SHARE
Partagez avec vos amis


    Aperçu de la série Blackhawks-Wild

    LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Aperçu de la série Blackhawks-Wild
    Aperçu de la série Blackhawks-Wild

    Le Wild du Minnesota espère que la troisième fois sera la bonne contre les Blackhawks de Chicago.

    Ce sera la troisième année consécutive que le Wild et les Blackhawks, deux rivaux de la section Centrale, s’affrontent lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

    Le Wild a été la première victime des Blackhawks lors de leur conquête de la Coupe Stanley en 2013. Chicago n’a eu besoin que de cinq matchs pour s’en défaire au premier tour. En 2014, le Wild venait de remporter une première série en plus d’une décennie après avoir gagné le septième match en prolongation contre l’Avalanche du Colorado. Toutefois, les Blackhawks se sont imposés en prolongation dans la sixième partie pour éliminer la troupe du Minnesota.

    Maintenant, le Wild vient de surprendre les champions de la section Centrale, les Blues de St. Louis, en six matchs et les Blackhawks ont fait la même chose en disposant des favoris de leur série, les Predators de Nashville. Les deux formations rivales croiseront à nouveau le fer en deuxième ronde des séries de l’Association de l’Ouest.

    La plus grande différence pourrait se situer devant les buts cette fois-ci pour le Minnesota. Le Wild avait perdu les services de son gardien partant Niklas Backstrom pendant la période de réchauffement avant la première partie contre les Blackhawks il y a deux ans. Josh Harding s’était ainsi retrouvé gardien numéro un après avoir disputé seulement cinq matchs en saison régulière, lui qui souffre de la sclérose en plaques. L’an dernier, le Wild s’est rabattu sur le vétéran Ilya Bryzgalov, qui a accroché ses patins depuis, après que la recrue Darcy Kuemper eut subi une blessure lors du septième match contre le Colorado.

    Le Wild compte aujourd’hui sur Devan Dubnyk, un finaliste au trophée Vézina, qui a blanchi les Blackhawks le 3 février et qui n’a alloué qu’un but le 7 avril pour permettre au Minnesota de remporter les deux dernières parties de la saison contre Chicago, qui avait gagné les trois premiers affrontements entre les deux équipes.

    Pendant ce temps, les Blackhawks feront confiance à Corey Crawford pour entreprendre la série. Crawford a déçu lors des deux premières rencontres face aux Predators et il a ensuite vu Scott Darling amorcer les quatre derniers matchs de la première ronde. Il est venu en relève à Darling dans la sixième partie et il a blanchi l’adversaire pour permettre à Chicago de l’emporter. Crawford a conservé un pourcentage d’arrêts de ,948 et un dossier de 2-2 contre le Wild cette saison.

    L’attaquant du Wild Jason Zucker a été le meilleur marqueur des siens contre les Blackhawks en saison régulière avec trois buts, tandis que l’attaquant Patrick Kane a amassé deux buts et huit points pour Chicago.

    Il suffit de regarder qui sont les deux joueurs étoiles des Blackhawks pour constater à quel point ils disposent d’une attaque menaçante.

    Jonathan Toews est à égalité au sommet des marqueurs des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2015 avec huit points (trois buts, cinq assistances) et Kane le suit de près avec sept points (deux buts, cinq assistances).

    Le retour prématuré de Kane à la suite de sa chirurgie du 25 février visant à réparer sa clavicule fracturée n’a pas semblé le ralentir en première ronde. Il a essuyé quelques mises en échec et il a pu continuer à jouer. Parmi ses exploits du premier tour, notons la passe qu’il a servie en pivotant à Kris Versteeg, qui l’a redirigée dans le fond du filet, lors du cinquième match et son puissant lancer frappé qui a déjoué le gardien Pekka Rinne pour égaler le pointage 3-3 alors qu’il ne restait que six secondes à faire en première période de la sixième rencontre.

    Patrick Sharp a connu une bonne première ronde avec trois buts et deux aides et il partage le premier rang des siens avec l’ailier droit Marian Hossa pour les tirs au but (24). Hossa n’a pas marqué, mais il a récolté cinq mentions d’aide et il a dominé le jeu par moments.

    L’attaquant Bryan Bickell semble vouloir se réveiller après une saison régulière décevante, le centre Antoine Vermette a retrouvé son efficacité dans le cercle des mises en jeu en en remportant plus de la moitié et Sharp paraît de plus en plus confortable à l’aile droite. Le quatrième trio des Blackhawks a commencé à gagner plus de batailles pour la rondelle à partir du troisième match lorsque le centre Marcus Kruger a été jumelé à Andrew Desjardins sur la gauche et à Andrew Shaw sur la droite.

