SHARE
Partagez avec vos amis


    Jones vise à passer à une nouvelle étape avec les Predators

    dimanche 2014-09-21 / 3:00 / 30 en 15 - Aperçus de la saison 2014-15

    Par Dan Rosen - Journaliste Principal NHL.com

    Partagez avec vos amis


    Jones vise à passer à une nouvelle étape avec les Predators
    Jones vise à passer à une nouvelle étape avec les Predators

    LNH.com poursuit son aperçu de la saison 2014-15, qui inclut une analyse en profondeur de chacune des 30 équipes, tout au long du mois de septembre.

    Le défenseur Seth Jones, des Predators de Nashville, racontait comment il se sentait moins stressé à la veille de sa deuxième saison dans la LNH, car il connaît mieux son travail, mieux son entourage, mieux son jeu et la ligue en tant que telle, quand il a réalisé que tout cela pourrait ne pas être nécessairement vrai.

    « J’ai un nouvel entraîneur, donc c’est comme si je reprenais presque à zéro », a dit Jones.

    Mais le gros défenseur n’a pas à s’inquiéter.

    L’entraîneur-chef des Predators, Peter Laviolette, est l’un de ses plus grands partisans. Il a déclaré que Jones, qui aura 20 ans le 3 octobre, est prêt à passer à la prochaine étape de sa carrière, soit être plus constant, se porter un peu plus à l’attaque et jouer des minutes importantes au sein de la brigade défensive de Nashville.

    Jones, le quatrième choix du repêchage 2013 de la LNH, partage son opinion. Il veut prouver que le battage médiatique avait sa raison d’être et que ce qu’il a accompli la saison dernière (25 points en 77 matchs) n'était qu'un petit échantillon de sa carrière qui ne fait que commencer.

    « L’an dernier, tout ce que je faisais était scruté à la loupe, car on cherchait à voir si j’allais décrocher un poste avec l’équipe, a déclaré Jones. Cette année, tout est différent. Je ne suis pas un vétéran, mais je me sens plus confiant. »

    Jones a déjà prouvé à Laviolette ce qu’il pouvait faire quand on l’utilisait beaucoup. C’est survenu au Championnat du monde 2014, où Jones faisait partie de la brigade défensive des États-Unis, une équipe dirigée par Laviolette et l’adjoint des Predators, Phil Housley.

    Jones a été nommé le meilleur défenseur du tournoi après avoir mené les Américains et tous les défenseurs du tournoi avec neuf assistances et un total de 11 points en huit matchs. Il a joué en moyenne 25:38 par match et a terminé avec un différentiel de plus-8 avec 17 tirs au but.

    « Il a vraiment été notre meilleur joueur à tous les niveaux, affrontant les meilleurs joueurs adverses dans toutes les situations, a dit Laviolette. Il a relevé le défi de façon incroyable. Il a été nommé le meilleur défenseur du tournoi. Il était très confiant et très fort dans tous les aspects du jeu pendant tout le tournoi. »

    Jones a indiqué que le Championnat mondial est un aperçu de ce qu’il s’attend à accomplir à Nashville. Le système de Laviolette basé sur l’attaque devrait bien s’adapter au jeu de Jones, car il est un bon patineur avec un instinct offensif, malgré ses 6 pieds 4 pouces et 205 livres.

    « Ça aidera vraiment mon jeu, car il aime les défenseurs qui foncent dans la zone adverse pour appuyer l’attaque, a dit Jones. Je dois me concentrer sur mon jeu défensif en premier, mais il fait confiance à ses défenseurs lorsqu'ils voient le jeu se développer et qu’ils appuient l’attaque de manière intelligente. »

    Jones a indiqué que la partie la plus difficile de son année recrue avait été de gérer les rigueurs physiques et mentales d’une saison de 82 matchs dans la LNH. Il a déclaré que certains matins, il s’était levé et sentait que son corps de 19 ans avait rapidement vieilli.

    « J’avais disputé plus de matchs (95) la saison précédente avec ma participation à la Coupe Memorial et au Championnat mondial junior, mais ce n’était pas aussi exigeant que de jouer 82 rencontres dans la LNH » a fait remarquer Jones.

    Il a mentionné que la saison dernière, il avait appris à gérer les hauts et les bas d’une campagne, tout comme il avait appris comment entretenir son corps et ses attentes.

    « J’ai joué sur l’adrénaline la première moitié de la saison, car j’étais tellement content de jouer dans la LNH, a rappelé Jones. Enfant, tu rêves de jouer dans la LNH, donc chaque match apporte une dose d’adrénaline, car tu joues contre une formation différente. Mais dans la deuxième moitié de la saison, j’ai commencé à comprendre que la saison était beaucoup plus longue que je pensais et j’ai pris un peu de recul. J’ai connu des hauts et des bas, et je suis plus sûr que je prendrai les bonnes décisions. »

    Jones réalise que les attentes envers lui seront encore plus élevées cette année, surtout si Laviolette l’emploie plus de 20 minutes par match, lui qui a joué en moyenne 19:37 par match la saison dernière.

    Il s’est entraîné pour jouer plus souvent, pour avoir plus de responsabilités et pour le difficile calendrier de 82 matchs (plus les séries éliminatoires). Il a passé l’été à Nashville et il s’est entraîné avec David Good, l’entraîneur du conditionnement physique des Predators.

    Jones a gagné sept livres en travaillant sur la partie inférieure de son corps, afin d’être plus solide sur ses patins.

    « Il a connu une bonne première saison, a mentionné Laviolette. Il a été un candidat potentiel pour la formation américaine en vue des Jeux olympiques. Il était en bonne compagnie. Je pense que plus tu vieillis, plus tu veux être constant. Tu veux être celui sur qui on compte. Je suis sûr que c’est ce qu’il veut et c’est ce que nous voulons aussi. »

    Suivez Dan Rosen sur Twitter à: @drosennhl

    2016 NHL Winter Classic Gigapixel photo

    La LNH sur Facebook