SHARE
Partagez avec vos amis


    Aperçu de la série Capitals-Islanders

    Par Dan Rosen, Brian Compton et Adam Kimelman - Journalistes LNH.com

    Partagez avec vos amis


    Aperçu de la série Capitals-Islanders
    Aperçu de la série Capitals-Islanders

    L’une des bonnes vieilles rivalités de la défunte section Patrick sera revisitée en séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour la première fois en 22 ans.

    Les Capitals de Washington et les Islanders de New York ne se sont pas affrontés en séries éliminatoires depuis la série demi-finale de la section Patrick de 1993, une série dont plusieurs se souviennent en raison du coup de Dale Hunter sur Pierre Turgeon tard dans le sixième match, alors que les Islanders avaient éliminé les Capitals.

    Les Islanders ont remporté cinq des six séries entre les deux équipes, notamment trois de suite entre 1983 et 1985. New York a remporté la Coupe Stanley en 1983, la dernière de leurs quatre conquêtes consécutives. Les Islanders avaient aussi participé à la Finale en 1984.

    La seule victoire de Washington contre les Islanders en séries a été un balayage de 3-0 en demi-finale de la section Patrick en 1986.

    Le seul élément historique qui lie Washington et New York qui aura un rôle à jouer dans cette série est le Nassau Coliseum, que les Islanders vont quitter au terme de la saison pour déménager au Barclays Center de Brooklyn.

    Il y a fort à parier que les partisans des Islanders voudront faire vibrer le vieil amphithéâtre situé sur la Hempstead Turnpike au cours des séries. Eh oui, il vibre réellement, ou du moins la galerie de presse vibre.

    La version moderne de cette rivalité de la section Métropolitaine met en vedette deux des meilleurs joueurs de la LNH, le capitaine des Capitals Alex Ovechkin et le capitaine des Islanders John Tavares. Ils étaient tous deux dans la course pour le trophée Art Ross tout au long de la saison, et Ovechkin a remporté son cinquième trophée Rocket Richard en menant la ligue avec 53 buts.

    Ovechkin a amassé cinq points (quatre buts) en quatre parties contre les Islanders. Tavares a égalé cette production avec cinq points (deux buts).

    L’équipe à domicile a dominé l’ensemble des matchs cette saison, chaque formation remportant les deux rencontres disputées sur sa patinoire. Les Islanders ont vaincu les Capitals en prolongation à deux reprises au Nassau Coliseum; les Capitals ont défait les Islanders en temps réglementaire une fois au Verizon Center, en plus de s’imposer une autre fois en fusillade.

    Le jeu de puissance de Washington, le meilleur de la ligue, a montré une efficacité de 3-en-9 contre les Islanders, mais New York a eu le dessus 5-3 sur Washington au chapitre des buts inscrits sur les unités spéciales. Les Islanders ont conservé une fiche de 4-en-13 en avantage numérique en plus de toucher la cible à une reprise en infériorité numérique.

    Les Capitals et les Islanders sont très semblables dans leur manière de posséder la rondelle et d’attaquer rapidement en contre-attaque, mais l’affrontement à surveiller sera la vitesse des Islanders et leur échec avant contre la robustesse et le talent des Capitals.

    Washington est reconnu comme l’une des équipes les plus lourdes de l’Association de l’Est, mais peut aussi compter sur le meilleur jeu de puissance de la ligue. New York est considéré comme l’une des équipes les plus rapides, en plus d’exercer l’un des échec avant les plus agressifs.

    Alex Ovechkin et Nicklas Backstrom peuvent être dominants même lorsqu’ils ne jouent pas dans le même trio. Ovechkin a atteint le plateau des 50 buts pour la sixième fois et a gagné son cinquième trophée Maurice Richard.

    « Il peut changer l’allure d’un match de tellement de façons, a dit l’entraîneur Barry Trotz d’Ovechkin. Il peut le faire par son jeu robuste. Il peut le faire par son pur talent, à un contre un, ou encore par sa rapidité d’exécution d’un geste vif en avantage numérique ou en fonçant au filet. »

    Backstrom s’est maintenu parmi les meilleurs compteurs et a facilité le travail de l’attaque aussi bien à forces égales qu’en supériorité numérique. Il a aussi été utilisé en désavantage numérique et il a gagné 53 pour cent de ses mises en jeu.