    La recrue Teuvo Teravainen et Joakim Nordstrom offrent d’autres options à l’avant, tout comme Daniel Carcillo (blessure au haut du corps) lorsqu’il sera rétabli.

    Le Minnesota a pu compter sur une attaque diversifiée pour compter 17 buts en 6 matchs lors de sa série de première ronde de l’Association de l’Ouest.

    Huit joueurs ont marqué au moins un but et ses joueurs étoiles ont aussi apporté leur contribution pour permettre cette victoire-surprise contre les Blues de St. Louis, qui étaient pourtant les favoris. Zach Parisé a été le meilleur marqueur de l’équipe avec sept points (trois buts), dont deux buts dans un gain de 4-1 lors du sixième match dimanche dernier. C’est la deuxième année de suite que Parisé s’impose dans une victoire à domicile à l’occasion d’un match numéro six. Il avait inscrit deux buts et deux aides contre l’Avalanche au premier tour l’an dernier. Le Minnesota avait remporté cette série en sept matchs.

    Jason Pominville, Mikael Granlund, Nino Niederreiter et le capitaine Mikko Koivu ont récolté au moins trois points chacun.

    Le premier trio formé de Granlund, Parisé et Pominville a bien joué sans la rondelle. Selon Parisé, le Wild possède un meilleur jeu de transition cette saison et ce fut assurément le cas contre les Blues.

    Ce trio a amassé un total de 17 points. Granlund et Pominville en ont obtenu cinq chacun. Niederreiter, qui a évolué aux côtés de Koivu et Chris Stewart, a récolté trois buts et quatre points.

    Zucker, Kyle Brodziak et Matt Cooke procurent de la profondeur sur les deux derniers trios et ils ont bien réagi quand on a fait appel à eux. Charlie Coyle a pivoté une unité complétée par Vanek et Justin Fontaine. Coyle a mené le Wild avec 16 mises en échec et il a inscrit un but et deux points. Fontaine a marqué son deuxième filet en carrière en séries dans la deuxième période du sixième match contre le gardien recrue des Blues Jake Allen pour procurer une avance de 2-0 aux siens. Ce but a incité l’entraîneur de St. Louis Ken Hitchcock à remplacer Allen par Brian Elliott devant le filet.

    Chicago n’a plus la même profondeur à la ligne bleue que lors de ses conquêtes de la Coupe Stanley en 2010 et en 2013.

    Les Blackhawks comptent sur quatre excellents défenseurs en Duncan Keith, Brent Seabrook, Niklas Hjalmarsson et Johnny Oduya, mais leurs cinquième et sixième arrières, Michal Rozsival et Kimmo Timonen, n’ont pas fait preuve de constance.

    L’entraîneur Joel Quenneville a été contraint de séparer Rozsival (36 ans) et Timonen (40 ans). Il a jumelé Rozsival à Keith et Timonen à Seabrook pendant la première ronde. Cela lui procure des duos plus équilibrés, mais il ne peut pas utiliser Keith et Seabrook ensemble sur le premier duo défensif.

    Timonen et Rozsival peuvent bien performer, mais leurs bévues mènent souvent à d’excellentes chances de marquer pour l’adversaire, surtout dans le cas de Rozsival. Il a terminé le premier tour avec un différentiel de moins 2 et il a été victime de nombreux revirements.

    Timonen retrouve progressivement son coup de patin, mais il ne peut plus suivre les joueurs plus rapides. Il possède toujours une vision du jeu exceptionnelle et il réalise de bons jeux en défensive.

    Pendant ce temps, Keith et Seabrook continuent de marquer des buts importants en séries. Ils ont compté deux buts chacun contre Nashville. Keith a scellé l’issue du premier match en deuxième période de prolongation et celle du sixième tard en troisième période. Seabrook a mis fin au quatrième match avec un but dans la première minute de la troisième période de prolongation pour donner les devants aux siens 3-1 dans cette série quatre de sept.

    Oduya et Hjalmarsson forment toujours le meilleur duo purement défensif du groupe, et ce, malgré le différentiel de moins 4 d’Oduya, le pire des Blackhawks en première ronde à égalité avec le centre Marcus Kruger.

