SHARE
Partagez avec vos amis


Bouchard: Les favoris des prochaines séries commencent à émerger

mercredi 2015-04-01 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Bouchard: Les favoris des prochaines séries commencent à émerger
Bouchard: Les favoris des prochaines séries commencent à émerger

La course aux séries commence à nous informer de ceux qui, une fois le tournoi printanier commencé, auront des chances d’aller jusqu’au bout. On sait depuis quelques années déjà que la capacité d’un club à garder sur ses adversaires l’avantage aux tirs obtenus est un bon indicateur de possession de rondelle et de victoires futures. On sait aussi que, lorsque vient le temps d’évaluer les succès possibles d’une équipe en séries, on doit cibler les matchs disputés après la date limite des transactions. Les alignements se sont alors stabilisés, le niveau de compétition est au maximum.

Outre la capacité à obtenir un maximum de tirs à forces égales, les performances des gardiens ont un effet déterminant à court terme, surtout sur une période d’un mois. C’est pourquoi les tableaux ci-dessous présentent la part des tirs obtenus, ajustés en fonction du score et du lieu du match, ainsi que les taux de réussite des marqueurs et des gardiens de chaque équipe qualifiée ou en lutte pour une place en séries. On y retrouve les scores obtenus par chacune de ces équipes en mars, les variations que ces scores représentent par rapport à ceux affichés d’octobre à février et, enfin, la fiche de chaque club au mois de mars.

Association de l’Est

En partant du sommet, on constate que les Canadiens de Montréal sont présentement en difficulté pour deux raisons. Premièrement, les tireurs du club sont présentement en léthargie. On pourrait retourner l’argument : les gardiens adverses ont été particulièrement efficaces. Mais le résultat est le même : cette déficience expose la perte d’efficacité au temps de possession de rondelle, ce qui mine lourdement la fiche du club. Lorsque le CH obtient 48, 49 pour cent des tirs, l’excellence de ses gardiens (qui ne se dément pas en mars) lui permet d’obtenir 55 pour cent des buts. C’est largement suffisant pour obtenir sa large part de victoires. Mais à 44, 45 pour cent? Avec des gardiens adverses qui affichent un pourcentage d’arrêts de ,938 (ce qui ne saurait durer)? Mission impossible.

Les buteurs du CH vont reprendre du poil de la bête, mais avant de croire que le club peut revenir à un taux de conversion de 9 pour cent, on doit garder à l’esprit cette statistique : les clubs qui sont analysés ici aujourd’hui ont collectivement un pourcentage d’arrêts de ,921 depuis le début de la saison. Le rebond de ces pourcentages ne risque pas de suffire si le jeu de possession de rondelle ne suit pas.

Les adversaires les plus probables des Canadiens en première ronde sont les Bruins de Boston, et Michel Therrien devrait brûler un cierge pour que la chose se confirme. Comme leurs ennemis jurés, leur jeu de possession de rondelle est en régression et les performances de leurs gardiens (,937 en mars) sont clairement au-delà de ce qui a été affiché avant en saison.

Les Panthers de la Floride, les Sénateurs d'Ottawa et surtout les Capitals de Washington sont clairement des adversaires les plus coriaces. Les Capitals, en fait, émergent ici comme la grande menace cachée dans l’Est, la puissance qu’on ignore. Contrairement aux Red Wings de Detroit et aux Penguins de Pittsburgh (qui viennent de perdre Letang pour combien de temps?), les Capitals disposent d’un gardien de but beaucoup plus solide et d’un avantage numérique meurtrier. On parle beaucoup ces jours-ci des exploits individuels d’Alex Ovechkin (qui marque son 50e de la saison alors que j’écris ces lignes), tant à l’échelle de la saison que de celle de sa carrière. Son équipe semble, pour la première fois depuis longtemps, en mesure de le suivre sur une longue campagne en séries.