    Ces deux joueurs étoiles ne sont pas les seuls à produire offensivement. Marcus Johansson a passé du temps en compagne d’Ovechkin et Backstrom et il a établi des marques personnelles pour les buts et les points. Troy Brouwer, Joel Ward et Eric Fehr ont tous marqué au moins 20 buts. Curtis Glencross s’est montré menaçant depuis son arrivée des Flames de Calgary et les recrues Andre Burakovsky et Evgeny Kuznetsov ont bien fait quand on leur a confié des missions plus importantes,

    Le quatrième trio composé de Brooks Laich, Tom Wilson et Michael Latta a lui aussi contribué à l’attaque en plus de s’avérer un trio d’énergie qui épuise l’adversaire.

    On aurait pu croire que l’arrivée de Barry Trotz allait brimer l’offensive, mais les Capitals ont marqué plus de buts et amélioré leur taux de possession de la rondelle.

    Les Islanders ont eu des problèmes à l’attaque au cours des dernières années, se fiant trop sur le joueur de centre John Tavares pour avoir du succès. Les choses ont été différentes cette année, en raison principalement de l’émergence des joueurs de centre Ryan Strome et Brock Nelson ainsi que la recrue Anders Lee. Les trois ont évolué pendant une grande partie de la saison au sein du même trio; Lee a aussi joué avec Tavares quand Kyle Okposo a été à l’écart en raison d’un décollement de la rétine de l’oeil.

    Tavares a connu une excellente saison et il a terminé parmi les meilleurs pointeurs de la Ligue. Il a semblé améliorer son jeu défensif quand l’ailier gauche Josh Bailey a été utilisé au sein de son trio, mais les blessures en fin de saison ont obligé l’entraîneur-chef des Islanders Jack Capuano à apporter des changements. Lors des derniers matchs de la saison régulière, Tavares a évolué aux côtés de l’ailier gauche Nikolay Kulemin et Strome.

    Plusieurs pensaient que Kulemin allaient stimuler l’offensive des Islanders quand il a signé en tant que joueur autonome l’été dernier mais il a été plus utile dans un rôle défensif. Le joueur de centre Mikhail Grabovski, qui a joint les Islanders le même jour où ils ont mis sous contrat Kulemin, n’a pas joué depuis le 19 février en raison d’une blessure au haut du corps mais il pourrait revenir au jeu lors du premier match des séries.

    Le quatrième trio formé de l’ailier gauche Matt Martin, du joueur de centre Casey Cizikas et de l’ailier droit Cal Clutterbuck est solide défensivement et il est capable de procurer de l’offensive. Un des meilleurs atouts de Clutterbuck est sa capacité d’attirer des pénalités, et ce n’est pas un secret que les unités spéciales sont vitales en séries d’après-saison.

    L’addition de Brooks Orpik et Matt Niskanen s’ajoutant aux anciens John Carlson, Karl Alzner et Mike Green a procuré aux Capitals une des brigades défensives comptant le plus de profondeur dans toute la LNH.

    Les Capitals ont aussi un nombre égal de gauchers (Orpik, Alzner, Tim Gleason) et de droitiers (Carlson, Niskanen et Green).

    Carlson a lui aussi établi des marques personnelles pour les buts et les points en formant le premier duo avec Orpik. Engagé l’été dernier pour assurer une présence physique, Orpik a fait exactement ça, dominant tous les défenseurs et se classant parmi les cinq premiers dans la ligue pour les mises en échec.

    Le deuxième duo de Niskanen et Alzner a été solide, le premier fournissant l’offensive et le deuxième s’avérant fiable dans son territoire.

    L’arrivée de Niskanen et Orpik a réduit le temps de glace de Green, mais celui-ci a fait plus avec moins. Ses 45 points sont son meilleur total depuis ses deux saisons de 70 points en 2008-09 et 2009-10.

    Acquis des Hurricanes de la Caroline en février, Gleason a été un défenseur robuste et fiable dans le troisième duo.

    Les Capitals ont aussi de la profondeur à cette position, pouvant compter sur Nate Schmidt, Cameron Schilling et Steve Oleksy, qui ont tous l’expérience de la LNH.

    Les Capitals ont réduit leur moyenne de buts alloués à 2,41, comparée à 2,79 la saison dernière, et ils ont accordé une moyenne de 28,8 lancers par match, contre 33,5 en 2013-14.