    Ryan Suter, qui a accumulé une moyenne de 29 minutes de jeu et de 31 présences par partie en saison régulière, a poursuivi dans la même veine en séries. Il a disputé en moyenne 26:05 en 32 présences par partie et il a joué un rôle clé pour permettre à sa formation de museler une des meilleures attaques de l’Association de l’Ouest.

    Les Blues, qui ont compté 2,92 buts par match en saison régulière, ont été limités à 2,33 buts par partie contre le Wild.

    Suter a été aidé par son partenaire à la ligne bleue Jonas Brodin, qui a été blanchi de la feuille de pointage pendant la première ronde, mais qui a obtenu 22:31 de temps de glace par match. Il s’est mesuré aux meilleurs attaquants adverses et il a mené les siens avec 15 tirs bloqués. Hormis Vladimir Tarasenko (six buts) et Patrik Berglund (deux buts), aucun autre joueur des Blues n’a inscrit plus d’un but.

    La brigade défensive du Wild n’a accordé que 26,5 lancers par partie en séries éliminatoires.

    Le duo défensif formé de Jared Spurgeon et Marco Scandella a accumulé beaucoup de temps de glace et il a élevé son niveau de jeu d’un cran. Scandella a obtenu deux buts et trois points en plus de bloquer 12 lancers et d’afficher un différentiel de plus 5. Spurgeon a inscrit un but et trois points avec 12 tirs bloqués et un différentiel de plus 3.

    Matt Dumba a été jumelé à Jordan Leopold pour former un troisième duo fiable. Dumba a compté une fois en jouant un peu moins de 15 minutes par match. Il a aussi été utilisé sur la deuxième unité en avantage numérique.

    Quenneville a indiqué que Crawford amorcerait le premier match de la deuxième ronde devant le filet lundi pour ainsi boucler la boucle au sujet de la situation des gardiens à Chicago depuis le début des séries. Crawford a commencé les séries éliminatoires au poste de numéro un, mais il a été délogé par la recrue Scott Darling après avoir alloué neuf buts à ses quatre premières périodes.

    Au moment où Darling semblait sur le point de s’approprier le titre de gardien partant pour les séries, il a accordé quatre buts dans une défaite de 5-2 lors du cinquième match, puis il en a alloué trois autres dans la première période de la sixième partie avant d’être remplacé. Tout comme Darling l’avait fait lors de la première rencontre, Crawford est allé chercher la victoire après être venu en relève au gardien partant.

    Crawford a repoussé les 13 lancers auxquels il a été confronté, tout comme Darling avait stoppé les 42 rondelles dirigées vers lui après l’avoir remplacé pour gagner le premier match en deuxième prolongation. Avant cette ronde, Crawford n’avait jamais été remplacé par Quenneville pendant une rencontre des séries éliminatoires et il avait effectué 57 départs consécutifs pour les Blackhawks avant que Darling amorce le troisième match devant le filet.

    Darling, un héros inattendu originaire de Lemont, une banlieue de Chicago en Illinois, présente de meilleures statistiques que Crawford avec une moyenne de buts accordés de 2,21 et un pourcentage d’arrêts de ,936. Or, Crawford (moyenne de 4,19 et pourcentage d’arrêts de ,850) sera l’homme de confiance de Quenneville pour entreprendre la série contre le Wild du Minnesota. Certains peuvent y voir une faiblesse, mais les Blackhawks savent qu’ils comptent maintenant sur deux gardiens de but ayant fait leurs preuves en séries.

    La plus grande interrogation à l’aube des séries éliminatoires concernait le rendement de Dubnyk à sa première expérience printanière. Il a répondu en excellant au moment où son équipe en avait le plus besoin et il a conservé une moyenne de buts accordés de 2,32 ainsi qu’un pourcentage d’arrêts de ,913 en première ronde.

    Il a excellé quand l’enjeu était crucial. Après avoir alloué six buts sur 17 lancers et avoir été remplacé par Kuemper tard en deuxième période dans un revers de 6-1 lors du quatrième match, il a rebondi avec une performance de 36 arrêts dans une victoire de 4-1 lors de la cinquième partie au Scottrade Center à St. Louis.

    « Quand votre gardien joue avec confiance dans les moments cruciaux, ça stimule le reste de l’équipe », a affirmé l’entraîneur Mike Yeo.

    Après avoir été chassé du quatrième match, Dubnyk a repoussé 66 des 68 derniers lancers dirigés vers lui dans les cinquième et sixième rencontres. Dans la sixième et dernière partie, Dubnyk a effectué 14 arrêts en deuxième période et 12 autres en troisième pour clore la série.

