SHARE
Partagez avec vos amis


Bouchard: une analyse des meilleures recrues dans la LNH

mercredi 2015-01-14 / 6:00 / LNH.com - Nouvelles

Par Olivier Bouchard - Chroniqueur LNH.com

Partagez avec vos amis


Bouchard: une analyse des meilleures recrues dans la LNH
Bouchard: une analyse des meilleures recrues dans la LNH

La pause du Match des étoiles Honda 2015 de la LNH approche, et nous commençons à avoir une meilleure idée de ceux qui, d’ici la fin de la saison, compétitionneront pour le titre de recrue de l’année. Si on tend naturellement à regarder du côté de ceux qui font le plus de points et, par conséquent, à favoriser les attaquants, l’évaluation des principales recrues nous permet déjà de voir quels types de joueurs sont en train d’émerger. Car il n’y a pas que les points, il y a aussi comment chaque joueur est déployé. C’est d’autant plus important du côté des défenseurs, qui ne font traditionnellement pas beaucoup de points.

Les attaquants

Chez les joueurs d’avant, lorsqu’on regarde les points, il y a Filip Forsberg, Johnny Gaudreau, et puis les autres. En observant la façon dont ils sont déployés (on a utilisé l’excellent outil développé par le site hockey abstract pour les plans cartésiens ci-dessous), on réalise que ces deux joueurs ne sont pas tout à fait seuls, surtout lorsqu’on découple l’utilisation à forces égales de celle en avantage numérique. Pour les besoins de l’exercice, nous avons isolé les 10 meilleurs pointeurs parmi les recrues jouant à l’attaque.

Quelques explications : les couleurs (du brun pour la valeur la plus basse, au bleu foncé), indiquent le différentiel de tirs vers le filet du joueur par rapport à son équipe, bref, son temps de possession relatif. La taille des cercles indique le temps de glace à 5-contre-5 par match (de 11 à 14 minutes pour les attaquants). Sur l’axe horizontal, la part de mises en jeu en zone offensive. Sur l’axe vertical, la qualité des adversaires affrontés.

Ce qu’on constate ici, c’est que Filip Forsberg se démarque clairement de Johnny Gaudreau, tant au temps de possession qu’à la qualité des adversaires affrontés. Mais ces deux joueurs ont de la compagnie. Kevin Hayes, des Rangers de New York, est lui aussi envoyé dans les minutes dures (on l’a beaucoup utilisé avec Carl Hagelin). Tanner Pearson, des Kings de Los Angeles, fait aussi ses classes dans des circonstances difficiles, sans avoir la poussée offensive des joueurs affrontant son niveau de compétition comme compagnon de ligne de Tyler Toffoli. Il importe de souligner que les Kings, un des meilleurs clubs de possession à 5-contre-5, et qu'ils obtiennent beaucoup de mises en jeu en zone offensive. Ce que ce graphique ne montre pas, donc, c’est que relativement à son équipe, Pearson est en fait utilisé dans un contexte défensif.

En regardant plus en détail la production de ces jeunes joueurs à forces égales, c’est Mike Hoffman (quand même âgé de 25 ans) qui ressort en compagnie de Forsberg et Pearson. Ces trois joueurs sont les seuls à toucher, sinon briser la barrière des 12 tirs à l’heure, un peu le seuil de respectabilité des bons buteurs à forces égales. Quand même, Forsberg confirme ici son statut de recrue de premier plan. Mais les bons joueurs recrues sont aussi généralement utilisés en avantage numérique.

Hayes et Jiri Sekac ne jouent pour ainsi dire jamais dans ces situations. Leur contribution est donc quelque peu gommée parce qu’ils ne peuvent aller chercher des points supplémentaires. La fiche de Mike Hoffman est assez extraordinaire : en 38 matchs et 60 minutes de jeu en avantage numérique, il n’a cumulé aucun point. C’est assez extraordinaire de malchance, en fait. Mais il faut le dire, les Sénateurs n’ont rien fait qui vaille en sa présence, marquant un maigre quatre buts.

Forsberg confirme encore ici son talent et se démarque largement aux points obtenus comme aux tirs produits. Linden Vey, joueur de quatrième trio à forces égales, est souvent utilisé en compagnie des Sedin.

Un mot sur Mark Stone : si ses statistiques ne sont pas aussi frappantes que celles de ses adversaires, il est le seul à jouer un rôle significatif en désavantage numérique, obtenant près d’une minute et demie de temps de glace par match dans ces situations.

Les défenseurs

Au classement des pointeurs, trois défenseurs font présentement leur marque : Aaron Ekblad (Panthers de la Floride, 24 points), bien entendu, mais aussi John Klingberg (Stars de Dallas, 13 points) et Damon Severson (Devils du New Jersey, 12 points). Après, c’est le désert. On a donc pris les 10 défenseurs recrues les plus utilsés pour faire un tableau un peu plus général de ceux qui émergent cette saison.



Ben Chiarot, Oscar Klefbom et Josh Manson (retourné dans les rangs juniors au mois de décembre) n’apparaissent pas dans le plan cartésien, mais ils font tous deux malgré tout partie de notre top-10. Que l’on trouve des joueurs comme ceux-ci dans ce classement montre à quel point les jeunes défenseurs s’établissent rarement au cours de leur première saison.

Si des joueurs comme Mirco Mueller, Seth Helgeson et Christian Folin ne sont utilisés qu’avec parcimonie, Manson et Nikita Zadorov ont eu des rôles similaires à celui de défenseurs de deuxième paire alors que Severson, Ekblad, Klingberg et Klefbom sont utilisés à profusion, du moins à forces égales. C’est le deuxième enseignement de ces données au sujet des jeunes défenseurs : ceux qui percent rapidement sont ceux qui peuvent d’emblée s’imposer dans un top-4, voir même sur un premier duo de défenseurs. Ekblad semble avoir marqué suffisamment de points pour rester dans la course à la recrue de l’année, mais on ne peut que souligner le début de saison de Damon Severson. Ralenti par les blessures, il a connu une année faste sur l’avantage numérique et est un des seuls de sa classe à être utilisé dans les trois situations.

Les gardiens

Un mot en terminant sur les gardiens de but. Jake Allen et Michael Hutchinson sont les seuls gardiens recrues à s’être imposés depuis le début de la saison. Allen a vu sa saison chamboulée par l’arrivée de Martin Brodeur chez les Blues et son statut n’est pas encore confirmé. Michael Hutchinson est en quelque sorte la carte cachée de la course au Calder. Il a, pour l’instant du moins, réussi à soutirer le poste de gardien numéro un à Ondrej Pavelec et les Jets de Winnipeg semblent désormais sur une lancée. S’il continue à cumuler les succès en deuxième moitié de saison, on pourrait donc voir sa cote augmenter dramatiquement. Reste qu’avec le deuxième meilleur pourcentage d’arrêts de la LNH, encore faut-il qu’il réussisse à tenir le rythme.

Filip Forsberg garde donc encore à ce jour une longueur d’avance sur ses poursuivants.

Olivier Bouchard est journaliste indépendant. Il s'intéresse particulièrement au journalisme de données, notamment à son application au domaine du hockey. Vous pouvez le lire sur son blogue En attendant les Nordiques et il publie quotidiennement des observations sur le hockey et les statistiques sur Twitter. Pour mieux comprendre les statistiques avancées, cliquez ici.

2016 NHL Winter Classic Gigapixel photo

La LNH sur Facebook