    La défensive des Islanders était leur principal point d’interrogation avant le camp d’entraînement, mais elle a été solidifiée quand le directeur général Garth Snow a acquis Johnny Boychuk des Bruins de Boston et Nick Leddy des Blackhawks de Chicago, une semaine avant le début de la saison régulière. Leddy et Boychuk ont formé la première paire de défenseurs et ils ont accepté chacun des prolongations de contrat de sept ans pendant la saison.

    Travis Hamonic a eu quelques coéquipiers différents au sein de la deuxième paire. Calvin de Haan, un choix de première ronde en 2009, a été rayé de la formation dans le dernier droit et il a été remplacé par Brian Strait. Capuano pourrait décider de revenir à de Haan en séries d’après-saison.

    Lubomir Visnovsky et Thomas Hickey procurent de la stabilité aux Islanders au sein de la troisième paire, et Visnovsky est capable d’appuyer l’attaque.

    Braden Holtby était au boulot pour le match d’ouverture et il n’a pas eu beaucoup de soirées de congé. Il a pris part à 73 matchs, ce qui égale un record d’équipe d’Olie Kolzig, et il est un des 11 gardiens à avoir entrepris au moins 72 rencontres depuis 2007-08.

    La charge de travail ne lui a pas nui et il a établi une marque personnelle de 41 victoires, ce qui égale un autre record de Kolzig. Il s’est aussi classé parmi les 10 premiers gardiens de la LNH pour la moyenne de buts alloués et le pourcentage d’arrêts.

    Il a aussi semblé s’améliorer à mesure que les séries approchaient comme en témoignent sa fiche de 12-4-1, son pourcentage d’arrêts de .916 et ses trois blanchissages en 18 matchs disputés en mars et avril.

    « C’est une bête de somme, a déclaré Trotz. Il a l’éthique de travail d’un col bleu avec les habiletés d’un col blanc. »

    Holtby, qui n’avait pris part à plus de 50 matchs qu’une seule fois dans sa carrière professionnelle avant cette saison, a fait savoir qu’il appréciait la charge de travail.

    « J’aime jouer, a-t-il dit. C’est pour ça qu’on joue au hockey. J’aime pouvoir jouer beaucoup. Mais en même temps vous ne voulez pas devenir complaisant. Je veux être certain d’être bien préparé pour chaque match. C’est quelque chose dont je suis fier, l’aspect mental. C’est ce qui m’a mené à ce niveau et j’aime me lancer des défis. »

    Snow a pris une chance avec Evgeni Nabokov la saison dernière et comme ça n’a pas marché, sa première priorité était d’améliorer la situation chez les gardiens de but. Il a acquis les droits de négociations avec Jaroslav Halak des Capitals de Washington et il l’a mis sous contrat pour quatre ans avant qu’il soit disponible sur le marché des joueurs autonomes.

    Halak a été solide à sa première saison avec New York, remportant 37 victoires et réalisant six jeux blancs. Il a déjà connu du succès en séries éliminatoires, aidant les Canadiens de Montréal à atteindre la finale de l’Association de l’Est en 2010.

    Les Islanders ont entrepris la saison avec Chad Johnson comme gardien adjoint, mais il a éprouvé des difficultés quand on a fait appel à lui et il a été échangé aux Sabres de Buffalo en retour de Michael Neuvirth à la date limite des échanges dans la LNH. Neuvirth n’a pas vraiment été à son mieux depuis l’échange (un pourcentage d’arrêts de ,881 en cinq matchs), mais il ne jouera probablement pas à moins que Halak soit blessé.


    Les Capitals avaient engagé plusieurs entraîneurs à leur première année dans la LNH, mais l’expérience de Trotz s’est avéré ce dont ils avaient besoin.

    Trotz a répondu à toutes les questions à savoir comment il allait s’entendre avec Ovechkin qui, en plus de dominer la ligue pour les buts et se classer parmi les cinq premiers pour les points, a affiché un différentiel positif après avoir complété la saison précédente à moins-35.

    Le nouvel entraîneur est parvenu à améliorer la défense des Capitals sans sacrifier l’attaque. Il a aussi fait des Capitals une meilleure équipe en possession de la rondelle.

    Capuano vient de connaître sa saison la plus fructueuse. Il a essayé plusieurs combinaisons de trios pour aider son équipe à sortir d’une léthargie offensive et il ne sera pas gêné de tenter encore des expériences en séries éliminatoires.

    Il s’agit de la deuxième présence de Capuano en séries éliminatoires lors des trois dernières saisons. Il a eu du succès avec le développement des jeunes joueurs cette saison, notamment Strome, Nelson et Lee. Il sera intéressant de voir comment il les aidera alors qu’ils feront face à leur plus grand test jusqu’à maintenant.