    « J’y ai repensé au cours des derniers jours, a révélé Dubnyk. Ça semble juste normal. Ça nous semble normal d’être où on est et de continuer à avancer. C’est pour ça que c’est facile de jouer. On a l’impression qu’on va gagner parce que c’est ce qu’on a fait pendant toute l’année. On espère pouvoir continuer comme ça. »

    Dubnyk a montré une fiche de 27-9-2 avec une moyenne de buts accordés de 1,78, un pourcentage d’arrêts de ,936 et cinq blanchissages en 38 départs consécutifs pour le Wild en saison régulière. Parmi ses défaites, sept l’ont été par la marge d’un but et deux ont été subies en tirs de barrage.

    Quenneville possède un dossier de 103-84 en séries éliminatoires et il a permis aux Blackhawks d’atteindre la deuxième ronde des séries de l’Association de l’Ouest pour la troisième année de suite. Depuis qu’il a pris les rênes des Blackhawks en 2008-09, Chicago a gagné 13 de ses 17 séries.

    Sous la gouverne de Quenneville, les Blackhawks ont participé à la finale d’association à quatre reprises et ils ont remporté la Coupe Stanley deux fois. Grâce à toute cette expérience, Chicago amorce pratiquement chaque ronde avec un avantage derrière le banc.

    Le style soutenu de Quenneville explique le dossier de 13-4 des Blackhawks en matchs décisifs et ils n’ont perdu qu’une seule série après avoir pris les devants. Ils ont gaspillé une avance de plus d’une victoire à trois occasions sous les ordres de Quenneville et chaque fois, ils sont parvenus à l’emporter quand même. L’une de ces séries était celle contre le Wild l’an dernier.

    Le nouvel entraîneur des gardiens de but Jimmy Waite doit aussi être félicité pour son rôle dans l’élimination des Predators de Nashville par les Blackhawks. Le jeu de chaise musicale entre les gardiens aurait pu être catastrophique, mais Waite s’est assuré que Crawford et Darling demeurent concentrés et motivés.

    Yeo a gardé le contrôle de sa formation, même après la défaite de 6-1 au Excel Energy Center lors du quatrième match. Les six buts alloués par le Wild constituent un sommet pour l’équipe en séries éliminatoires.

    Après ce revers, Yeo a vu sa troupe dominer les Blues 8-2 au cours des deux rencontres suivantes, même si elle a été surclassée 68-40 au chapitre des tirs au but.

    Il est convaincu que ses joueurs peuvent rebondir après une défaite cuisante. Le Wild joue du hockey des séries depuis le mois de janvier, alors qu’il était loin au classement de l’Association de l’Ouest, et Yeo est en grande partie responsable de cette remontée méthodique.

    Il va tenter de mener le Wild au-delà de la deuxième ronde des séries éliminatoires pour la première fois en 11 saisons. Le Wild est une équipe plus forte et mieux concentrée que celle que les Blackhawks ont éliminée en six parties au deuxième tour en 2014.

    « On a été impliqués dans des matchs serrés, a indiqué Parisé. On joue des parties sans lendemain depuis longtemps et ça nous convient très bien. »

    Les Blackhawks aimeraient améliorer leur jeu de puissance, mais ils doivent faire mieux en désavantage numérique.

    Après avoir possédé la meilleure unité en infériorité numérique de la LNH pendant presque toute la saison, Chicago a commencé à éprouver des difficultés en fin de parcours et cela s’est poursuivi en première ronde. Les Blackhawks ont accordé six buts en 22 désavantages numériques contre Nashville pour un taux d'efficacité de 72,7 pour cent, ex aequo au 13e rang parmi les équipes qui participent aux séries éliminatoires.

    Leur jeu de puissance a produit trois buts en 19 occasions (taux de réussite de 15,8 pour cent), mais les Blackhawks ont gagné deux fois la Coupe Stanley sous la férule de Quenneville avec un jeu de puissance moyen. Par contre, chacune de ces équipes championnes comptait sur une excellente unité en infériorité numérique.

    Le Wild a été blanchi en 17 avantages numériques quand il s’est incliné devant les Blackhawks au premier tour des séries de l’Association de l’Ouest en 2013. Puis, l’an passé, il n’a marqué que deux buts en 17 jeux de puissance contre Chicago en deuxième ronde.

