurai 26 ans demain et les années filent, alors je ne vois pas une saison comme une année de transition. Je la vois comme une occasion de remporter la Coupe Stanley, a-t-il dit. Je ne peux pas me concentrer à dire qu’on doit attendre quelques années avant d’être des aspirants aux grands honneurs. On doit y aspirer maintenant. On ne sait jamais ce qui peut arriver avec des joueurs ou avec ton équipe à travers les années. Alors quand tu as une chance de gagner, tu dois donner tout ce que tu as. Et je ne crois pas qu’on ait assez bien joué aujourd’hui pour aspirer à un championnat. »

    Le gardien Carey Price, qui devrait obtenir son lot de reconnaissances individuelles au terme de la campagne avec tous les trophées pour lesquels il est en lice, a pris le blâme pour l’élimination de son équipe. Et compte tenu de ses performances étincelantes tout au long de la saison, s’il y a un joueur qui devrait être épargné par les critiques, c’est bien lui.

    « Je n’ai pas assez bien joué, a-t-il évoqué. Je crois que c’est plus ou moins sur cela que tout repose. On a perdu beaucoup de matchs serrés et il aurait fallu que je réalise l’arrêt de plus dans tous ces matchs qu’on a perdus et je ne l’ai pas fait. »

    Considérant les records qu’il a battus et sa domination à travers la LNH au chapitre des victoires, du pourcentage d'arrêts et de la moyenne de buts alloués, Price y est peut-être allé un peu fort dans ses propos d’après-match mardi.

    Et même si Subban sait que ce genre de paroles sont celles d’un fier compétiteur qui déteste perdre, il est d’avis que les Canadiens ne peuvent se permettre de laisser Price leur voler des matchs aussi souvent qu’il l’a fait cette année.

    « Je me fous de ce que Carey dit, on doit faire mieux devant lui et mieux le soutenir, a mentionné Subban. Je pense que trop souvent cette année, il nous a sauvé la peau et ça devra changer si l’on veut être une équipe qui connaît du succès en saison régulière et en séries. Ce serait injuste de s’attendre à ce qu’il joue comme il a joué cette saison année après année. Il va y avoir des hauts et des bas, et c’est difficile de jouer à ce niveau chaque soir. Il a réussi à le faire cette année, mais on doit réaliser que notre travail est de rendre le sien plus évident, pas de le rendre plus difficile. »

    Seulement quelques minutes après leur défaite de 4-1 aux mains du Lightning, la pilule était évidemment encore difficile à avaler, et elle devrait l’être pour encore quelques semaines au moins. Mais malgré les quelques bonnes performances de l’équipe qui donnaient l’impression au Tricolore qu’il méritait plus de victoires qu’il n’en a finalement obtenues, le processus n’est plus vraiment important à ce stade de la saison.

    « Une victoire est une victoire et c’est tout ce qui compte. Si l’on regarde ce qui s’est passé aujourd’hui, ce qui est arrivé avant ce match importe peu; on est éliminés, a expliqué Subban. C’est une des choses que l’on apprend des séries; tu dois profiter de tes chances. Je crois qu’individuellement, on a tous obtenu nos chances et que ce soit par malchance ou parce qu’on n’a pas été assez efficaces, on n’a pas assez bien fait pour gagner. On a fait beaucoup de bonnes choses pour être dans cette série, mais pour la gagner il faut compléter ses chances. Il faut être excellent, et nous n’avons pas été excellents. »

    Voilà une chose sur laquelle les Canadiens auront beaucoup de temps pour réfléchir d’ici au tournoi de golf annuel de l’équipe en septembre prochain.