SHARE
Partagez avec vos amis


La ville natale d'Andrew Hammond des Sénateurs est fière de lui

vendredi 2015-03-06 / 14:36 / LNH.com - Nouvelles

Par Kevin Woodley - Correspondant LNH.com

Partagez avec vos amis


La ville natale d'Andrew Hammond des Sénateurs est fière de lui
Les partisans du gardien Andrew Hammond sont en liesse alors qu’il permet aux Sénateurs d’Ottawa d’entrer dans la course des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, ce qui était peu probable il y a quelque temps. La séquence de 6-0-1, qui a lancé sa carrière dans la LNH, a été particulièrement émotive pour son ancien entraîneur des gardiens de sa ville natale.

VANCOUVER – Les partisans du gardien Andrew Hammond sont en liesse alors qu’il permet aux Sénateurs d’Ottawa d’entrer dans la course des séries éliminatoires de la Coupe Stanley, ce qui était peu probable il y a quelque temps. La séquence de 6-0-1, qui a lancé sa carrière dans la LNH, a été particulièrement émotive pour son ancien entraîneur des gardiens de sa ville natale.

« Il m’a fait pleurer, car je sais à quel point il est passé près de quitter le hockey », a révélé Sean Murray qui a entraîné Hammond pendant 17 ans à titre de propriétaire et entraîneur de l’école des gardiens Pro-Formance de Vancouver. « Maintenant de le voir connaître du succès, tout en sachant quel genre de garçon il est, ça vient me chercher deux fois. »

Peut-être parce que Hammond est venu près de quitter le hockey à deux reprises.

La première fois est survenue quand il a été retranché des Bulldogs de la Vallée d’Alberni de la Ligue de hockey junior A de la Colombie-Britannique (LHCB) après un match en 2006-07. Hammond était prêt à mettre fin à sa carrière de gardien, mais après un appel téléphonique d’Aldo Bruno, son entraîneur dans le junior B, il a décidé de revenir au jeu avec les Steelers de Grandview.

« Aldo lui a dit : ‘Oublie toute cette affaire. Est-ce que tu n’aimes plus le hockey ou est-ce que c’est en raison d’une mauvaise expérience que tu as connu?’ », a déclaré Pasco Valana, le président et entraîneur de Elite Goalies Canada. « Aldo lui a fait changer d’idée et lui a donné l’occasion de jouer et il a bien fait. »

Hammond a encaissé un autre coup dans la LHCB la saison suivante avec l’équipe de sa ville natale, les Eagles de Surrey, quand il a été échangé aux Vipers de Vernon à la mi-saison, à six heures de route de la maison familiale. Encore là, il était prêt à tout laisser tomber.

« Il m’a dit : ‘Tu sais quoi, je vais me concentrer à aller à l’école. Je n’ai pas vraiment besoin de cela,’ a rappelé Murray. Je me souviens de cette conversation alors qu’il s’apprêtait à tout abandonner. Pasco et moi nous lui avons dit : ‘Ne fait pas cela, tu as encore le temps, donne-toi encore une autre année’. Heureusement, il l’a fait. »

La saison suivante était la dernière année d’admissibilité de Hammond chez les juniors et il l’a entreprise avec aucune option pour la prochaine étape. Mais il a mené les Vipers à la Coupe RBC, le championnat canadien de la catégorie junior A, après avoir conservé un pourcentage d’arrêts de ,949 pour cent dans les séries et un jeu blanc de 2-0 dans le match final. Par la suite, Hammond a étudié à l’Université Bowling Green après avoir obtenu une bourse d’étude complète. Après son séjour de quatre ans dans la NCAA, Hammond a signé un contrat à titre de joueur autonome avec les Sénateurs en 2013.

Donc, qu’est-ce qui lui permet d’obtenir des succès immédiats dans la LNH, maintenant? Comment un gardien de 27 ans avec un pourcentage d’arrêts de ,905 pour cent en deux saisons dans la Ligue américaine de hockey, en plus d’avoir joué seulement 35 minutes dans une brève expérience de la LNH la saison dernière, peut présenter un pourcentage d’arrêts de ,957 pour cent à ses sept premiers matchs dans la LNH, cette saison?