    Les unités spéciales du Minnesota ont joué un rôle primordial lors du premier tour contre St. Louis.

    Son jeu de puissance, qui a été un des cinq pires du circuit en saison régulière, a été exceptionnel. Le Wild a conclu avec 4 buts en 12 supériorités numériques et il a dominé la ligue avec un taux d’efficacité de 33,3 pour cent en six rencontres.

    Quatre joueurs différents ont touché la cible en avantage numérique. Parisé, qui a compté un de ces buts, a mené le Wild avec 11 buts en supériorité numérique en saison régulière.

    L’unité en infériorité numérique, qui a terminé au premier rang de la LNH à l’issue du calendrier régulier, a neutralisé 9 des 11 jeux de puissance des Blues (pour un taux d’efficacité de 81,8 pour cent). Les défenseurs Suter, Brodin, Spurgeon et Scandella ainsi que les attaquants Koivu, Brodziak et Cooke ont joué un rôle clé sur cette unité.

    Bryan Bickell
    Bryan Bickell
    Ailier gauche - CHI
    Buts: 0 | Aides: 2 | Pts: 2
    Tirs: 4 | Différentiel: 2

    Bryan Bickell – Le gros ailier s’est déjà imposé lors des deux dernières séries éliminatoires contre le Wild et il devra avoir un impact majeur pour les Blackhawks au cours de cette confrontation.

    Chicago a eu de la difficulté à se rendre au filet adverse pendant presque toute la campagne et aucune équipe ne protège mieux son gardien que le Wild. Ses joueurs se replient rapidement dans leur zone pour empêcher les deuxièmes chances et pour réduire le nombre de lancers provenant du centre de la patinoire.

    Bickell, avec ses 6 pieds 4 pouces et 223 livres, a le gabarit pour percer cette muraille. Il a inscrit trois buts et une aide en cinq matchs contre le Wild en 2013 et il a récidivé lors des dernières séries éliminatoires avec quatre buts et deux aides contre le Minnesota.

    Zach Parise
    Zach Parisé
    Ailier gauche - MIN
    Buts: 3 | Aides: 4 | Pts: 7
    Tirs: 11 | Différentiel: 3

    Zach Parisé– Contre les Blackhawks pendant les séries de 2014, Parisé a été limité à un but et quatre points. Ce fut une série frustrante et un mauvais souvenir qu’il souhaite effacer ce printemps. Le Wild est mieux nanti à l’attaque cette saison, donc Parisé pourrait exploser à tout moment. Il mène le Wild au chapitre des buts et des points et il a compté un but en désavantage numérique en six matchs en séries éliminatoires. Il a distribué 12 mises en échec et bloqué 7 lancers. Parisé compte 22 points en 24 parties en séries, ce qui lui vaut le premier rang des marqueurs de l’histoire de la franchise en séries d’après-saison à égalité avec Marian Gaborik, qui a cependant disputé cinq matchs de plus.

    « J’essaie seulement de montrer l’exemple », a affirmé Parisé.

    LES BLACKHAWKS GAGNERONT SI… Leur unité en désavantage numérique s’améliore et s’ils évitent de s’impatienter devant l’échec avant frustrant du Wild. Leur noyau de joueurs d’élite devra montrer la voie, mais ils auront besoin de l’effort concerté de tous leurs attaquants pour foncer au filet et déranger le gardien du Wild Devan Dubnyk. Chicago sera aussi en bonne posture si l’effort défensif déployé devant son gardien est plus constant.

    LE WILD GAGNERA SI… Les quatre trios continuent de contribuer régulièrement à l’attaque et si ses joueurs étoiles s’imposent dans les moments cruciaux. Le premier trio formé de Parisé, Granlund et Pominville a récolté un total de 17 points contre St. Louis et il devra poursuivre sur cette lancée contre les Blackhawks. La brigade défensive en aura plein les bras contre les attaquants agiles et talentueux de Chicago, mais Suter, Brodin, Spurgeon et Scandella ont subi un bon test contre les Blues et ils se sont révélés être des plus efficaces. Si les unités spéciales continuent d’exceller, le Wild devrait être dans le coup tous les soirs. Finalement, Dubnyk devra réaliser les gros arrêts aux moments opportuns. Le gardien de 28 ans pourrait devoir voler un match ou deux pour que le Wild puisse atteindre la finale de l’Association de l’Ouest.

    2016 NHL Winter Classic Gigapixel photo

    La LNH sur Facebook