SHARE
Partagez avec vos amis


Luc Robitaille honoré par la statue à son effigie qui a été dévoilée devant le Staples Center

samedi 2015-03-07 / 20:03 / LNH.com - Nouvelles

Par Curtis Zupke - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


Luc Robitaille honoré par la statue à son effigie qui a été dévoilée devant le Staples Center
Luc Robitaille honoré par la statue à son effigie qui sera dévoilée devant le Staples Center

LOS ANGELES – Luc Robitaille a su de source sûre que la statue de bronze de près de six mètres et 2500 livres à son effigie avait été bien sculptée. Et il l’a su parce qu’il avait établi une condition lorsqu’on l’a approché à ce sujet pour la première fois.

« J’ai dit, ‘Je ne veux pas la voir’, a indiqué Robitaille. Je ne veux pas savoir. Faites-la et je la verrai quand elle sera terminée. Mais faites-moi simplement une faveur : montrez-la à ma femme [Stacia]. Si ma femme la trouve de son goût, tout est beau. »

Le verdict?

« Ils lui ont montré la statue à quelques reprises, et à un moment donné elle m’a dit, ‘Ouais, elle est assez cool’, a-t-il dit. Elle est heureuse, alors je me suis dit que tout devait être beau. »

Robitaille est tellement ému et reconnaissant qu’il aurait été heureux peu importe l’allure finale de la statue. Son parcours l’a mené du jeune homme ayant grandi à Montréal avec de grands rêves au visage des Kings de Los Angeles, d’abord comme joueur puis comme président des opérations. C’est pour cela que les Kings ont cru bon dévoiler sa statue devant le Staples Center samedi, avant que l’équipe affronte les Penguins de Pittsburgh.

Robitaille est le deuxième joueur des Kings à recevoir pareil honneur, après son ancien coéquipier Wayne Gretzky, dont la statue ne se trouve pas très loin de celle de Robitaille. Dan Beckerman, président et directeur exécutif du groupe AEG (propriétaire de l’équipe), a soumis l’idée de la statue à Robitaille l’an dernier, mais la nouvelle n’a pas vraiment frappé le Québécois avant que des gens commencent dernièrement à lui poser des questions à ce propos.

« C’était réellement une des premières fois que j’y pensais vraiment, a-t-il déclaré. Je ne sais pas. Je crois que c’est spécial. Quelqu’un m’en a parlé [jeudi]. J’avais 13 ans; je me souviens qu’en 1979, j’avais une photo de Wayne Gretzky dans ma chambre. C’est un peu étrange. Mais c’est certainement très spécial. »

Les 668 buts et 1394 points de Robitaille constituent un record chez les ailiers gauches dans l’histoire de la ligue. Les Kings ont retiré son chandail en 2007, mais la statue le placera aux côtés de Gretzky, des anciens des Lakers de Los Angeles Magic Johnson, Kareem Abdul-Jabbar et Jerry West, de l’ancien commentateur des Lakers Chick Hearn et de l’ancien boxeur Oscar De La Hoya parmi ceux qui ont été immortalisés devant de Staples Center.

« Ce sont des athlètes connus à travers le monde et des personnes très spéciales, a dit Robitaille. Ce qu’ils signifient pour cette ville est incroyable. De faire partie de ce groupe, c’est un sentiment assez difficile à décrire. »

Gretzky, Johnson, Abdul-Jabbar, West et De La Hoya n’ont jamais ou que très peu évolué au Staples Center, mais chacun d’entre eux fait partie intégrante de l’histoire de la ville et Robitaille mérite amplement sa place pour avoir aidé à développer le hockey à Los Angeles.

Robitaille a aidé les Kings à être sélectionnés pour présenter le repêchage 2010 de la LNH et le match de la Série des stades 2014 Coors Light de la LNH au Dodger Stadium, le premier match extérieur de saison régulière de la ligue à être disputé en Californie. Il est aussi l’ambassadeur des Kings lors d’apparitions publiques et est très actif au sein d’œuvres de charité.

« Si l’on pense à tout le chemin qu’a fait le hockey en Californie au cours des deux dernières décennies, on en doit beaucoup à Luc », a déclaré l’assistant au directeur général chez les Kings, Rob Blake.

Blake, ancien coéquipier et ami de longue date, a dit que la transition de Robitaille après sa carrière de hockeyeur semblait s’être faite naturellement en raison de son affabilité. Blake a pu en témoigner de très près chaque fois qu’il a marché à côté de Robitaille à Montréal, où il est traité comme une véritable vedette rock et où il l’a vu interagir avec ses partisans.

« Si tu te promènes dans les corridors ici à L.A., c’est la même chose, a évoqué Blake. Il s’arrête et discute avec tout le monde. »

Robitaille a dû quitter Los Angeles pour gagner une Coupe Stanley avec les Red Wings de Detroit en 2002. Mais il a dit que ce qu’il a vécu comme joueur l’avait aidé à apprendre comment bâtir une organisation gagnante. Il est tout aussi fier d’avoir gravé son nom sur la Coupe Stanley à deux reprises en tant que membre de la direction.

On lui rappelle chaque fois qu’il salue les partisans, surtout après le succès qu’a connu l’équipe au cours des trois dernières saisons.

« J’adore la passion que les gens semblent avoir lorsqu’ils parlent des Kings, a mentionné Robitaille. Et maintenant, les joueurs veulent venir jouer ici. C’est un sentiment incroyable en ce moment et on va essayer de poursuivre sur cette fois pendant encore plusieurs années. »

Robitaille pourra compter sur la présence de sa famille lors de la cérémonie. Gretzky, Blake, West et le copropriétaire des Penguins de Pittsburgh et membre du Temple de la renommée, Mario Lemieux, devraient aussi être là.

L’émotion de Robitaille pendant le dévoilement de la statue devrait être palpable.

« J’étais juste un enfant qui pratiquait son sport, a-t-il dit. J’adorais ça. J’ai donné tout ce que j’avais chaque jour. Tout ce qui m’est arrivé depuis, je me sens tellement choyé. »