Seul le Lightning de Tampa Bay semble en mesure de se dresser contre Ovechkin et les Capitals. La troupe de Jon Cooper n’en finit plus d’écoper de blessures à sa brigade défensive : Victor Hedman et Andrej Sustr devraient être de retour pour les séries (le grand #77 est en fait au jour le jour) et on semble avoir bon espoir de revoir Jason Garrison plus tôt que tard. Si tout ce beau monde est en mesure de tenir physiquement, ça pourrait se décider entre Tampa et Washington pour l’accès à la grande finale.

Association de l’Ouest

L’Association de l’Ouest est fascinante. À l’exception des Blackhawks de Chicago et des Ducks d'Anaheim, toutes les équipes ayant de bons scores de possession de rondelle sont gangrénées par d’horribles performances de leurs gardiens de but. Notons que si les gardiens des Blackhawks sont présentement exceptionnels, un simple retour à la norme établie au cours du reste de la saison (,925) les laisse en très bonne posture. Mais le club semble, pour la première fois depuis des années, simplement bon en possession de rondelle plutôt qu’outrancièrement dominant. Cette puissance établie semble donc présentement fragile.

Les Ducks ont cette saison fait leur pain et leur beurre sur les pourcentages, affichant des scores médiocres en possession de rondelle. Si la poussée actuelle au temps de possession se confirme, ce pourrait être suffisant pour compenser une éventuelle régression de leurs gardiens. Ceux-ci, s’ils sont jeunes et prometteurs, n’ont pas à l’échelle de la saison démontré qu’ils étaient capables d’arrêter un nombre exceptionnel de rondelles.

On doit ici distinguer le sort des Predators de Nashville de celui des autres : il est peu probable que Pekka Rinne, qui connaissait jusqu’au mois de mars une excellente campagne, ait soudain oublié son métier. On doit donc ajouter les hommes de Peter Laviolette au groupe de clubs favoris pour passer au tournoi final.

Les Blues de St. Louis devraient normalement être les favoris, mais leurs gardiens, fort corrects d’octobre à février (,923 de pourcentage d’arrêts) se sont complètement, mais complètement effondrés, sous la barre des ,900. Brian Elliott semble présentement éprouver de grosses difficultés, se tournera-t-on définitivement vers Jake Allen?

On discutait dans cette chronique des Flames de Calgary et des Kings de Los Angeles; Calgary continue à faire des miracles alors que les Kings sont incapables d’obtenir autre chose que des performances franchement ordinaires de leurs gardiens. J’ai souvent affiché ma confiance en la capacité de Los Angeles de remonter la pente et je la réaffirme ici. Mais le temps commence à manquer.

Un mot, en terminant, sur le Wild du Minneosta et les Jets de Winnipeg. Winnipeg commence à peine à se relever d’une effroyable épidémie de blessures, il est donc probable que ce club soit sous-estimé dans ce tableau. Mais les gardiens sont encore et toujours un problème : Ondrej Pavelec va bien, Michael Hutchinson en arrache, c’est ce qu’on lit à gauche et à droite. Dans les faits, les deux affichent ensemble un pourcentage d’arrêts pitoyable. Ça peut tenir une ronde, contre Anaheim peut-être si les choses se jouent au temps de possession. Mais ça ne suffit pas.

Le Wild ne surfe pas que sur les exceptionnelles performances de Devan Dubnyk, il jouit aussi d’un sensationnel taux de réussite de 10 pour cent de la part de ses tireurs. Ces deux facteurs masquent une chute dramatique au taux de possession de rondelle. Pourtant, tout le monde est en santé! On peut être tentés de voir le Wild comme un favori du côté de l'Ouest, mais ce genre d’indice rend dubitatif.

Ne comptons donc pas les Blackhawks pour vaincus. L’été va être pénible dans la ville des vents, mais ce groupe semble avoir la possibilité d’effectuer une dernière chevauchée glorieuse. À moins, bien sûr, que ces satanés Kings finissent par se qualifier. En quel cas…

Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez le lire sur son blogue En attendant les Nordiques et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.