Il y a plusieurs facteurs, mais Murray et Valana, qui ont tous les deux travaillé avec Hammond au cours de l’été et qui sont demeurés en contact avec lui depuis le début de cette remarquable séquence, croient que sa force mentale a joué un rôle important. Hammond a toujours bien lu le jeu et il ne serait pas le premier gardien à trouver que d’une certaine manière, c’est plus facile de jouer dans la LNH, car le jeu se développe d’une façon plus prévisible que dans les ligues mineures.

« Le jeu est plus structuré; on peut ‘lire’ le jeu, a expliqué Murray. Oui, les joueurs ont des meilleurs tirs, mais la structure défensive des équipes est nettement meilleure. Ce n’est pas échevelé et les joueurs ne courent pas partout. Si tu as une bonne position dans ton demi-cercle, tu es toujours à quelques pouces de faire les arrêts et Andrew a cette capacité. »

Bien sûr, comme Valana le mentionne, les joueurs de la LNH sont bien meilleurs à exploiter toutes les erreurs qui laissent des trous supplémentaires, mais Hammond a toujours été un gardien qui a été en mesure de restreindre ces trous.

« Son éthique de travail est incroyable », a affirmé Valana qui a aussi travaillé avec Hammond quand il était adolescent.

Valana l’a aussi revu l’été précédant sa dernière saison junior.

« Il comprend le rôle du gardien. Il reconnaît les situations pas seulement les menaces. Il peut reconnaître de quel côté tire celui qui pourrait recevoir la passe. Il identifie facilement les joueurs les plus dangereux et quelles sont ses options. C’est vraiment sa force. »

Il a d’autres forces aussi. Hammond se déplace bien devant son filet et il économise ses mouvements. Il est rarement pris hors position, trop loin d’un côté pour qu’il ne puisse revenir de l’autre côté à temps. Il n’est pas un gros gardien à 6 pieds 1 pouce, mais il protège bien le haut de son filet. Il sait quelle est la différence entre ce qu’un joueur voit et combien il y a vraiment d’espace. De plus, quand le moment survient, il n’a pas peur de quitter son demi-cercle.

« La manière qu’il ‘lit’ et anticipe le jeu est phénoménale, même après avoir fait l’arrêt, il n’abandonne pas, a vanté Murray. Il effectue des arrêts qui sont uniques, mais quand il le faut, il peut être acrobatique, même si ce n’est pas techniquement parfait. Le travail sera fait. »

Comme le souligne Valana, Hammond va même utiliser sa mitaine pour éviter de donner des retours avec sa jambière gauche, ce que peu de gardiens font, outre le gardien étoile des Predators de Nashville, Pekka Rinne.

« Sa vitesse est également trompeuse », a dit Valana, soulignant que son haut du corps détendu ne devient pas rigide quand c’est le temps de faire un arrêt.

Comme Murray, Valana croit que sa force mentale sera l’une des raisons pour laquelle Hammond ne sera pas emporté par ses succès hâtifs. Comme un golfeur qui considère que son prochain coup est le plus important, Hammond est bon à entrer dans sa bulle et à se concentrer sur le prochain coup.

« Il a pu travailler avec un psychologue sportif à Bowling Green qui lui a enseigné une chose très puissante et qui est restée dans sa tête. C’était simplement, ‘NS, NS, NS: Next shot, next save, next stop,’ (NS : prochain tir, prochain arrêt, prochain arrêt) », a mentionné Valana.

C’est plus facile à dire qu’à faire, surtout avec toute l’attention de la LNH après un début de carrière si remarquable et le fait que les Sénateurs sont soudainement de retour dans la course aux séries, ce qui était impensable il y a quelque temps. Ni Valana, ni Murray, croient que ce sera un problème pour Hammond, en partie parce qu’il a déjà été si loin de ce que cela se produise.

« Tout cela représente la cerise sur le sundae ; il était sur le point de tout quitter, a rappelé Murray. Tout cela est un boni, de sorte que la pression supplémentaire que certains gardiens ressentent parce qu’ils ont un meilleur pedigree est absente. Il a déjà gagné. »

2016 NHL Winter Classic Gigapixel photo

La LNH sur Facebook