    Ovechkin est le meilleur joueur de la ligue en avantage numérique. Il a marqué 175 buts en jeu de puissance depuis le début de la saison 2005-06, contre 118 pour son plus proche poursuivant, Thomas Vanek.

    Backstrom sait comment trouver Ovechkin mais les Capitals ont aussi des armes à l’arrière avec Green comme quart-arrière, et Carlson et Niskanen qui ont aussi contribué.

    Le jeu en désavantage numérique a été un peu moins bon que la saison précédente, en partie en raison de la perte de Laich et de Jay Beagle pour des périodes prolongées. Et le fait que les Capitals ont été punis pour plus de 10 minutes par match en moyenne, ce qui les classe parmi les 10 équipes les plus pénalisées, n’a pas facilité les choses.

    Les Islanders possèdent plusieurs armes en supériorité numérique, mais ils ont été coupables cette saison de jouer avec trop de finesse et ils auront besoin de lancer plus souvent quand les occasions se présenteront.

    Avec Leddy et Visnovsky comme quarts-arrières, les Islanders ont deux unités capables de marquer. Capuano ne craint pas aussi de faire appel à quatre attaquants en utilisant le joueur de centre Frans Nielsen ou l’ailier droit Kyle Okposo à la pointe.

    Les Islanders ont eu un départ désastreux en désavantage numérique et ils ont passé la majeure partie de la saison au dernier rang ou près du dernier rang de la Ligue à ce chapitre. Mais ils ont été fantastiques tard en saison et ils ont eu une séquence où ils ont écoulé le temps avec succès lors de 58 pénalités sur 64 (90,6 pour cent) en 26 matchs.

    Evgeny Kuznetsov
    Centre - WSH
    Buts: 11 | Aides: 26 | Pts: 37
    Tirs: 127 | Différentiel: 10

    Evgeny Kuznetsov – La recrue a entrepris la saison lentement en s’habituant à jouer au centre pour la première fois mais il a mieux fait au cours des dernières semaines, au point que Trotz a pu séparer Backstrom et Ovechkin de façon à constituer deux trios dynamiques. Pendant que Kuznetsov excellait en compagnie d’Ovechkin, Backstrom a contribué à l’éclosion de Johansson.

    « Ca nous a permis de les permuter [Kuznetsov et Backstrom] quand je le voulais et ça devient difficile pour nos opposants, a déclaré Trotz. S’ils veulent se concentrer sur un, je peux le remplacer par l’autre. Il [Kuznetsov] nous donne beaucoup de flexibilité au sein des deux premiers trios. »

    John Tavares
    Centre - NYI
    Buts: 38 | Aides: 48 | Pts: 86
    Tirs: 278 | Différentiel: 5

    John Tavares – Peu de joueurs sont capables de prendre le contrôle d’une série, mais Tavares est tellement déterminé et dangereux à l’attaque, et il est né pour jouer à ce temps-ci de l’année.

    Le nom de Tavares a encore été mentionné cette saison dans les conversations pour le trophée Hart, comme il se doit. Il est indéniablement le joueur qu’on ne peut remplacer dans la formation. Peu importe ses compagnons de trio, Tavares les rend meilleurs. Son habileté fait que les Islanders sont capables de remporter leur première série éliminatoire en 22 ans.

    Les Capitals gagneront si... la charge de travail de Holtby en saison régulière ne le rattrape pas pendant les séries. Des 55 gardiens qui ont joué dans au moins 72 rencontres, quatre ont suivi en gagnant la Coupe Stanley, le plus récent étant Martin Brodeur avec les Devils du New Jersey en 2002-03. Holtby n’a montré aucun signe de fatigue ou de relâchement jusqu’ici, mais les séries éliminatoires sont une autre histoire.

    Les Islanders gagneront si… On pourrait avancer que les Islanders n’ont pas battu les Penguins de Pittsburgh en 2013 parce qu’ils n’étaient pas assez bons devant le filet. Avec Halak maintenant, les Islanders espèrent qu’ils ne perdront pas cette fois-ci. Leur offensive est suffisamment bonne pour qu’ils marquent trois ou quatre buts par match et les Islanders ont une excellente chance d’avancer en séries si Halak peut retrouver un peu de sa magie des séries de 2010 quand il était avec Montréal.

    2016 NHL Winter Classic Gigapixel photo

    La LNH sur Facebook